Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les OGM dans le monde en 2019 (2)

4 Mars 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM

Les OGM dans le monde en 2019 (2)

 

Les cultures biotechnologiques favorisent le développement socio-économique et l'environnement durable à la nouvelle frontière

 

ISAAA Brief 55-2019 – Résumé*

 

 

 

 

N.B. : La première partie est ici.

 

Le point par pays/régions

 

  • Les États-Unis ont atteint un taux d'adoption moyen de 95 % pour les semis de soja, de maïs et de cotonnier biotechnologiques

 

En 2019, la surface en cultures biotechnologiques aux États-Unis était de 71,5 millions d'hectares, couvrant 38 % de la surface en cultures biotechnologiques mondiale, avec un taux d'adoption moyen de 94 % pour les principales cultures, similaire à celui de 2018. Les cultures biotechnologiques semées ou plantées étaient le soja (30,43 millions d'hectares, soit une réduction de 3,6 millions d'hectares par rapport à 2018), le maïs (33,17 millions d'hectares), le cotonnier (5,31 millions d'hectares), le canola (800.000 hectares), la betterave à sucre (454.100 hectares), la luzerne (1,28 million d'hectares), la pomme de terre (1.780 hectares), quelque 1.000 hectares de papaye et de courge, et 265 hectares de pommiers.

 

Parmi les nouvelles approbations de cultures et de caractères biotechnologiques aux États-Unis, citons l'approbation par l'USDA de la commercialisation du soja HB4 tolérant à la sécheresse originaire d'Argentine, après les approbations obtenues en Argentine en 2018 et au Brésil en 2019. Le cotonnier biotechnologique à faible teneur en gossypol TAM66274 a reçu un statut non réglementé de l'USDA APHIS et une approbation de la FDA en 2019, pour sa commercialisation et son utilisation pour l'alimentation humaine et animale aux États-Unis. Une autre variété de pommier, Arctic®Gala, qui ne brunit pas, a été approuvée pour la commercialisation. Cette caractéristique a également été introduite avec succès dans la laitue romaine GreenVenusTM par Intrexon.

 

 

  • Le Brésil a étendu la superficie des cultures biotechnologiques pour atteindre 52,8 millions d'hectares

 

Le Brésil reste le deuxième pays, après les États-Unis, à avoir semé ou planté la plus grande superficie de cultures biotechnologiques en 2019. Les 52,8 millions d'hectares de cultures biotechnologiques comprennent 35,1 millions d'hectares de soja (dépassant pour la première fois la superficie de soja biotechnologique des États-Unis), 16,3 millions d'hectares de maïs, 1,4 million d'hectares de cotonnier et quelque 18.000 hectares de canne à sucre résistante à des insectes. Les 52,8 millions d'hectares représentent une augmentation d'environ 1,6 million d'hectares ou 3 % en 2019, avec un taux d'adoption de 94 % (1 % de plus qu'en 2018). Le Brésil a systématisé le processus d'autorisation des OGM. Les procédures ont été modernisées et le délai de décision de la CNTBio a été allongé. Cela permettra aux demandeurs de soumettre toute information supplémentaire sur les nouvelles données afin de s'assurer que la demande est conforme aux nouvelles conditions.

 

 

  • L'Argentine maintient un taux d'adoption de 100 % des cultures biotechnologiques

 

L'Argentine s'est classée troisième parmi les dix premiers pays à semer ou planter des cultures biotechnologiques en 2019. Avec une petite augmentation de 110.000 hectares, la surface de cultures biotechnologiques semée ou plantée en Argentine en 2019 est montée à 23,9 (24) millions d'hectares, contre 23,8 millions d'hectares en 2018, ce qui représente 13 % du total mondial de 190,4 millions d'hectares. La superficie des cultures biotechnologiques comprenait 17,5 millions d'hectares de soja, 5,9 millions d'hectares de maïs, 485.000 hectares de cotonnier et plus de 1.000 hectares de luzerne biotechnologique (semée pour la première fois en Argentine), avec un taux d'adoption moyen proche de 100 %. Le gouvernement argentin, par l'intermédiaire du Comité Consultatif National Argentin de la Biotechnologie Agricole (CONABIA), a approuvé neuf demandes de biotechnologie en 2019 : six pour le maïs, deux pour le cotonnier et une pour le soja. Une variété de blé contenant le gène HB4 qui confère une résistance à la sécheresse a reçu une approbation technique complète, mais attend l'approbation commerciale de la Direction Nationale des Marchés Agricoles et Alimentaires (DNMA), qui dépend du Ministère de l'Agro-industrie.

 

 

  • Le Canada a connu une augmentation de 23 % de la superficie consacrée aux betteraves sucrières transgéniques

 

La superficie des cultures biotechnologiques au Canada a légèrement diminué en 2019, d'environ 2 %, passant de 12,75 millions d'hectares en 2018 à 12,46 millions d'hectares, en raison de la réduction des surfaces totales de soja et des surfaces de soja biotechnologique. La diminution de la sole de soja est due à l'instabilité des conditions météorologiques pendant la saison de semis. Les superficies semées en maïs, canola et luzerne biotechnologiques ont légèrement augmenté, tandis que les betteraves sucrières ont connu leur plus forte hausse (23 %). La pomme de terre Innate® n'a été plantée que sur 40 hectares en 2019. Le taux d'adoption moyen de 90 % en 2019 représente une baisse de 2 % par rapport à 2018. Parmi les cultures et les événements biotechnologiques nouveaux et à venir au Canada, citons (a) le canola Roundup Ready Truflex™ lancé sur 404.000 hectares ; et (b) l'approbation de deux variétés de soja à haute teneur en acide oléique. Le riz doré biotechnologique enrichi en provitamine A grâce à l'événement GR2E a été approuvé par Santé Canada en 2019. Cette décision fait suite à son approbation par la Food Standards Australia New Zealand (FSANZ) en 2017. L'Agence Canadienne d'Inspection des Aliments (ACIA) et Santé Canada (SC) ont approuvé l'utilisation pour l'alimentation animale d'un produit de cotonnier de Bayer CropScience.

 

 

  • L'Inde a atteint un taux d'adoption de 94 % du cotonnier IR (Bt)

 

Le taux d'adoption du cotonnier IR (Bt) en Inde s'est presque stabilisé au cours des cinq dernières années à plus ou moins 95 %. Le taux d'adoption de 94 % en 2019 par plus de 6 millions d'agriculteurs qui ont semé 11,9 millions d'hectares de cotonnier biotechnologique reflète la confiance continue des agriculteurs et les avantages qu'ils tirent de cette technologie. Ainsi, ils ont besoin d'autres cultures biotechnologiques qui leur apporteraient des bénéfices et contribueraient à améliorer leur niveau de vie. Cela a conduit certains groupes d'agriculteurs à semer du cotonnier IR(Bt)/HT, à caractères empilés, non autorisé dans les principales zones de culture du cotonnier, dans les zones centrales et méridionales, lors du Kharif (saison des pluies) 2017 et a occasionné de nombreuses protestations pour faire pression en faveur de l'approbation du cotonnier à caractères empilés. En outre, la propagation croissante des infestations de légionnaires d'automne a incité le gouvernement à élaborer une stratégie de lutte, qui peut être résolue par des cultures avec un empilement de résistances à des insectes.

 

 

  • Dix pays d'Amérique latine ont cultivé 83,9 millions d'hectares de plantes biotechnologiques.

 

Dix pays d'Amérique latine ont semé ou planté des cultures biotechnologiques en 2019, dont le Brésil (52,8 millions d'hectares), l'Argentine (24 millions d'hectares), le Paraguay (4,1 millions d'hectares), la Bolivie (1,4 million d'hectares), l'Uruguay (1,2 millions d'hectares), le Mexique (223.000 hectares), la Colombie (101.188 hectares), le Chili (41.093 hectares), le Honduras (37.386 hectares) et le Costa Rica (297 hectares) pour un total de 83,9 millions d'hectares, couvrant 44 % des 190,4 millions d'hectares de surfaces en cultures biotechnologiques mondiales. L'augmentation de la superficie des cultures biotechnologiques dans la plupart des pays d'Amérique latine a compensé les pertes dues à la sécheresse étendue de 2017 et 2018. En outre, les réglementations habilitantes, la rentabilité, les prix élevés et la forte demande sur le marché local et international, la disponibilité de nouvelles technologies de semences pour le maïs, le soja et le cotonnier, les crédits subventionnés pour les agriculteurs et les investissements étrangers de l'industrie, les conditions météorologiques favorables et les pratiques agronomiques améliorées avec des applications d'engrais efficaces ont encouragé les agriculteurs du Brésil, de l'Argentine, du Paraguay, du Mexique, de la Colombie et du Honduras à semer ou planter des cultures biotechnologiques. En Bolivie, l'augmentation de la superficie consacrée au soja biotechnologique est due aux conditions favorables de 2019, après deux années d'extrême sécheresse. De plus, le gouvernement bolivien a apporté son soutien aux producteurs de soja en leur accordant l'autorisation de cultiver deux nouvelles variétés de soja génétiquement modifié pour stimuler leur production de biocarburants. À l'avenir, l'adoption de soja tolérant à la sécheresse sera utile pour surmonter les incidences de la sécheresse dans les pays d'Amérique latine.

 

 

  • Neuf pays d'Asie et du Pacifique ont semé ou planté 19,5 millions d'hectares de cultures biotechnologiques

 

Les pays de la région Asie-Pacifique ont été menés par l'Inde, avec la plus grande superficie de cultures biotechnologiques (11,9 millions d'hectares de cotonnier), suivie par la Chine (3,2 millions d'hectares de cotonnier et de papaye), le Pakistan (2,5 millions d'hectares de cotonnier), des Philippines (875.000 hectares de maïs transgénique), de l'Australie (614.446 hectares de cotonnier, de canola et de carthame), du Myanmar (300.000 hectares de cotonnier), du Vietnam (92.000 hectares de maïs), de l'Indonésie (2.000 hectares de canne à sucre tolérant la sécheresse) et du Bangladesh (1.931 hectares d'aubergines). Cette région a semé ou planté 19,5 millions d'hectares en 2019, ce qui représente une augmentation de 2 % par rapport aux 19,1 millions d'hectares de 2018. Cette superficie représente également 10,2 % des 190,4 millions d'hectares de cultures biotechnologiques mondiales. Le prix favorable du coton au niveau mondial a eu un impact positif sur l'adoption du cotonnier biotechnologique en Inde et en Chine, tandis que l'acceptation par le public d'une production propre et sans danger d'aubergines biotechnologiques a motivé davantage d'agriculteurs au Bangladesh. Au Vietnam, le prix élevé du maïs importé et l'augmentation de l'incidence des légionnaires d'automne ont accru la superficie consacrée au maïs biotechnologique. En Indonésie, la plantation de canne à sucre tolérante à la sécheresse est limitée aux seules fermes appartenant à l'État, ce qui limite son potentiel de contribution à l'industrie sucrière du pays. L'extrême sécheresse prolongée en Australie pendant la saison de végétation en 2019 a affecté les surfaces en canola et en cotonnier (biotechnologique et total). La sole de cotonnier plantée en Australie était la plus petite jamais enregistrée, mais le taux d'adoption du canola biotechnologique a augmenté en raison d'un meilleur contrôle des mauvaises herbes et de profits plus élevés. La superficie de cotonnier Bt plantée au Myanmar a connu une diminution minime. De nouvelles variétés de cotonnier biotechnologique et l'approbation du nouveau cadre de biosécurité pourraient augmenter la superficie plantée à l'avenir.

 

 

  • L'Afrique a connu une augmentation de 100 % des pays où sont semées ou plantées des cultures biotechnologiques.

 

Le continent africain reste la région qui a le plus grand potentiel pour récolter les bénéfices associés à la biotechnologie agricole moderne. En 2019, les agriculteurs africains sont devenus de plus en plus conscients et appréciatifs des cultures génétiquement modifiées. Ainsi, le continent africain a doublé le nombre de pays qui sèment ou plantent des cultures biotechnologiques, passant de trois en 2018 à six en 2019. Les pays étaient par ordre décroissant de superficie de cultures biotechnologiques l'Afrique du Sud (2,7 millions d'hectares de maïs, de soja et de cotonnier), le Soudan (236 200 hectares de cotonnier IR/Bt), le Malawi (6.000 hectares), le Nigeria (700 hectares), Eswatini (401 hectares) et l'Éthiopie (311 hectares) pour un total de 2,9 millions d'hectares, soit 1,54 % de la superficie mondiale des cultures biotechnologiques de 190,4 millions d'hectares. L'approbation par le Nigeria du niébé Bt résistant au foreur de gousses a été une étape majeure en 2019. En outre, le Kenya a approuvé la commercialisation du cotonnier biotechnologique en 2019 pour une culture en 2020. D'autres pays africains ont continué à passer des essais en champ confiné à la phase de dissémination dans l'environnement : le Mozambique pour le maïs tolérant à la sécheresse et le Kenya pour le maïs Bt et le manioc résistant à la maladie des stries brunes. Les pays qui ont amélioré leur réglementation en matière de biosécurité pour faciliter le développement et l'adoption de cultures biotechnologiques sont le Ghana et le Niger. Un certain nombre de pays, dont la Zambie, ont également approuvé le commerce des cultures biotechnologiques et se sont portés garants de leur sécurité alimentaire.

 

 

  • Deux pays de l'Union Européenne ont continué à semer du maïs biotechnologique sur 111.883 hectares

 

L'acceptation des cultures biotechnologiques pour la culture dans l'UE ne s'est pas améliorée au cours des 24 dernières années. Deux pays ont semé du maïs biotechnologique, en raison des attaques de la pyrale du maïs européenne. Depuis 2016, seuls l'Espagne et le Portugal ont semé du maïs Bt biotechnologique. En 2019, 107.130 hectares et 4.753 hectares ont été semés par l'Espagne et le Portugal, respectivement, pour un total de 111.883 hectares, soit 7,5 % de moins que la superficie de maïs biotechnologique de 120.980 hectares de 2018. La motivation à semer du maïs biotechnologique était moindre, car le marché demande des matières premières non-biotechologiques. Les importations de matières premières pour l'alimentation du bétail en provenance d'Argentine, du Brésil et des États-Unis étaient principalement des produits biotechnologiques. Plus de 30 millions de tonnes de soja et de produits à base de soja (90 à 95 % de produits biotechnologiques), 10 à 20 millions de tonnes de produits à base de maïs (20 à 25 % de produits biotechnologiques) et 2,5 à 5 millions de tonnes de produits à base de colza (près de 25 % de produits biotechnologiques) ont été importées chaque année, principalement pour l'alimentation animale. Cette situation devrait se poursuivre car il n'y a pas de changement dans la réglementation de l'UE, aucune approbation de culture en vue et les mouvements contre les cultures biotechnologiques sont toujours forts. Début 2018, six cultures biotechnologiques ont été autorisées à entrer dans l'UE pour l'alimentation humaine et animale, dont quatre pour le soja, une pour le colza et une pour le maïs. Avant la fin de 2019, deux nouvelles variétés de maïs et le renouvellement de trois autorisations existantes pour le maïs et les betteraves sucrières ont été approuvés pour des utilisations dans l'alimentation humaine et animale.

 

 

À suivre

 

___________

 

* Source : ISAAA Brief 55-2019: Executive Summary | ISAAA.org

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article