Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

M. Jean-Paul Oury sur Atlantico : « Des anti-vax aux anti-OGM : cette culture de contestation scientifique que la France a laissé prospérer tout en feignant de s’en désoler »

26 Août 2021 Publié dans #critique de l'information

M. Jean-Paul Oury sur Atlantico : « Des anti-vax aux anti-OGM : cette culture de contestation scientifique que la France a laissé prospérer tout en feignant de s’en désoler »

 

Glané sur la toile 880

 

 

Atlantico a publié le 24 août 2021 un formidable entretien avec M. Jean-Paul Oury, « Des anti-vax aux anti-OGM : cette culture de contestation scientifique que la France a laissé prospérer tout en feignant de s’en désoler ».

 

En chapô :

 

« Alors que le gouvernement se montre intransigeant sur la vaccination, y compris au risque de céder lui-même à une forme de pensée magique, la France est l’un des pays qui a le plus toléré les dérives dans son système universitaire et scolaire. »

 

L'analyse du désastre est évidemment pertinente et percutante. Il y a aussi un message :

 

« Pour sortir de cette situation, il faudra que les scientifiques et les ingénieurs regagnent la confiance du public. Ils devront démontrer que c’est la science - et non l’idéologie politique - qui est la mieux équipée pour trouver des solutions qui garantissent l’équilibre de l’homme et de son environnement, notamment que certaines technologies ne sont pas opposées à la nature, bien au contraire. Ainsi, par exemple, l’agriculture intelligente qui permet de produire de manière intensive pour nourrir les populations tout en utilisant moins d’intrants, le nucléaire qui fournit une énergie décarbonée ou encore l’IA - non fantasmée - qui nous assiste dans la découverte de nouveaux médicaments….

 

Plutôt que de mater la contestation contre la science par des mesures discrétionnaires, je suis partisan d’envoyer les scientifiques au front pour qu’ils défendent le bien fondé de leur démarche et gagnent la bataille de l’influence. Comme je l’imagine, il se peut bien que dans quelques années le débat  gauche-droite face place à une opposition entre Gretatistes, parti regroupant les décroissants, déterministes et anti-science prométhéenne et Pinkeristes (d’après Stefen Pinker, auteur de Enlightenment now), parti regroupant les partisans de la croissance par le biais des science prométhéennes mise au service de nos libertés.

 

On peut adhérer à l'idée générale, d'autant plus qu'une réponse autoritaire serait immédiatement exploitée comme une preuve de faiblesse et d'asservissement à Big Business.

 

Mais, il y a le problème de la dérive des médias – illustrée par exemple par le fait que CNews ait pu tendre le micro dans la même journée, le 23 août 2021, à – excusez du peu – Henri Joyeux, Florian Philippot et Didier Raoult. Il y a le problème de la squattérisation des instituts scientifiques par la sociologie. M. Jean-Paul Oury note à cet égard :

 

« Maintenant pour répondre précisément à votre question de savoir si le système éducatif français a renforcé cette tendance, je dirais qu’il est certain qu’il est propice depuis de longues années à la formation d’idéologues, notamment au travers de son nombre pléthorique d’étudiants en sciences humaines (dont je précise que je fais partie), sachant que ce sont ces derniers qui sont les têtes pensantes de l’activisme anti-science prométhéenne. »

 

Squattérisation doublée de la faiblesse managériale comme en témoigne une réponse insipide et molle – le titre tonitruant fait illusion – de la direction du CNRS aux dérapages du sociologue Laurent Mucchielli soudain devenu épidémiologiste, vaccinologue, etc. de haute voltige. Faiblesse à laquelle fait écho le silence assourdissant du ministère de tutelle.

 

 

 

 

Et puis surtout, les « Pinkeristes » de poids... on les cherche.

 

Mais il doit être clair que si nous renonçons, la voie sera libre pour le catastrophisme décroissantiste et la catastrophe.

 

M. Jean-Paul Oury est docteur en histoire des sciences et technologies, consultant et éditeur en chef du site Europeanscientist. com. Il est auteur de La querelle des OGM (PUF, 2006), Le Manifeste des Alter-Libéraux (Michalon, 2007), OGM Moi non plus (Business Editions, 2009) et Greta a tué Einstein: La science sacrifiée sur l’autel de l'écologisme (VA Editions, 2020).

 

 

Ajout de 14h45

 

M. Sylvestre Huet dans ses oeuvres : "Covid : mensonges et sociologie". Pif ! Paf ! Pouf §

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Il y a d'excellents blogs scientifiques, je dirais même que ce n'est pas cela qui manque...
Répondre
M
Il y a d'excellents blogs scientifiques, je dirais même que ce n'est pas cela qui manque...
Répondre
A
Avec les écolos, ça sera difficile...

https://charliehebdo.fr/2021/08/politique/sandrine-rousseau-feminisme-inclusif/

"Quand on lui demande jusqu’où peut aller l’écoféminisme (plusieurs jeunes écoféministes se revendiquent étonnamment « sorcières », dans un sens ésotérique, en rompant avec toute rationalité, on en parlait dans Charlie n° 1481), celle qui s’imagine présidente de la République de nous répondre : « Le monde crève de trop de rationalité, de décisions prises par des ingénieurs. Je préfère des femmes qui jettent des sorts plutôt que des hommes qui construisent des EPR. » "
Répondre
J
on ne peut pas demander à des scientifiques d'être des communicants
en théorie il y a des medias pour cela (médiateurs entre scientifiques et grand public)
mais ces medias sont obsédés par l'audience et
les journalistes scientifiques ont disparu
JL Rey médecin de santé publique
Répondre
@ Jean-Loup REY le jeudi 26 août 2021, 09:55

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je ne suis pas (entièrement) d'accord avec votre première assertion.

On ne peut certes pas demander à un rat de laboratoire d'être un communicant, mais il y a des scientifiques qui sont ou peuvent être d'excellents communicants.

Par ailleurs, si on attend des scientifiques qu'ils publient dans des revues scientifiques, on devrait aussi pouvoir attendre d'eux qu'ils puissent publier dans des revues générales ou sur des blogs.

Le silence des "bons" laisse la porte ouverte aux charlatans.

Pour les médias, hélas...
H
L'illustration est geniale
Répondre