Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Urgence climatique » : Un appel à l'endoctrinement sur le Journal du Dimanche

22 Septembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

« Urgence climatique » : un appel à l'endoctrinement sur le Journal du Dimanche

 

Glané sur la toile 398

 

 

(Source)

 

 

Nous sortirons dans ce billet de nos thèmes favoris pour évoquer « EXCLUSIF. "Formons tous les étudiants aux enjeux climatiques" : l'appel de 80 dirigeants d'établissements », une tribune publiée le 14 décembre 2019 par le Journal du Dimanche.

 

En bref,

 

« Plus de 80 dirigeants d’établissements et 1.000 enseignants et chercheurs, en tête d’une liste de quelque 7.500 signataires, lancent un appel à l’Etat pour qu’il "initie une stratégie de transition de l’enseignement supérieur positionnant le climat comme l’urgence première". »

 

C'est un peu cryptique. Le JDD a mis en pavé l'objectif poursuivi par les signataires :

 

« Aucun étudiant ne doit pouvoir valider une formation dans l’enseignement supérieur sans avoir compris les causes, les conséquences du changement climatique et travaillé à l’identification de solutions possibles. »

 

Avez-vous bien saisi ? Le futur spécialiste de la philosophie de Kant, le futur égyptologue, le futur grammairien, le futur ingénieur en électronique, tous doivent avoir suivi une formation qualifiante sur le changement climatique !

 

Au détour d'un paragraphe, on trouve une ambition qu'on ne saurait qu'applaudir... en principe :

 

« […] Dans un contexte où les "fake news" sont fréquentes et où la rigueur scientifique des informations circulant sur les réseaux sociaux est souvent discutable, nous avons la responsabilité de conférer à nos étudiants le socle de connaissances nécessaire au développement d’un esprit critique. »

 

Mais de quelles connaissances s'agit-il ? La capacité d'exercer un jugement rationnel, de démêler le vrai du faux ?

 

« Les enjeux soulevés par le changement climatique et l’épuisement des ressources et de la biodiversité n’ont jamais été aussi prégnants, et le rôle tenu par la civilisation humaine ne fait plus débat. La dépendance de notre économie aux énergies fossiles et à un ensemble de ressources épuisables nous met à la merci de pénuries graves. Une évolution profonde et rapide des modes de vie, de consommation et de production de nos sociétés est indispensable.

 

Les jeunes sont aujourd’hui volontaires pour jouer leur rôle dans la transition énergétique et écologique, mais ils en seront incapables si leurs formations ne leur confèrent pas le savoir et les compétences nécessaires. Futurs décideurs politiques, futurs chefs d’entreprises, futurs élus, futurs électeurs, futurs parents, futurs fonctionnaires, futurs professeurs… tous doivent être sensibilisés, informés et formés.

 

Les signataires s'engagent à agir – on n'en attendrais pas moins d'eux – mais l'État doit prendre sa part en initiant

 

« ...une stratégie de transition de l’enseignement supérieur positionnant le climat comme l’urgence première, et allouer les moyens nécessaires. Il est impératif de transformer rapidement le frémissement actuel en mobilisation générale de tout le supérieur. »

 

Cet appel ne vient pas de Greta Thunberg (qui, de toute façon, sèche ses cours). Il vient de hauts responsables d'établissements d'enseignement et de formation importants – pour le domaine agricole AgroParisTech et Agrocampus Ouest.

 

Un tel appel à organiser un formatage des esprits, un endoctrinement, est plus qu'inquiétant.

 

Nos pérégrinations électroniques nous ont fait atterrir sur le compte Twitter d'un gazouilleur du CNRS-EHESS. Son opposition au texte est d'une autre nature :

 

 

(Source)

 

 

Que faut-il entendre par « guerre politique » ? Quelles références historiques peut on citer sans se voir infliger un point Godwin ? Les Gardes Rouges de Mao peut-être..

 

Tout cela est plus qu'inquiétant.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Les réchauffistes sont absolument persuadés de connaître le Vrai etle faux, le juste et le Bien, et se sont investisde la mission sacrée de protéger l'epèce humaine de ses propres erreurs.
Tous ceux qui ne pensent pas comme eux sont dans le Faux et le Mal, et menacent la survie de l'humanité.
Les réchauffistes ont donc un devoir impératif de faire taire tous ceux qui contestent leurs lubies.
C'est une logique d'inquisiteur. Ou de stalinien. Ou de khmer rouge repeint en vert.
Le réchauffisme est une religion laïque comme était le communisme au siècle précédent. Avec son dogme, ses rites, ses grand'messes, son haut et bas clergé, ses ouailles crédules, sa bureaucratie lourde, sa propagande omniprésente, ses interdits alimentaires (« devenez végétariens pour sauver le monde ») et son inquisition médiatique prompte à punir de la mort sociale les blasphémateurs et les hérétiques...
Bien entendu cette attitude ne favorise pas un débat scientifique, que toute façon les réchauffistes esquivent en traitant par l'anathème et l'excommunication leurs contradicteurs.
https://climatorealist.blogspot.com/
Répondre
M
Je viens de repenser à ça, un article de vice qui apprend aux enfants à radicaliser leurs parents. Faire un article qui promeut la radicalisation (quel que soit le sujet), c'est très grave, surtout quand ça touche aux enfants.

https://www.vice.com/fr/article/9kxep3/comment-radicaliser-vos-parents-face-au-rechauffement-climatique
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Long l'article… tellement long, verbeux et pompeux qu'il ne sera pas lu par les enfants.

Je viens de voir une vignette : le fils a demandé à son père ce qu'il faisait pour le climat… Depuis, le fils va à l'école à pied.
P
Je suis bien d'accord avec vous, de ce côté-ci de l'océan c'est le même endoctrinement. La cause est entendu; plus moyen d'en discuter et cela me fait peur. Il ne reste plus qu'une dictature verte à instaurer.
Les médias prennent pour vérité absolue tout ce qui émane du GIEC et des ONG , la belle affaire. Ils font une fixette pour ne pas dire une lubie sur le CO2 qui pourtant n'est qu 'un gaz à l'état de trace.
Il y a d'autre explication pour le réchauffement mais on en entend jamais parler.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Malheureusement, le Québec prend souvent ses opinions du côté des M... Français.

Le Directeur Général de l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) essaie de mettre un peu de rationalité dans cette affaire, mais manifestement il n'est pas (encore ?) audible.

https://public.wmo.int/en/media/news/statement-wmo-secretary-general-petteri-taalas

Extraits :

"Action should be based on a balanced view of the science available to us and not on a biased reading of reports by the Intergovernmental Panel on Climate Change, of which WMO is one of the parent organizations."

"To get to these solutions, we need a “Do” movement, not a “Talk” movement. This is our common goal."

Il y a certes d'autres explication que le CO2 pour le réchauffement, mais il est indéniable que c'est notre intérêt bien compris de ne pas gaspiller le carbone fossile. Qu'on soit idolâtre ou agnostique, on peut se rejoindre sur cet objectif… sans tomber dans l'hystérie et en reconnaissant l'ampleur de la tâche.
B
"Benoît Rittaud a participé au cycle de conférences organisé par le Heartland Institute à Washington."

Manifestement Benoît Rittaud va chercher sa petite enveloppe d'argent de poche.

Il faut savoir que le Heartland Institute, financé par le lobby des biotechnologies, l'industries pétrolière et l'industrie du tabac, es une des principales sources de rémunération des agents du climatoscepticisme.

Ce qui est pratique avec les "climato-réalistes", c'est qu'on a même plus besoin de les décrédibiliser, désormais ils se décrédibilisent eux-mêmes...
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je ne sais pas d'où vous sortez votre citation et, après tout, je m'en moque.

Je suppose que vous avez quelques biscuits à l'appui d'une affirmation parfaitement diffamatoire à l'égard de M. Benoît Rittaud.

Quant au Heartland Institute, il dit avoir été financé en 2017 pour 70% par des donations individuelles, pour 22% par des fondations, 6% par des entreprises et 2% par des divers :

https://www.heartland.org/_template-assets/documents/2018_Prospectus.pdf



M
Je ne comprends pas votre point de vue. Le changement climatique est à 99% une réalité scientifique, selon le GIEC. On peut décliner les cours selon les sujets : physique du phénomène, conséquences pour l'économie, pour la santé, mise en oeuvre de l'atténuation et de l'adaptation... Et le shift project n'est pas "pro-nucléaire", il est pragmatique, actuellement c'est l'énergie la moins émettrice de GES et qui fournit le meilleur rendement. Pour comprendre l'ampleur du défi qui nous attend, je vous conseille la vidéo de JM. Jancovici, "CO2 ou PIB, il faut choisir" : https://www.youtube.com/watch?v=Vjkq8V5rVy0
Répondre
S
@ Hbsc Xris le dimanche 22 septembre 2019 à 22:12

Bonjour,

Merci pour votre commentaire et les compléments.

Le coup de gueule du DG de l'OMM est en effet important.

Quoi qu'on pense de la matérialité du réchauffement climatique et de son origine anthropique, il est en effet important de faire cesser l'hystérie.

Et pour l'histoire, il y a le formidable ouvrage d'Emmanuel Le Roy Ladurie.
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Il me semble que j'ai été clair dans mon argumentation.

Je suis réfractaire à toute forme d'endoctrinement. On sait ce que ça donne.
M
Plutôt qu'une étude, je préfère me tourner vers le consensus. Et votre étude de Nature est publiée par Scientific Report, qui a l'avantage de pouvoir le commenter. Je ne suis pas scientifique, mais le nombre de critiques sur cet article n'est pas bon signe de sa qualité : "A discussion of this paper at PubPeer is highlighting a number of major errors in this paper and the claims made within it." https://pubpeer.com/publications/3418816F1BA55AFB7A2E6A44847C24
H
Avez vous feuilleté le dernier rapport du GIEC ? Il est bien plus prudent que ce qu'on rapporté les journaux qui n'ont retenu que les scénarios extrêmes.
Je vous invite aussi à découvrir le coup de gueule du secrétaire général de l'Organisation Mondiale de la Météorologie (proche du GIEC), ces derniers jours Petteri Taalas, qui exprime son ras le bol du catastrophisme ambiant et appelle à la raison.
Pour finir, si vous lisez l'anglais, cet article très intéressant (et un peu compliqué, je l'avoue) paru début du mois dans la revue scientifique Nature, de la climatologue russe Zharkova https://www.nature.com/articles/s41598-019-45584-3.
Elle met en évidence les conjonctions entre 3 cycles de fonctionnement du soleil, le court 11 ans à peu près, bien connu, un moyen environ 95 ans, un long environ 350-400 ans. Cela expliquerait parfaitement le réchauffement de ces derniers siècles comme les pauses. Sa thèse mérite que l'on s'y attarde.
C'est d'autant plus intéressant que la courbe du CO2 depuis 2 siècles ne suit qu'imparfaitement la courbe des températures. Donc est ce vraiment le CO2, franchement, en dépit d'une année de cours de climatologie quand j'étais jeune (où on ne parlait ni de réchauffement, ni de CO2 d'ailleurs...), je ne possède absolument pas les connaissances scientifiques dans ce domaine pour avoir une opinion claire.
Par contre, je suis une pas trop mauvaise historienne (enfin, je l'espère) et je sais que le climat n'a cessé de changer au cours de l'histoire, ancienne comme proche. Et à ces époques, nous ne rejettions pas tout ce CO2. Alors ????