Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les disputes du « Premier Monde » peuvent causer des dilemmes dans le « Tiers Monde »

30 Janvier 2018 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Politique

Les disputes du « Premier Monde » peuvent causer des dilemmes dans le « Tiers Monde »
 

Jennie Schmidt*

 

 

 

 

 

 

La majorité des Américains en savent très peu sur les aliments génétiquement modifiés. Ils vous le diront même : dans un sondage réalisé par l'Annenberg Public Policy Center l'année dernière, 63 % ont qualifié leur compréhension des OGM de « médiocre » ou « moyenne ». Seulement 4% l'ont qualifiée d'« excellente ».

 

C'est pourquoi le Congrès investit 3 millions de dollars dans la Food and Drug Administration spécifiquement pour une campagne d'éducation. Toutefois, avant de dépenser l'argent, la FDA demande au public de contribuer des informations : ce mois-ci [novembre 2017], elle a organisé des forums à Charlotte, N.C., et San Francisco. Les commentaires en ligne sont ouverts jusqu'au 17 novembre [2017].

 

La radine en moi s'inquiète de cette dépense : un gouvernement qui a une dette nationale de 20.000 milliards de dollars a-t-il vraiment besoin d'utiliser ses ressources limitées de cette façon ?

 

La réaliste en moi observe que la décision a déjà été prise et que nous pourrions aussi bien cesser de nous demander « si » et commencer à penser à « comment ».

 

L'optimiste en moi espère que la dépense va faire du bien.

 

Nous avons certainement des possibilités pour cela. Cette idée m'est venue le mois dernier lorsque je participais au Prix Mondial de l'Alimentation à Des Moines en tant que membre du Réseau Mondial des Agriculteurs, Global Farmer Network. Là, j'ai rencontré Motlatsi Musi, un agriculteur sud-africain.

 

Il a dit quelque chose que je n'oublierai jamais : « J'ai lutté toute ma vie pour le droit de manger. »

 

En tant qu'agricultrice dans le Maryland rural, je comprends la lutte pour produire des récoltes. Nous devons préparer, planter, soigner, protéger et récolter en faisant face aux conditions météorologiques imprévisibles, aux menaces des mauvaises herbes et des ravageurs, et aux défis économiques.

 

Motlatsi sur sa ferme

 

Pourtant, nous n'avons eu à faire face à rien de comparable ; Motlatsi a grandi non seulement dans la pauvreté mais aussi dans un système raciste d'apartheid qui lui a dénié les droits fondamentaux, y compris les droits de propriété dont les agriculteurs ont besoin pour réussir. Avec le temps, il a pu acquérir une petite ferme qu'il pourrait appeler la sienne.

 

Aujourd'hui, il arrive à joindre les deux bouts en partie parce qu'il a accès aux semences GM qui lui permettent de produire plus de nourriture sur moins de terres. Malheureusement, les agriculteurs de nombreuses autres régions d'Afrique n'ont pas accès à cet avantage. Leurs gouvernements ont pris leurs marques auprès des activistes anti-OGM et ont donc bloqué l'utilisation d'une technologie que je tiens pour acquise aux États-Unis et qui a fait une grande différence pour Motlatsi.

 

C'est un excellent exemple de la façon dont les disputes du « Premier Monde » peuvent créer des dilemmes dans le « Tiers Monde » : de notre position de confort relatif, où peu d'entre nous ont faim et où nous ne luttons pas pour le droit de manger, nous permettons à notre ignorance sur les OGM de mettre en péril les agriculteurs de subsistance de l'Afrique.

 

Pourtant, alors que nous continuons à nous quereller sur les avantages et les inconvénients des OGM – c'est-à-dire que des scientifiques bien informés décrivent les avantages et les activistes intrigants disent ce qui leur passe par la tête – nous donnons la fausse impression qu'il s'agit d'un vrai débat.

 

Le débat est terminé. Les plus grands groupes scientifiques et les organismes de réglementation au monde ont étudié les OGM pendant des décennies et ils sont parvenus à un consensus : cette nourriture est saine et elle est sans danger pour l'environnement.

 

Les gens qui ne le savent pas ne font simplement pas attention. Je me souviens de la fameuse boutade de H.L. Mencken, l'écrivain de Baltimore [le « Sage de Baltimore » ou le « Nietzsche américain »] qui a connu un succès national dans les années 1920 et 1930 : « Personne n'a jamais fait faillite en sous-estimant l'intelligence du peuple américain. »

 

Schmidt à la radio WHO Radio à Des Moines, après la Global Farmer Roundtable 2017 (octobre 2017).

 

Le nouveau programme de la FDA ne rendra personne plus intelligent, mais il pourrait nous aider à mieux nous informer. Il vise à « fournir des services de sensibilisation et d'éducation aux consommateurs grâce à la publication et à la diffusion d'informations pédagogiques scientifiques sur les impacts environnementaux, nutritionnels, alimentaires, économiques et humanitaires de la biotechnologie agricole ».

 

Je ne suis pas une experte en marketing, donc je ne peux pas dire si la meilleure manière d'atteindre cet objectif est de déployer un nouveau site Web, des affiches ou une publicité lors du Super Bowl. Ce que je sais, en revanche, c'est que nous devons réduire le fossé des connaissances entre ce que la science nous dit et ce que les consommateurs croient. Peut-être qu'avec ses 3 millions de dollars, la FDA nous poussera dans la bonne direction.

 

J'espère que cela se fera aussi bien pour notre bien que pour celui de Motlatsi et des agriculteurs comme lui. Pour nous, l'ignorance à propos des OGM est une petite perte. Pour eux, c'est un combat pour le droit de manger.

 

___________

 

* Jennie Schmidt est une agricultrice de troisième génération qui produit des céréales, des légumes et des raisins de cuve dans une ferme familiale sur la côte est du Maryland. La ferme a pour ambition de pratiquer une « agriculture synergique » en utilisant les meilleures méthodes agricoles pour créer des sols sains et une production alimentaire saine et durable. En tant qu'agricultrice, maman et diététicienne, Jennie se passionne pour la création d'un lien entre les gens et la nourriture et l'agriculture.

 

Source : https://globalfarmernetwork.org/2017/11/first-world-disputes-can-cause-third-world-dilemmas/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article