Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'Université & Recherche de Wageningen donne gratuitement des licences de propriété intellectuelle sur la technologie CRISPR pour lutter contre la faim

9 Septembre 2021 Publié dans #CRISPR

L'Université & Recherche de Wageningen donne gratuitement des licences de propriété intellectuelle sur la technologie CRISPR pour lutter contre la faim

 

Université & Recherche de Wageningen*

 

 

Moment d'euphorie pendant la recherche CRISPR en 2008

 

 

L'objectif ultime de l'amélioration des plantes a toujours été de rendre les plantes résistantes à la sécheresse et aux maladies. Cela pourrait contribuer à éliminer la faim dans le monde. Ce n'est plus une pensée lointaine, grâce à une technologie appelée CRISPR-Cas. Aujourd'hui, l'Université & Recherche de Wageningen (WUR) annonce qu'elle fournira à des partenaires potentiels des licences gratuites pour travailler sur leur technologie CRISPR brevetée. La licence doit être appliquée à l'édition de gènes de plantes pour des applications à but non lucratif. « Nous espérons que cela contribuera à une production alimentaire plus saine, plus durable, plus équitable, plus abordable et plus résiliente pour tous », déclare la présidente de la WUR, prof. dr. ir. Louise O. Fresco [ma note : qui fut sous-directrice générale de la FAO, dont elle a démissionné avec fracas en mai 2006].

 

CRISPR-Cas est une technologie qui permet de modifier le matériel génétique de manière relativement simple, très précise et efficace. Il existe dans le monde plus de 3.000 brevets liés à CRISPR-Cas, dont plusieurs sont détenus par la WUR. Pour cinq d'entre eux (qui sont détenus conjointement avec le Conseil Néerlandais de la RechercheNWO), la WUR a décidé de fournir des licences gratuites. Un article a été publié dans Nature juste après l'annonce.

 

 

Pourquoi c'est unique

 

Professeur Fresco :

 

« C'est vraiment tout à fait unique pour CRISPR, dans le monde universitaire et au-delà. Pour autant que nous le sachions, nous sommes parmi les premiers à le faire en ce qui concerne la technologie CRISPR. Nous le faisons parce que nous croyons simplement et fermement que c'est la bonne chose à faire.

 

Deux milliards de personnes ont été confrontées à une nutrition inadéquate dans le monde en 2020. Presque toutes ces personnes sont également vulnérables aux effets du changement climatique. Nous devons donc passer à des systèmes alimentaires plus sains, plus durables, plus équitables, plus abordables et plus résilients. Cette question sera également au centre des débats lors du Sommet des Nations Unies sur les Systèmes Alimentaires, le 23 septembre. CRISPR et d'autres biosciences pourraient accélérer cette transformation.

 

Elles s'inscrivent donc parfaitement dans la mission de la WUR : explorer le potentiel de la nature pour améliorer la qualité de la vie. CRISPR, un système de défense bactérien contre les virus, en est un excellent exemple. Une équipe de la WUR, dirigée par le prof. Van der Oost, l'étudie depuis 2006. »

 

 

Le potentiel de CRISPR-Cas dans la lutte contre la faim

 

Le professeur John van der Oost, microbiologiste, est une autorité mondiale en matière de CRISPR-Cas. Il est souvent décrit comme l'un des pères fondateurs de cette technologie et il a pris l'initiative de fournir des licences CRISPR gratuites. Il déclare :

 

« Le potentiel de CRISPR-Cas ne peut être surestimé. Il s'agit d'une technologie très polyvalente qui pourrait fournir des moyens nouveaux et durables de nourrir la population croissante de la planète. Nous partageons volontiers nos connaissances à cette fin, et nous espérons que d'autres titulaires de brevets envisageront de faire de même. »

 

Le Dr Mohamed H.A. Hassan, président de l'Académie des Sciences pour le Monde en Développement (TWAS) et président du conseil d'administration de la Banque de Technologie des Nations Unies pour les Pays les Moins Avancés, se félicite de l'initiative de l'Université & Recherche de Wageningen :

 

« L'octroi de ces licences gratuites offre potentiellement des solutions immédiates à un certain nombre de problèmes urgents dans le monde : besoins alimentaires croissants et impact du changement climatique et des agents pathogènes. J'espère que les organismes à but non lucratif et les instituts de recherche agricole et alimentaire des pays à faible revenu en bénéficieront. Ces instituts sont essentiels au développement de cultures vivrières et fourragères améliorées et de technologies alimentaires pour les agriculteurs locaux et les consommateurs pauvres. Sans cette initiative de la WUR, ils ne seraient probablement pas en mesure d'acquérir ces licences. »

 

 

 

 

Collaboration scientifique autour de CRISPR

 

« Le plein potentiel de cette technologie ne peut être atteint que par des partenariats à long terme et le renforcement des capacités », déclare le prof. Fresco. « Nous aimerions également apprendre de nos futurs partenaires CRISPR et tirer parti de leurs connaissances en retour. Ensemble, nous pourrions changer la façon dont nous gérons la sécurité alimentaire dans le monde. C'est pourquoi nous sommes confiants dans le fait de donner ces connaissances, dans l'esprit du mouvement "Open Science" : rendre accessible au public ce qui a été financé par des fonds publics. »

 

M. Marcel Levi, président du Conseil Néerlandais de la Recherche (NWO) :

 

« C'est fantastique de voir où la recherche peut nous mener. Le NWO est impliqué depuis 2009 dans le développement de cette application révolutionnaire de la biotechnologie et, en tant que cotitulaire de brevets, nous sommes également un peu fiers aujourd'hui. En tant que fervent défenseur de la science ouverte, nous sommes très heureux que les licences soient mises à disposition pour contribuer à un monde meilleur. Il s'agit d'un exemple de connaissances qui ont été développées avec des fonds publics et qui profitent à la société. La science aide à contribuer à la résolution de l'un des grands problèmes de notre époque. »

 

 

Heureux hasard

 

L'annonce a été faite lors de la cérémonie d'ouverture de l'année académique (OAY) de la WUR, dont le thème de cette année est « Crossing Boundaries » (franchir les frontières). Dans les interviews précédant la cérémonie d'ouverture, le prof. Fresco a appelé à davantage d'heureux hasards et d'échecs dans le travail scientifique : « J'envisage que nous réunissions des groupes de scientifiques prometteurs sans mission de recherche directe. Les idées les moins orthodoxes seraient alors autorisées, de même que les échecs cuisants. Les découvertes fortuites – dont la technologie CRISPR-Cas est un exemple – ne se révèlent que lorsqu'on les voit. Nous devons avoir le courage de regarder la réalité sous un angle différent. »

 

_____________

 

* Source : WUR gives away CRISPR intellectual property licenses for free in fight against hunger - WUR

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Très très beau geste. On attend que les stars du show bizz et les auteurs de best seller, habituels donneurs de leçons, offrent eux aussi leurs droits d'auteur sur leurs chansons ou romans à succès à des ONG qui se battent contre la faim. Pour mémoire, les droits d'auteur dans ces domaines durent toute la vie de l'auteur et se transmettent à sa mort à ses héritiers pour 70 ans. Qui dit mieux ? La durée des brevets sur les semences sont à côté de la rigolade.
Répondre