Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'agriculture biologique, la sécurité alimentaire et l'environnement

4 Mars 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agriculture biologique, #Alimentation

L'agriculture biologique, la sécurité alimentaire et l'environnement

 

 

 

 

N.B. Les liens à l'intérieur du texte renvoient généralement à l'article d'origine dans lequel ils ouvrent un encadré avec la référence bibliographique. Désolé...

 

« Organic Agriculture, Food Security, and the Environment » (l'agriculture biologique, la sécurité alimentaire et l'environnement) d'Eva-Marie Meemken et Matin Qaim est un article long et détaillé publié dans Annual Review of Resource Economics en 2018.

 

Il n'est pas inutile de le ressusciter par les temps qui courent, lorsque les chaîne de télévision font dans la surenchère pour compenser, en quelque sorte, l'annulation du Salon International de l'Agriculture.

 

Un salon qui donne beaucoup dans le Martine à la ferme, celui des agriculteurs qui assurent l'essentiel de notre alimentation, le Salon International du Machinisme Agricole étant exilé à Villepinte.

 

Voici le résumé de l'article (nous découpons) :

 

« L'agriculture biologique est souvent perçue comme plus durable que l'agriculture conventionnelle.

 

Nous passons en revue la littérature sur ce sujet dans une perspective globale.

 

En termes d'effets sur l'environnement et le changement climatique, l'agriculture biologique est moins polluante que l'agriculture conventionnelle lorsqu'on mesure par unité de surface, mais pas lorsqu'on mesure par unité de production.

 

L'agriculture biologique, qui ne représente actuellement que 1 % des terres agricoles mondiales, a un rendement moyen plus faible. En raison des exigences plus élevées en matière de connaissances, les écarts de rendement observés pourraient encore augmenter si un plus grand nombre d'agriculteurs adoptaient des pratiques biologiques.

 

La généralisation de l'agriculture biologique entraînerait une perte supplémentaire d'habitats naturels et une augmentation des prix à la production, ce qui rendrait les denrées alimentaires moins abordables pour les consommateurs pauvres des pays en développement.

 

L'agriculture biologique n'est pas le paradigme de l'agriculture durable et de la sécurité alimentaire, mais des combinaisons intelligentes de méthodes biologiques et conventionnelles pourraient contribuer à une augmentation durable de la productivité dans l'agriculture mondiale.

 

 

 

 

Voici encore l'introduction qui contribue à planter le décor :

 

« L'alimentation biologique est de plus en plus populaire. La demande croissante est principalement due aux préoccupations des consommateurs concernant les conséquences négatives de l'agriculture conventionnelle sur la santé humaine et l'environnement. Dans les pays développés en particulier, la plupart des consommateurs considèrent que les aliments biologiques sont plus sûrs et plus sains que les aliments produits de manière conventionnelle (Funk & Kennedy 2016). Les consommateurs des pays riches perçoivent également souvent l'agriculture biologique comme étant meilleure pour l'environnement, la protection du climat et le bien-être des animaux (Seufert et al. 2017). En Europe en particulier, l'agriculture biologique a une image publique tellement positive qu'elle est communément considérée comme le paradigme de l'agriculture durable (Mercati 2016). Une enquête représentative réalisée en Allemagne a montré qu'environ 50 % de la population considère une plus large adoption de l'agriculture biologique comme une stratégie importante pour lutter contre la faim dans le monde (Klümper et al. 2013). La même enquête a révélé que les produits agrochimiques et les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont souvent perçus comme des menaces majeures pour la sécurité alimentaire. Dans les pays en développement, la sensibilisation à l'agriculture biologique est encore plus faible, mais les perceptions et les préférences alimentaires des Européens commencent également à gagner du terrain, en particulier parmi les consommateurs urbains plus aisés (Greenpeace 2015, Probst et al. 2012).

 

Dans la littérature universitaire, les points de vue sont plus nuancés, mais les conclusions sur le rôle de l'agriculture biologique pour le développement durable mondial varient beaucoup. Certains considèrent l'agriculture biologique comme inefficace et principalement motivée par l'idéologie (Connor & Mínguez 2012, Lotter 2015, Trewavas 2001). D'autres estiment que l'agriculture biologique a un grand potentiel pour nourrir le monde de manière écologique (Badgley et al. 2007, Reganold & Wachter 2016).

 

Au cours des dernières décennies, les technologies de la révolution verte, notamment les variétés de plantes à haut rendement et les intrants complémentaires tels que les engrais de synthèse, les pesticides et l'eau d'irrigation, ont largement contribué à la croissance de la productivité agricole et à l'amélioration de la sécurité alimentaire mondiale (Evenson & Gollin 2003, Qaim 2017). Néanmoins, environ 800 millions de personnes sont toujours sous-alimentées de manière chronique, la plupart d'entre elles vivant en Asie et en Afrique (FAO 2017). Au cours des prochaines décennies, la demande de nourriture augmentera encore en raison de la croissance de la population et des revenus. En outre, les produits à base de plantes sont de plus en plus utilisés comme ressources renouvelables. Pour répondre à cette demande croissante, on estime que la production agricole mondiale devra augmenter d'au moins 60 % et peut-être même de 100 % jusqu'en 2050 (Godfray et al. 2010, Hertel 2015). Il s'agit d'un défi majeur car les terres, l'eau et les autres ressources naturelles se raréfient de plus en plus. En outre, les systèmes de production agricole à forte intensité d'intrants observés dans de nombreuses régions du monde sont responsables – ou du moins contribuent – à des problèmes environnementaux majeurs, tels que la dégradation des terres, la perte de biodiversité, la pollution de l'eau et le changement climatique (Foley et al. 2011). L'augmentation de la production tout en réduisant l'empreinte écologique nécessitera de profonds changements dans les systèmes alimentaires et agricoles et dans les types de technologies utilisées. Mais l'agriculture biologique est-elle la solution ? Cette question est abordée ici en passant en revue la vaste documentation sur les différents aspects de l'agriculture biologique certifiée, notamment les effets économiques, sociaux, environnementaux et sanitaires. »

 

Et, pourquoi pas, un petit extrait sur les rendements... ou comment dire de l'étude de Badgley et al. que c'est une bouse sans dire que c'est une bouse (malheureusement largement citée et prise pour vérité révélée) :

 

« [...]

 

Néanmoins, de nombreuses études ont tenté d'estimer les effets de l'agriculture biologique sur le rendement, en utilisant souvent des données provenant d'essais dans des stations expérimentales. Les données expérimentales permettent d'éviter les biais dus à des facteurs de confusion, mais ont leurs propres problèmes en termes de validité externe (voir ci-dessous). Les études disponibles montrent un large éventail de résultats, en fonction du contexte particulier. Dans certaines situations, les rendements du mode biologique se sont avérés plus élevés que les rendements conventionnels, alors que dans d'autres situations, ils étaient considérablement plus faibles.

 

 

Plus récemment, quelques articles de synthèse ont tenté de faire la synthèse des données. Une première tentative dans ce sens a été une étude de Badgley et al. (2007). Les auteurs ont utilisé les résultats de diverses sources pour conclure que l'agriculture biologique avait des rendements moyens de 33 % supérieurs à ceux de l'agriculture conventionnelle au niveau mondial. Dans les pays développés, les rendements biologiques étaient inférieurs de 9 % aux rendements conventionnels, mais dans les pays en développement, les auteurs ont affirmé que les pratiques biologiques augmenteraient les rendements des cultures de 74 % (Badgley et al. 2007). Cependant, cette étude a été fortement critiquée pour diverses raisons (Cassman 2007, Connor 2008, Goulding & Trewavas 2009). Bon nombre des études incluses dans l'étude de Badgley et al. (2007) ne répondaient pas aux normes scientifiques minimales en termes de conception expérimentale (Cassman 2007). D'autres études pertinentes ont tout simplement été ignorées (Goulding & Trewavas 2009). Pour les pays en développement, Badgley et al. (2007) ont surtout comparé les rendements de cultures ayant reçu des niveaux élevés de nutriments organiques dans la version biologique avec des cultures ayant reçu très peu ou pas d'engrais dans la version conventionnelle (Connor 2008). Par conséquent, bien qu'ils soient très cités, les résultats de Badgley et al. (2007) ne sont pas fiables et significatifs.

 

Trois méta-analyses scientifiquement plus rigoureuses de comparaisons de rendement de cultures biologiques et conventionnelles ont été publiées ces dernières années (de Ponti et al. 2012, Ponisio et al. 2015, Seufert et al. 2012). Les résultats de ces analyses sont résumés dans le tableau 2. Pour l'ensemble des cultures, les écarts de rendement moyens de l'agriculture biologique sont de l'ordre de 19 à 25 %. Des différences considérables peuvent être observées entre les différentes espèces de cultures, les légumineuses et les fruits présentant des écarts de rendement plus faibles que les céréales et les cultures de plantes-racines et tubercules. Certains éléments indiquent que l'écart de rendement augmente avec l'augmentation des rendements conventionnels (de Ponti et al. 2012). Dans le cadre des meilleures pratiques de gestion pour les deux systèmes, les écarts de rendement ne semblent pas différer de manière significative entre les pays développés et les pays en développement (Ponisio et al. 2015). Toutefois, dans les trois méta-analyses, les observations des pays en développement sont fortement sous-représentées (Seufert & Ramankutty 2017), de sorte que les déclarations sur les différences géographiques des écarts de rendement doivent être interprétées avec prudence. Des recherches à plus long terme ont récemment été lancées pour améliorer les connaissances sur les effets de l'agriculture biologique sur la productivité dans les pays en développement (Forster et al. 2013).

 

 

Rendements moyens des cultures biologiques par rapport aux rendements conventionnels (résultats de méta-analyses mondiales)

 

 

Une question pertinente lorsqu'on compare les niveaux de rendement entre l'agriculture biologique et l'agriculture conventionnelle est la période couverte par les études initiales. On suppose parfois que les rendements diminueraient peu après la conversion aux pratiques biologiques, mais qu'ils se redresseraient ensuite au bout d'un certain temps en raison de l'amélioration progressive de l'état des sols dans l'agriculture biologique. Toutefois, les preuves à l'appui de cette hypothèse sont faibles. Si certaines études font état d'une augmentation des rendements biologiques au fil du temps, d'autres ne constatent aucun changement, voire une diminution des rendements, dans les études à plus long terme (de Ponti et al. 2012, Mäder et al. 2002).

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Maître Folace 05/03/2021 16:09

Jusqu'à 3500 fois la LMR dans des graines de sésame bio importées d'Inde. Que n'entendrait-on pas si c'était un produit issu de l'agriculture conventionnelle mais là silence radio. Combien de fois faudra-t-il répéter qu'il vaut mieux un produit conventionnel français ou européen soumis à des contrôles sanitaires stricts qu'un produit bio d'origine douteuse.

Justin 05/03/2021 09:13

Toute la liste des produits rappelés: (il y a beaucoup de "Bio" mais il y a un biais car si c'est bio il faut de l'exotisme et donc des graines de sésame...)
https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/sesame-psyllium-epices-et-autres-produits-rappeles-comprenant-ces-ingredients

max 04/03/2021 18:21

Aujourd'hui course au Super U en face de chez moi, rappel de produit bio Bjorg (Falafels Houmous bio et Dofu pave de sésame 2x100g bio) pour présence d'oxyde d'éthylène.