Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les OGM dans le monde en 2019 (3)

5 Mars 2021 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM

Les OGM dans le monde en 2019 (3)

 

Les cultures biotechnologiques favorisent le développement socio-économique et l'environnement durable à la nouvelle frontière

 

ISAAA Brief 55-2019 Résumé*

 

 

N.B. : Les deux premières parties sont ici et ici.

 

 

Statut des événements approuvés pour les cultures biotechnologiques utilisées dans l'alimentation humaine et animale, la transformation et la culture

 

Au total, 72 pays (29 pays planteurs et 43 non planteurs + UE 27, comptée pour un) ont délivré des autorisations réglementaires pour les cultures génétiquement modifiées ou biotechnologiques destinées à l'alimentation humaine et animale, ainsi qu'à la culture commerciale. Depuis 1992, 4.485 autorisations ont été accordées par les autorités réglementaires à 403 événements biotechnologiques pour 29 cultures biotechnologiques, sans compter les œillets, les roses et les pétunias.

 

Parmi ces approbations, 2.115 concernaient des denrées alimentaires, soit pour une utilisation directe, soit pour une transformation, 1.514 concernaient des aliments pour animaux, soit pour une utilisation directe, soit pour une transformation, tandis que 856 concernaient des disséminations dans l'environnement ou la mise en culture. Les États-Unis ont enregistré le plus grand nombre d'autorisations d'événements GM (traits isolés uniquement), suivis du Japon (sans compter les événements intermédiaires des événements empilés approuvés), du Canada, du Brésil et de la Corée du Sud, qui constituent le top cinq.

 

Le maïs héberge le plus grand nombre d'événements approuvés (146 événements dans 35 pays), suivi par le cotonnier (66 événements dans 27 pays), la pomme de terre (49 événements dans 13 pays), le soja (38 événements dans 31 pays) et le canola (38 événements dans 15 pays).

 

Voici les dix événements les plus importants ayant reçu le plus grand nombre d'autorisations dans différents pays : le maïs tolérant un herbicide NK603 (61 autorisations dans 28 pays + UE 28 en tant que telle) est encore celui qui a reçu le plus grand nombre d'autorisations. Il est suivi par le soja GTS 40-3-2 tolérant un herbicide (57 homologations dans 28 pays + UE 28) ; le maïs MON810 résistant à des insectes (55 homologations dans 27 pays + UE 28), le maïs TC1507 tolérant un herbicide et résistant à des insectes (55 homologations dans 27 pays + UE 28), le maïs Bt11 tolérant un herbicide et résistant à des insectes (54 homologations dans 26 pays + UE 28), le maïs résistant à des insectes MON89034 (51 homologations dans 25 pays + UE 28), le maïs GA21 tolérant un herbicide (50 homologations dans 24 pays + UE 28), le maïs MON88017 tolérant un herbicide et résistant à des insectes (45 homologations dans 24 pays + UE 28), le soja A2704-12 tolérant un herbicide (45 homologations dans 25 pays + UE 28).

 

 

Tableau 2. Les dix premiers pays ayant accordé des autorisations pour les denrées alimentaires, les aliments pour animaux et les cultures/environnement*.

*Pour le Japon, les données sont recueillies auprès de la Japan Biosafety Clearing House (JBCH, en anglais et en japonais) ainsi que sur le site web du Ministère de la Santé, du Travail et de la Protection Sociale (MHLW). Cependant, les événements intermédiaires dérivés d'un événement pyramidal approuvé enregistré par la JBCH ne sont pas inclus dans notre base de données s'ils n'apparaissent pas sur le site du MHLW. De plus, les approbations expirées sont incluses dans notre base de données à partir de 1992 alors que les enregistrements de la JBCH commencent en 2004.

**Les États-Unis n'approuvent que des événements individuels.

***Bien que les autorisations de culture soient accordées au Japon, aucune plantation d'OGM n'est actuellement effectuée.

 

 

Contribution des cultures biotechnologiques à la sécurité alimentaire, à la durabilité et aux solutions au changement climatique

 

Les cultures biotechnologiques sont adoptées à l'échelle mondiale en raison de leurs énormes avantages pour l'environnement, la santé des hommes et des animaux, et leur contribution à l'amélioration des conditions socio-économiques des agriculteurs et du grand public. Les gains économiques mondiaux apportés par les cultures biotechnologiques au cours des 23 dernières années (1996-2018) se sont élevés à 224,9 milliards de dollars US (ci-après : « dollars ») de bénéfices économiques pour plus de 16 à 17 millions d'agriculteurs, dont 95 % vivent dans des pays en développement.

 

Les cultures biotechnologiques ont contribué à la sécurité alimentaire, à la durabilité et aux solutions au changement climatique :

 

  • en augmentant la productivité des cultures de 822 millions de tonnes évaluées à 224,9 milliards de dollars pour la période 1996-2018 ; et 86,9 millions de tonnes évaluées à 18,9 milliards de dollars pour la seule année 2018 ;

     

  • en conservant la biodiversité de 1996 à 2018 en épargnant 231 millions d'hectares de terres et 24,3 millions d'hectares de terres pour la seule année 2018 ;

     

  • en fournissant un environnement plus sûr

- en économisant 776 millions de kg de matières actives de pesticides en 1996-2018 et 51,7 millions de kg pour la seule année 2018 et en évitant leur rejet dans l'environnement ;

- en réduisant l'utilisation de pesticides de 8,3 % en 1996-2018, et de 8,6 % pour la seule année 2018 ;

- en réduisant l'EIQ (Quotient d'Impact Environnemental) de 18,3 % en 1996-2018, et de 19 % pour la seule année 2018 ;

 

  • en réduisant les émissions de CO2 de 23 milliards de kg en 2018, ce qui équivaut à retirer 15,3 millions de voitures de la circulation pendant un an ; et

     

  • en aidant à réduire la pauvreté en améliorant la situation économique de 16-17 millions de petits agriculteurs et de leurs familles, soit plus de 65 millions de personnes, qui comptent parmi les plus pauvres du monde (Brookes et Barfoot, 2020).

 

Ainsi, les cultures biotechnologiques peuvent contribuer à une stratégie d'« intensification durable » préconisée par de nombreuses académies des sciences du monde entier, qui permet d'accroître la productivité et la production sur les 1,5 milliard d'hectares de terres cultivées que compte actuellement la planète, sauvant ainsi les forêts et la biodiversité. Les cultures biotechnologiques sont essentielles mais ne sont pas la panacée, et le respect des bonnes pratiques agricoles telles que les rotations et la gestion des résistances est indispensable pour les cultures biotechnologiques comme pour les cultures conventionnelles.

 

 

Les gains économiques des cultures biotechnologiques ont atteint 225 milliards de dollars de 1996 à 2018

 

Au total, les pays qui ont semé ou planté des cultures biotechnologiques entre 1996 et 2018 ont obtenu des avantages économiques de 224,9 milliards de dollars. Les gains les plus importants ont été obtenus par les États-Unis (95,9 milliards de dollars), l'Argentine (28,1 milliards de dollars), le Brésil (26,6 milliards de dollars), l'Inde (24,3 milliards de dollars), la Chine (23,2 milliards de dollars), le Canada (9,7 milliards de dollars) et d'autres pays (23,2 milliards de dollars) pour un total de 224,9 milliards de dollars. Pour la seule année 2018, six pays ont tiré le plus grand profit économique des cultures biotechnologiques, à savoir les États-Unis (7,8 milliards de dollars), le Brésil (3,8 milliards de dollars), l'Argentine (2,4 milliards de dollars), l'Inde (1,5 milliard de dollars), la Chine (1,5 milliard de dollars), le Canada (0,9 milliard de dollars) et d'autres pays (1 milliard de dollars), pour un total de 18,9 milliards de dollars (Brookes et Barfoot, 2020).

 

 

Conclusion

 

Le rapport sur l'insécurité alimentaire dans le monde de 2019 a révélé que les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) des Nations Unies (ONU) qui visaient la fin 2015 n'ont pas été atteints, et que plus de 820 millions de personnes dans le monde souffraient encore de la faim en 2018, ce qui rend difficile la réalisation de l'objectif « Faim zéro » d'ici 2030. Le rapport sur l'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde de 2019 a également montré que la réduction de la faim dont le monde a bénéficié pendant plus d'une décennie est en train de s'achever et que la faim est à nouveau en augmentation. Le niveau mondial de la prévalence de la sous-alimentation s'est stabilisé ; malheureusement, le nombre absolu de personnes sous-alimentées continue d'augmenter lentement.

 

Les détails régionaux montrent que dans presque toutes les sous-régions africaines, la prévalence la plus élevée de sous-alimentation est proche de 20 %. L'Asie vient en second, en particulier la région d'Asie occidentale, qui affiche une augmentation continue depuis 2010 pour atteindre plus de 12 % de sa population. La faim progresse également lentement en Amérique latine et dans les Caraïbes, où elle atteint près de 7 %. Il est décourageant de constater que plus de 2 milliards de personnes n'ont pas un accès régulier à une alimentation sûre, nutritive et suffisante, dont 8 % de la population en Amérique du Nord et en Europe. Les ralentissements et les récessions économiques ont fortement impacté la probabilité d'une insécurité alimentaire et d'une sous-alimentation graves, et cet effet est de 20 % supérieur pour les pays à faible revenu. En outre, le changement climatique affecte fortement la production alimentaire au niveau mondial. Dans l'ensemble, les changements d'une année sur l'autre des facteurs climatiques pendant la saison de végétation du maïs, du riz, du soja et du blé de printemps pourraient être à l'origine de 20 à 49 % des fluctuations de rendement.

 

Ainsi, dans la 24e année de commercialisation des cultures biotechnologiques (culture et importations pour l'alimentation humaine et animale et la transformation), les 190,4 millions d'hectares pourraient contribuer à atténuer ces problèmes. La superficie cumulée de cultures biotechnologiques de 1996 à 2019, soit 2,7 milliards d'hectares, continue de fournir des denrées alimentaires, des aliments pour animaux et des abris à la population mondiale de 7,7 milliards d'habitants. De plus, les bénéfices économiques accumulés (1996-2018) s'élèvent à 229,4 milliards de dollars pour 18 millions d'agriculteurs et leurs familles, dont 95 % sont des petits exploitants. De nouvelles cultures et de nouveaux caractères biotechnologiques ont été mis à la disposition des consommateurs afin de leur permettre de bénéficier d'une nourriture abondante et nutritive, et des agriculteurs pour des caractéristiques agronomiques permettant d'atténuer les problèmes agricoles biotiques et abiotiques liés au changement climatique.

 

L'acceptation par le public et des politiques habilitantes du gouvernement sont essentielles pour que les avantages agricoles, socio-économiques et environnementaux des cultures biotechnologiques atteignent les pauvres et les affamés. Plus important encore, une harmonisation régionale des réglementations qui facilite la transportabilité des données accélérerait la prise de décision en matière de biosécurité. La garantie que ces avantages se poursuivront maintenant et à l'avenir dépend également de la diligence et des mesures réglementaires prospectives fondées sur la science, de l'examen critique des avantages plutôt que des risques, de la productivité agricole dans un souci de conservation et de durabilité de l'environnement et, surtout, de la prise en compte des millions de personnes affamées et appauvries qui ont besoin de ressources.

 

 

Pour acheter un exemplaire électronique de l'intégralité du Brief 55, envoyez un courriel à publications@isaaa.org. Vous pouvez également demander un exemple de rapport.

 

 

L'ISAAA remercie la Fondation Africaine pour les Technologies Agricoles (AATF) par le biais du programme du Forum Ouvert sur les Biotechnologies Agricoles en Afrique (OFAB) pour son soutien à l'établissement du Brief 55.

 

___________

 

* Source : ISAAA Brief 55-2019: Executive Summary | ISAAA.org

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

justin 05/03/2021 18:01

les faucheur d'OGM reprennent du service...
https://www.francetvinfo.fr/sciences/ogm/aude-des-faucheurs-d-ogm-detruisent-des-centaines-de-sacs-de-semences_4320151.html