Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Des scientifiques nigérians en appellent à la biotechnologie pour résoudre le problème de la sécurité alimentaire en Afrique

23 Novembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique, #OGM

Des scientifiques nigérians en appellent à la biotechnologie pour résoudre le problème de la sécurité alimentaire en Afrique

 

Abdullahi Tsanni*

 

 

 

 

La biotechnologie a le potentiel de remodeler les politiques agricoles en Afrique en s'attaquant aux problèmes tant du changement climatique que de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, a déclaré Benjamin Ubi, président de la Biotechnology Society of Nigeria (BSN).

 

Ubi, s’adressant à l’Alliance pour la Science en marge de la conférence annuelle de la société, a souligné l’importance des défis à relever pour assurer une alimentation saine et nutritive suffisante pour nourrir les générations futures.

 

« La conférence de cette année, centrée sur la sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne, était opportune et utile compte tenu de la croissance rapide de la population sur le continent, en particulier au Nigeria », a déclaré Ubi. « Nous reconnaissons depuis longtemps qu'il est impératif d'utiliser les outils de la biotechnologie pour accroître la production alimentaire afin d'atteindre la sécurité alimentaire en Afrique. »

 

« Nous ne pouvons pas continuer à faire de l'agriculture sans déployer de la science, compte tenu des impacts du changement climatique dans le monde », a-t-il ajouté.

 

Ubi a déclaré qu'il considérait la biotechnologie de la plus haute importance non seulement pour l'agriculture, mais également pour d'autres secteurs de l'économie nigériane, notamment la médecine, l'environnement et l'industrie. Avec ce vaste potentiel, a-t-il déclaré, les experts nigérians en biotechnologie doivent s'unir pour définir les moyens de garantir l'utilisation des outils biotechnologiques au Nigeria et en Afrique.

 

« Notre base d’experts est vaste et nos scientifiques travaillent dans différents domaines de la biotechnologie, notamment le diagnostic médical et la criminalistique, les produits pharmaceutiques, la génétique des cultures, la sélection et la génomique, ainsi que dans l'examen des questions juridiques et de sécurité de la biotechnologie », a-t-il déclaré.

 

Ubi a noté que la création de l'Agence Nationale de Gestion de la Biosécurité (NBMA) – ainsi que les modifications récentes de la loi de 2019 sur la NBMA pour inclure la biotechnologie moderne – constituaient un formidable élan pour le Nigeria.

 

« Les scientifiques disposent désormais du cadre juridique dans lequel ils peuvent mener leurs recherches », a-t-il noté.

 

M. Yemi Akinbamijo, directeur exécutif du Forum pour la Recherche Agricole en Afrique (FARA), a prononcé le discours d'ouverture, en soulignant les possibilités offertes par la biotechnologie agricole pour parvenir à la sécurité alimentaire sur le continent.

 

« On ne saurait trop insister sur le rôle de la biotechnologie dans la réalisation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique », a-t-il déclaré. « Avec le boom démographique actuel en Afrique et les disponibilités limitées en terres cultivables, les projections indiquent que d'ici 2050, pas plus de 10 % de la production alimentaire mondiale sera attribuable à une extension des zones cultivées. Les 90 % restants de nos aliments proviendront des biotechnologies agricoles. »

 

« Nous devons donc déployer de nouvelles technologies de production, et la science est la plus grande ressource de l’humanité, capable de répondre aux demandes croissantes en matière d’alimentation et de nutrition en Afrique – comme dans d’autres pays du monde », a ajouté Akinbamijo.

 

Akinbamijo a appelé à « plus de science en politique et moins de politique en science », ajoutant qu'il était nécessaire que les scientifiques dialoguent en permanence avec le public et les décideurs.

 

« Les décideurs nous fournissent le cadre dans lequel la science et les scientifiques évoluent », a-t-il expliqué. « Par conséquent, nous avons besoin de politiques scientifiques adéquates pour promouvoir les innovations scientifiques. Nous devons avoir un moyen systématique de dialoguer avec les décideurs politiques pour leur fournir des informations scientifiques crédibles leur permettant de prendre des décisions fondées sur des données scientifiques », a déclaré Akinbamijo.

 

Le FARA est bien placé pour déployer la science et la biotechnologie afin d'améliorer la productivité agricole sur le continent, a déclaré Akinbamijo.

 

« En tant qu’institution, nous sommes les dépositaires de l’Agenda Scientifique pour l’Agriculture en Afrique, qui vise à connecter la science pour transformer l’agriculture africaine », a-t-il déclaré. « Nous avons donc un rôle beaucoup plus important et constructif à jouer dans le déploiement de la science sur le continent. »

 

Akinbamijo a noté que l’Afrique avait le taux de croissance démographique le plus élevé du monde, tout en étant le continent le plus déficitaire en sciences du monde. Une solution à ce dilemme pourrait être un meilleur plaidoyer, a suggéré Ubi.

 

« Nous devons faire davantage de plaidoyer en faveur de la biotechnologie au Nigéria et assurer une diffusion précise des informations scientifiques, en particulier sur la biotechnologie agricole », a déclaré Ubi. « Beaucoup de gens sont mal informés et, par conséquent, ils ne connaissent pas les faits scientifiques à la base de la technologie GM. »

 

La BSN est la principale organisation professionnelle du Nigeria axée sur la promotion de la recherche en biotechnologie, de l’innovation et des avancées dans les universités, les instituts de recherche, les agences gouvernementales, l'industrie et la communauté mondiale. Sa conférence annuelle offre une plate-forme pour les échanges d’idées entre scientifiques nigérians de divers horizons scientifiques sur le concept et l’application de la biotechnologie moderne.

 

____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2019/10/nigerian-scientists-call-for-biotech-to-address-food-security-in-africa/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
Et encore des scientifiques Africains qui dénoncent l'erreur des anti-OGM et plaident pour la science. Vraiment l'Afrique est en passe de devenir un modèle pour l'agriculture de demain.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Mais il ne faut pas aller si vite en besogne… o, est encore loin du compte.