Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Fin du broyage des poussins: le coût de la vertu », de Mme Emmanuelle Ducros dans l'Opinion

9 Septembre 2021 Publié dans #critique de l'information, #élevage

« Fin du broyage des poussins: le coût de la vertu », de Mme Emmanuelle Ducros dans l'Opinion

 

Glané sur la toile 888

 

 

Il y a quelque temps, le 6 juillet 2021, avec « Élimination des poussins : pourquoi l'interdiction peut coûter des moyens de subsistance », Willi l'agriculteur nous avait apporté le témoignage d'un « petit » accouveur allemand sur les conséquences sur une ferme familiale de la décision d'interdire, au nom du « bien-être animal », ce qui est connu en France comme le « broyage des poussins ».

 

Avec « Fin du broyage des poussins: le coût de la vertu », publié par l'Opinion le 2 septembre 2021, Mme Emmanuelle Ducros nous entraîne sur le même sujet, mais vu plus particulièrement sous l'angle d'un producteur d'œufs « bio ».

 

En chapô :

 

« Tout le monde est d’accord pour mettre fin à cette pratique indéfendable utilisée sur les poussins mâles. Mais qui va en payer le prix ? »

 

C'est un peu plus complexe que le supplément de prix qui devrait (devra ?) être supporté par le consommateur.

 

Le début :

 

« Le broyage des poussins mâles (qui ne peuvent pas devenir des poules pondeuses) sera interdit en France fin 2022. Il va falloir déployer des systèmes innovants pour déterminer les sexes des volailles encore dans l’œuf. La filière s’inquiète de la répercussion des surcoûts et des distorsions de concurrence qui pourraient voir le jour au sein de l’Union européenne, car seules la France et l’Allemagne se sont engagées sur cette voie. Cas pratique dans un élevage bio du Morbihan.

 

"Arrêter l’euthanasie des poussins mâles, toute la filière œuf, tous les éleveurs, y sont favorables. Notre objectif est de n’avoir honte de rien dans notre métier, d’être fiers d’évoluer et comme on a, aujourd’hui, des techniques pour éviter cela, nous devons les mettre en œuvre." Voici le préambule d’une conversation avec Nicolas Quilleré, éleveur bio installé dans le Morbihan, à Plumeliau. Il est à la tête de deux élevages de 6 000 poules chacun ; trois millions d’œufs sortent de chez lui chaque année. »

 

Mais...

 

On lira la suite sur site.

 

Révélons tout de même que, pour le moment, la décision n'est que franco-allemande, des têtes pensantes ayant pensé que les deux pays pourront convaincre les autres de les suivre. L'article nous informe sur les coûts pour les producteurs d'œufs et pour les accouveurs, et sur l'évolution possible de la filière d'accouvage et de la production d'œufs coquilles ou destinés à l'industrie agroalimentaire.

 

Mme Emmanuelle Ducros écrit :

 

« Les bonnes intentions fondent généralement comme neige au soleil à la caisse du supermarché. »

 

La formule est percutante. Mais la bonne intention a déjà fondu à la caisse : c'est au moment de prendre le produit sur le rayon que se prend la décision.

 

 

Post scriptum

 

Sur le Point, Mme Géraldine Woessner a produit un article tout aussi percutant, « Fin du broyage des poussins : qui va payer ? »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Curieux, nul ne parle des poussins mâles congelés entiers destinés à l'alimentation des rapaces dans les voleries à touristes, ou vendus pour nourrir les propriétaires de divers NAC, genre reptiles ou furets. Je ne sais d'ailleurs pas comment ils sont congelés ?
Répondre
M
Ce matin interview scandaleusement agressive de Mme Christiane Lambert par Jean-Paul Chapel sur la chaîne FranceInfo avec des assertions du genre "l'agriculture est responsable du réchauffement climatique", "vous aimez les pesticides", etc...Mme Lambert a du répondant mais le téléspectateur moyen en aura conclu que les agriculteurs râlent tout le temps pour obtenir plus d'aides tout en nous empoisonnant à l'exception bien sur des vertueux du bio.
Répondre
J
me suis trompé..

et qui est responsable de l'agriculture...??? voire des compagnies pétrolières..??

mais c'ets simple mon bon journaliste n'achete plus de produits agricoles et petroliers..
F
Une étape de plus dans le projet de démolition systématique de l’agriculture en Europe. Quelle sera la prochaine cible?
Répondre
J
et qui est responsable de l'agriculture...??? voire des compagnies pétrolières..??

mais c'est simple mon bon journaliste! n'achète plus de produits agricoles et pétroliers..