Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Glyphosate : l'Europe dans l'impasse »... l'AFP et le Monde aussi

12 Novembre 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Glyphosate (Roundup)

« Glyphosate : l'Europe dans l'impasse »... l'AFP et le Monde aussi

 

 

 

 

Jeudi 9 novembre 2017 : le SCOPAFF (Comité Permanent des Plantes, des Animaux, des Denrées Alimentaires et des Aliments pour Animaux) vote sur la dernière proposition de la Commission Européenne sur le renouvellement de l'autorisation du glyphosate – pour une durée de cinq ans – et ne dégage pas de double majorité (55 % des États membres représentant 65 % de la population), ni pour, ni contre la proposition. Celle-ci sera donc soumise à un comité d'appel qui devrait se réunir d'ici fin novembre. L'autorisation actuelle du glyphosate expire le 15 décembre 2017.

 

Le jeudi 9 novembre 2017 fut aussi un jour de grande activité pour le Monde Planète. Quatre articles...

 

 

 

Le nombre de manifestants est impressionnant...

 

 

 

Ci-dessus, la première illustration de cet article de questions réponses

 

 

 

 

Le parti pris du Monde s'exprime aussi par le choix des photos

 

 

 

C'est suivi, le 10 novembre 2017 (date sur la toile) par « Glyphosate : l’Europe dans l’impasse », de Mme Stéphane Horel.

 

 

C'est la première illustration, pour la série, à ne pas être outrageusement militante...

 

 

L'Agence Française de Propagande

 

On aimerait que notre agence nationale de presse diffuse des informations objectives, et non tronquées. Mais, voici du premier article repris par le Monde :

 

« Entrant notamment dans la composition du Roundup, du groupe Monsanto, le glyphosate est très critiqué par les défenseurs de l’environnement. Il a été classé en 2015 "cancérogène probable" pour l’homme par le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l’Organisation mondiale de la santé. »

 

Et de son deuxième :

 

« Le glyphosate, très utilisé par les agriculteurs, représente 25 % du marché mondial des herbicides. Entrant notamment dans la composition du Roundup, du groupe Monsanto, il est très critiqué par les défenseurs de l’environnement. Il a récemment été classé "cancérogène probable" pour l’homme par le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l’Organisation mondiale de la santé. »

 

On cherchera désespérément une référence aux classements contradictoires de la bonne douzaine d'autres agences d'évaluation, notamment européennes (EFSA et EchA) et internationales (la FAO et l'OMS, la maison-mère du CIRC).

 

C'est ce qu'on appelle l'« information ».

 

 
Le Monde sans signature

 

« En direct... » nous livre sur une colonne annexe « Les faits » :

 

« Très utilisé par les agriculteurs, le glyphosate est notamment utilisé dans le Roundup du groupe Monsanto. Il a été classé "cancérogène probable" pour l'homme par le Centre international de recherche sur le cancer en 2015. »

 

On retrouve cela dans le texte principal, toujours sans le complément indispensable pour la bonne compréhension du sujet. Il y a aussi :

 

« L’Europe doit décider si elle réautorise le pesticide le plus utilisé au monde, classé par l’OMS « cancérogène probable » pour l’homme. La position française est confuse. »

 

Mais les « journalistes » ont quand même été obligés de sortir – un peu – de la propagande :

 

« quels sont les arguments des pour face aux scientifique qui classe ce produit comme "cancérogène probable"?

 

-Emilie

 

Les Etats qui votent pour le renouvellement pour cinq ans s'en remettent à l'avis des deux agences d'expertise européennes (Autorité européenne de sécurité des aliments et Agence européenne des produits chimiques), qui jugent le glyphosate non cancérogène, en contradiction avec le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence des Nations unies. »

 

Petite explication de trucs : les sigles sont omis pour les institutions européennes... cela diminue l'importance visuelle qu'elles reçoivent. Et « en contradiction » donne implicitement tort à ces institutions.

 

Cet échange avec des lecteurs avait été introduit par :

 

« Après des semaines de débats, la Commission doit soumettre ce jeudi 9 novembre sa proposition sur la durée de renouvellement de cet herbicide jugé "cancérogène probable" pour l'homme en 2015, présent dans le Roundup de Monsanto. La licence d'exploitation du glyphosate dans l'Union européenne expirera le 15 décembre. »

 

Dans le deuxième texte sans signature, « ...ce qu'il faut retenir », il y a... « L'essentiel » :

 

« Les Etats membres de l’Union européenne (UE) n’ont pas réussi à trouver d’accord, jeudi 9 novembre, sur la durée de renouvellement du glyphosate, un désherbant classé comme "cancérogène probable" en mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence dépendant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). »

 

 

Le Monde de Mme Stéphane Horel

 

Restons sur le même créneau. Dans la version papier, il y a un intertitre « "Cancérigèn e probable" », ce qui donne dans le texte :

 

« En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence spécialisée des Nations unies (ONU), avait classé le glyphosate "cancérigène probable" pour l'homme. »

 

Silence sur tout le reste... Les évaluations des autres institutions ; les scandales qui polluent le travail du CIRC ; les « Portier Papers » ; la toute dernière étude scientifique sur les liens entre glyphosate et cancers dans le cadre de l'Agricultural Health Study, que Mme Horel ne pouvait ignorer au moment où elle a écrit son texte.

 

La description des résultats du vote est tout aussi ahurissante :

 

« Soutenue par des pays ne représentant que 37 % de la population de l'UE, la proposition souffre d'un manque d'adhésion évident, malgré une révision à la baisse. »

 

Et :

 

« Une opposition déterminée [de la France] qui a entraîné d'autres pays dans son sillage. »

 

Rappelons les résultats du 9 novembres 2017 :

 

Pour : Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Hongrie, Irlande, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, République Tchèque, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède (14).

 

Contre : Autriche, Belgique, Chypre, Croatie, France, Grèce, Italie, Luxembourg, Malte (9)

 

Abstention : Allemagne, Bulgarie, Pologne, Portugal, Roumanie (5).

 

« Soutenue par des pays ne représentant que 37 % de la population de l'UE... » ? L'opposition est non seulement minoritaire en termes de pays pays, mais aussi de population (32 %).

 

On se moque vraiment du monde dans le Monde !

 

Quant au grand succès français, les tours de table successifs du 25 octobre 2017 montrent que la situation est plus complexe et qu'il n'y a pas de quoi pavoiser.

 

Le succès est sans nul doute indéniable par rapport au vote du 24 juin 2016, où la France avait rejoint Malte pour voter contre la proposition, alors de quinze ans (elle avait recueilli 19 votes favorables). Il est en revanche très relatif par rapport aux sondages du 25 octobre 2017. Mais ne gâchons pas le plaisir de M. Nicolas Hulot.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
Le plus honteux est le comportement de la France et de ses politiques qui valident la version "anti science" de cette polémique qui devient UBUESQUE.
MR MACRON se fou du monde lorsqu'il dit qu'il veut une Europe unie. Son gouvernement fait tout pour décrédibiliser les institutions Européennes puisque c'est la France qui agit de façon minable ce que ne peuvent logiquement pas valider les états non démago qui veulent encore bâtir un monde sur des vérités et non des idéologies.
La France est la principale source de la "mauvaise image"de l'Europe vis à vis de la population par ces minables manipulations idéologiques .

Quand aux journalistes du style "des deux Stéphane" de l'immonde , l'histoire devrait retenir leurs nom comme des cas d'études dans les écoles de journalisme :
L'exemple extrême de ce que peuvent devenir des "sois disant" journalistes devenu complétement abrutis par leurs idéologies leurs enlevant toutes objectivité. Au lieu de rendre compte de l'information de façon objective (rôle d'un journaliste), ces deux personnes (journaliste ne leurs correspond plus en fait) sont devenu de vrai militant activiste intégristes extrémistes de la pensée boboecolocon .
Des cas d'école les Stéphane de l'immonde.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je suis plus pessimiste. Les commentaires solidement argumentés malgré la limite de taille des Sceptique, Untel, Bugul Noz, Jiembé et quelques autres sur le Monde n'empêchent pas la rubrique Planète de continuer à diffuser leur idéologie sans que la rédaction en chef ne mette le holà.

Ils ont encore de beaux jours devant eux.
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je ne sais pas quelle est la situation réelle dans d'autres pays, mais il m'est clair que notre situation n'est pas reluisante s'agissant de notre personnel politique et médiatique.
J
"Quand aux journalistes du style "des deux Stéphane" de l'immonde , l'histoire devrait retenir leurs nom comme des cas d'études dans les écoles de journalisme :
L'exemple extrême de ce que peuvent devenir des "sois disant" journalistes devenu complétement abrutis par leurs idéologies leurs enlevant toutes objectivité. Au lieu de rendre compte de l'information de façon objective (rôle d'un journaliste), ces deux personnes (journaliste ne leurs correspond plus en fait) sont devenu de vrai militant activiste intégristes extrémistes de la pensée boboecolocon."

Ce qui ne va pas améliorer la crédibilité des médias; il arrivera un moment où les gens vont comprendre que certains journalistes ne sont pas aussi objectifs que l'on est en droit de s'attendre, sans même avoir l'excuse de vivre sous un régime autoritaire; quand cela arrivera, les mots "fake news" et "alternative facts" pourraient bien gagner rapidement des équivalents français.
U
C'est la pratique des "éléments de langage". Grâce à Portier et autres, les politiciens et journalistes peuvent répéter indéfiniment la formule "glyphosate classé cancérigène probable par le CIRC", sans se préoccuper de ce qu'est ce classement, de la signification de "probable", des classements différents.etc.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Les « éléments de langage » sont probablement aussi des copier-coller ou des expressions stockées dans les raccourcis.
A
la vrai question est l'impossibilité de faire rentrer l'affaire portier, et le récent papier américain rassurant, dans l'agenda des escrocs journalistes, car vu comme il ne sont même pas capables d'être des journalistes à scandales san éthiques charchant juste à vendre du papier...

nous avons de sjournalistes qui non seulement refusent d'informer la population, cachent des faits, mais refusent même de devenir célèbres et de gagner de l'argent en vendant du papier et en cultivant leur gloire...

C'est au delà du honteux.

C'est inquiétant.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je suis entièrement d'accord, surtout pour la dernière remarque.