Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La fille du fermier : le glyphosate n'est pas effrayant... contrairement au mouvement qui le diabolise

3 Mars 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #Activisme

La fille du fermier : le glyphosate n'est pas effrayant... contrairement au mouvement qui le diabolise

 

Amanda Zaluckyj, AGDAILY*

 

 

Image de Sheila Fitzgerald, Shutterstock

 

 

Mon père a rencontré la machine à broyer le glyphosate en apportant des chèques de loyer. Le propriétaire en question a des antécédents dans l’agriculteur, n’est pas adepte des théories du complot et est normalement assez rationnel. Mais il a demandé à papa s’il existait un herbicide de substitution au Roundup, que papa pourrait utiliser, car il avait entendu de très mauvaises choses sur le glyphosate.

 

Cette préoccupation devrait envoyer des frissons dans nos dos. Parce qu’elle ne traîne plus aux marges de la société où les gens sont enclins à des théories du complot sur « Big Ag » et « Big Chim ». Les craintes à propos du glyphosate ont officiellement surgi dans nos petites communautés rurales auprès de personnes qui comprennent ce qu'est l’agriculture.

 

La campagne contre le glyphosate a commencé il y a quelques années. L’herbicide relativement inoffensif était si étroitement lié aux cultures Roundup Ready qu’il est devenu inexorablement lié à la biotechnologie. Les militants ont tout fait pour interdire la culture des plantes génétiquement modifiées. Et ils ont tenté d'imposer un étiquetage effrayant avec des têtes de mort. Mais lorsque les interdictions ont échoué et que le gouvernement fédéral a adopté des exigences nationales en matière d'étiquetage, leur attention s'est de plus en plus porté sur le glyphosate.

 

Leurs efforts ont porté leurs fruits lorsque le Centre International de Recherche sur le Cancer de l’Organisation Mondiale de la Santé a désigné le glyphosate comme un cancérigène probable. La décision a été immédiatement controversée et critiquée par des scientifiques du monde entier. Et nous savons maintenant que le groupe de travail du CIRC avait été constitué avec des personnes bien choisies pour s’assurer qu’il aboutirait à un résultat particulier.

 

Après l’annonce du CIRC, les organismes de réglementation du monde entier ont décidé de revoir leurs positions sur le glyphosate. Tous ont conclu que le CIRC avait tort. Parmi ceux-ci figurent l’Agence Américaine de Protection de l’Environnement, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, l’Agence canadienne de Réglementation de la Lutte Antiparasitaire et l’Agence Européenne des Produits Chimiques. Même l'Organisation Mondiale de la Santé a déclaré que le CIRC s'était trompé.

 

Plus récemment, Santé Canada a publié une déclaration sur son réexamen du glyphosate. La déclaration dit : « À l’heure actuelle, aucun organisme de réglementation des pesticides, y compris Santé Canada, ne considère que le glyphosate présente un risque cancérogène préoccupant pour les humains. »

 

Les scientifiques ont même mené des recherches supplémentaires sur le glyphosate et son lien potentiel avec le cancer. En novembre 2017, le Journal of the National Cancer Institute a publié une vaste étude à long terme qui n'a révélé aucun lien entre l'exposition au glyphosate des travailleurs agricoles et le cancer.

 

Mais la décision du CIRC a eu des conséquences. En août 2018, un jury californien a prononcé en faveur de Dewayne Johnson un verdict de plusieurs millions de dollars. Johnson a affirmé avoir été exposé au glyphosate dans son travail en tant que jardinier d’une école, ce qui lui a provoqué un lymphome. Il a fondé ses revendications sur la décision du CIRC. Il y a maintenant plus de 5.000 autres poursuites en instance contre Monsanto de Bayer avec des prétentions similaires. Et maintenant, des publicités télévisées diffusées dans tout le pays exhortent les plaignants potentiels à contacter des cabinets d’avocats spécialisés en recours collectifs pour participer à cette action.

 

Ces développements ne sont pas le produit d’une coïncidence. J’ai longtemps prévenu que « Big Green » sait exactement ce qu’ils font et qu’il ne fallait pas les sous-estimer. Ces organisations militantes, telles que l'Environmental Working Group et l’Organic Consumers' Association, sont riches, organisées et puissantes. Ce qu’ils ont accompli en seulement quelques années contre le glyphosate devrait nous alerter sur leurs capacités.

 

Sur une note positive, nous avons maintenant un meilleur effort de la base pour parler directement aux consommateurs, aux acheteurs et aux mangeurs. Et davantage de personnes sont maintenant au courant du fonctionnement de ces organisations et de leurs succès. J'espère que la prochaine fois – et il y aura certainement une prochaine fois – notre camp aura un peu plus de succès.

 

_____________

 

* Amanda Zaluckyj blogue sous le nom The Farmer's Daughter USA. Son objectif est de promouvoir les agriculteurs et de lutter contre la désinformation qui tourbillonne autour de l'industrie agroalimentaire américaine.

 

Source : https://www.agdaily.com/insights/farmers-daughter-glyphosate-isnt-scary-the-movement-to-demonize-it-is-though/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sandrine MAZUEL 05/03/2019 19:28

Et puis la diminution catastrophique de la biodiversité ces 50 dernières années est aussi la preuve que les produits phytos sont inoffensifs.
Bon je retourne à la vie normale, je vous laisse grenouiller avec les climato-phytosanitairo-sceptiques de tous poils j'ai mieux à faire heureusement. Bon courage pour les 50 prochaines années. Vous raconterez à vos petits enfants ce qu'était une abeille, si vous vous en souvenez.

max 06/03/2019 12:32

Désolé, je me suis laisser emporter.

Sny 06/03/2019 12:01

Alors, qu'est ce que vous attendez pour tremper votre tartine dans la bouillie bordelaise ?

Seppi 06/03/2019 11:48

max le ‎mardi‎ ‎05‎ ‎mars‎ ‎2019‎ ‎20‎:‎49

Re…

Nooon…

Il faut au contraire qu'elle reste assidue sur ce site (et d'autres). Elle comprendra peut-être qu'elle est contaminée par une idéologie irrationnelle.

Seppi 06/03/2019 11:46

Re…

Non, non, il faut qu'elle reste assidue sur ce site, pour comprendre qu'elle est contaminée par une idéologie irrationnelle. Elle n'est malheureusement pas la seule.

Seppi 06/03/2019 11:42

Re...bonjour,

Merci pour ce nouvel essai.

La diminution catastrophique des moineaux en ville est dues aux produits phytos, n'est-ce pas ? Et l'augmentation des punaises (et des rats à Paris) en ville aussi ? Oui dans ce dernier cas, en partie : au lieu d'utiliser des produits efficaces, on a recours à des méthodes de charlatans.

La vie n'est pas binaire, manichéenne...

Mais restez accrochée à la lecture de ce blog -- et visitez-en d'autres du même registre. Vous apprendrez des choses. En particulier à relativiser.

Sandrine MAZUEL 05/03/2019 17:35

Et puis c'est vrai que les études prouvant l'innocuité du glypho se distinguent par leur indépendance... Ouarf la bonne blague !
Allez les trolls, à vous !

Seppi 06/03/2019 11:22

@ max le ‎mardi‎ ‎05‎ ‎mars‎ ‎2019‎ ‎18‎:‎34

Bonjour,

Merci pour cette réponse.

On peut ajouter que le personnage -- qui défend ce qu'il perçoit comme son intégrité scientifique au prétoire -- s'est même vanté d'avoir monté une association "brass plate", écran, pour que les liens entre les "chercheurs" et les financeurs ne soient pas trop visibles. C'est même reproduit dans l'immonde numéro de l'Obs de septembre 2012.

Seppi 06/03/2019 11:18

Re-re-re bonjour,

Merci pour votre commentaire (si, si…).

Un nouveau lapin sorti du chapeau ! Vous avez certainement des preuves, à la fois pour le manque d'indépendance et pour la fausseté implicitement alléguée des études en cause. Car une étude qui ne serait pas "indépendante" mais conforme aux canons de la science reste une étude conforme aux canons de la science, en bref, crédible.

Mais prenons le problème en sens inverse: indépendantes les études qui ont "prouvé" la dangerosité du glyphosate ? Qui a payé l'ignominieuse étude de Séralini sur les rats ?

max 05/03/2019 18:34

"Et puis c'est vrai que les études prouvant l'innocuité du glypho se distinguent par leur indépendance... Ouarf la bonne blague !"
Celle de Seralini payer par Auchan et Carrefour aussi. Et Génération futur payé par Biocoop et Léa nature. La blague c'est les pseudo défenseurs de l'environnement payé par des lobbies comme ceux du bio voir de l'homéopathie (comme le CRIIGEN lié à Seven pharma).
Mais bon je sais que que vous serez insensible à ce que je viens de dire, parce que pour vous je suis un "méchant troll de Monsanto/chimie/bigpharma".

Sandrine MAZUEL 05/03/2019 15:09

Que les personnes qui pensent que le glyphosate n'est pas dangereux trempent leurs tartines dedans au petit dèj si ça leur chante...
Mais qu'ils ne m'obligent pas, moi, à en ingérer contre mon gré.
Et pourtant tout le monde à du glyphosate dans le corps. Où est la liberté de choix ?

Seppi 06/03/2019 11:43

Re…

Merci pour cette nouvelle tentative.

Seppi 06/03/2019 11:34

@ Sandrine MAZUEL le ‎mardi‎ ‎05‎ ‎mars‎ ‎2019‎ ‎19‎:‎10

Re… bonjour,

Merci pour ce nouvel "argument".

Vous avez bien sûr les preuves que "les cancers et les maladies neuro dégénératives se développent depuis 40 ans", que c'est "à cause de cet environnement chimique complètement sain", et que c'est plus précisément à cause du glyphosate, ennemi public numéro un.

Mais je vais utiliser la même technique que vous : la multiplication des objections ou le mille-feuilles argumentatif : "Il est grand temps que le bio aie autant de poids et de pouvoir que les empoisonneurs" ? Le dernier grand empoisonnement mortel en Europe a été l'épisode des germes de fenu grec "bio", essentiellement en Allemagne : de mémoire, 53 morts et des milliers de dyalisés pour le reste de leur vie. Plus récemment, quelques dizaines de personnes à l'hosto en Martinique, because datura dans de la farine de sarrasin "bio"...

Seppi 06/03/2019 11:27

@max le ‎mardi‎ ‎05‎ ‎mars‎ ‎2019‎ ‎19‎:‎08

re… bonjour,

Merci pour cette réponse.

Mais il faut la corriger sur un point : "ça n'émeut personne" ? Si, les toxicologues et la Commission Européenne qui a proposé un temps de ne plus l'autoriser mais a cédé face aux pressions des "amis du bio".

Mais, les "amis du bio", c'est pas un lobby, n'est-il pas...

Seppi 06/03/2019 11:10

@ Sandrine MAZUEL le ‎mardi‎ ‎05‎ ‎mars‎ ‎2019‎ ‎17‎:‎27

Re-bonjour et re-merci pour cette réponse.

Si vous ouvriez vos écoutilles pour voir l'ensemble de la problématique et écartiez vos œillères, vaus sauriez que la bouillie bordelaise est bien plus dangereuse pour la santé et l'environnement que le glyphosate.

http://seppi.over-blog.com/2018/04/bien-plus-toxique-que-le-glyphosate-le-sulfate-de-cuivre-utilise-par-les-agriculteurs-biologiques-et-conventionnels-fait-l-objet-de

S'il n'y avait pas eu l'agriculture biologique, ses thuriféraires et ses activistes, le sulfate de cuivre ne serait plus autorisé au niveau de l'Union Européenne. Des pays comme le Danemark et les Pays-Bas n'en ont approuvé aucune formulation.

Seppi 06/03/2019 11:04

@ max le ‎mardi‎ ‎05‎ ‎mars‎ ‎2019‎ ‎16‎:‎35

Bonjour,

Merci pour cette réponse.

Sny 05/03/2019 13:58

Et tous les soirs avant de se coucher, Lapinou boit un verre de Bouillie bordelaise et s'en porte comme un charme.

Seppi 06/03/2019 10:48

Bonjour,

Merci pour cette réponse.

C'est bien sûr de l'humour, mais je crains fort que la proposition ne soit fausse. En tout cas, l'illustre Séralini n'a pas fait boire de la bouillie bordelaise à demi-dose d'épandage à des rats...

Lapinou 05/03/2019 01:08

Je bois un verre de glyphosate tous les matins au petit dej et je me porte comme un charme !

Seppi 06/03/2019 10:46

Bonjour,

Merci pour votre commentaire (si, si…)

Mais je vois que d'autres ont répondu à cette ânerie qui sert couramment d'argumentaire.

Juste pour rappel : l'illustre Séralini n'a pas réussi à faire crever toute sa cohorte de rats (10 mâles et 10 femelles) en leur faisant boire pendant deux ans de l'eau additionnée de Roundup à la demi-dose d'épandage.