Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Mme Fanny Agostini : les chroniques matinales de l'ignorance reprennent sur Europe 1

27 Août 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Abeilles, #betteraves, #Néonicotinoïdes

Mme Fanny Agostini : les chroniques matinales de l'ignorance reprennent sur Europe 1

 

 

Les Rendez-vous à la ferme, chroniques matinales de Mme Fanny Agostini sur Europe 1 s'étaient arrêtées le 8 mai 2020. On pouvait pousser un ouf de soulagement tant quelques-unes de ses interventions étaient nullissimes et concouraient à la désinformation sur les réalités de l'agriculture.

 

Elles viennent de reprendre le lundi 24 août 2020 avec « Culture de la betterave : les abeilles menacées à cause des néonicotinoïdes ».

 

Un festival !

 

 

Les néonicotinoïdes sont évidemment des « tueurs d'abeilles » dans la bouche du présentateur de la matinale, M. Mathieu Belliard.

 

Pour la « journaliste engagée » – c'est ainsi qu'elle se présente sur Twitter – le mot « rétropédalage » pour qualifier l'intention gouvernementale serait « un terme gentillet pour dire que l'on fout tout en l'air... » (nous graissons pour souligner les éléments les plus contestables). L'abeillecalypse est avancée...

 

Les néonicotinoïdes sont des insecticides utilisés par l'agriculture « intensive » pour lutter contre les ravageurs. Bien sûr, l'agriculture « pas intensive » n'utilise pas d'insecticides...

 

Ils « viennent d'être remis au goût du jour pour la culture de la betterave... »

 

« Ce qui est déconcertant dans cette histoire, c'est le prétexte invoqué par la ministre de l'écologie Barbara Pompili... » Pauvre Barbie... c'est elle qui prend les coup...

 

« ...du coup, à titre exceptionnel on autorise la pulvérisation de ce produit nocif... » (non,c'est en enrobage des semences).

 

« ...mais l'ironie encore plus folle dans cette affaire, c'est que les néonicotinoïdes dégomment autant les pucerons que les abeilles et les guêpes... »

 

« ...alors que, devinez quoi, les guêpes sont de féroces prédateurs de pucerons... » Combien de points d'exclamation faut-il ici pour marquer notre étonnement ?

 

« ...ce qui signifie qu'au lieu de laisser opérer tranquillement le processus naturel de la chaîne alimentaire, on préfère utiliser la chimie qui in fine va aggraver le problème de départ avec des pucerons qui pourrons se répandre davantage. »

 

M. Mathieu Belliard : « Alors il y a aussi les méthodes de production des betteraves qui fragilisent les cultures. »

 

« Ben oui, comme toute grosse production en monoculture, c'est-à-dire le même type de végétaux planté chaque année sur une immense superficie, les récoltes sont vulnérables... »

 

« ...alors que si on intégrait d'autres plantes comme par exemple les œillets d'Inde, une fleur efficace pour détourner les pucerons, les betteraves seraient alors moins attaquées. » Rappelons que le bobard des œillets vient de M. Christian Huyghe, INRAE... on n'est pas sorti du pétrin...

 

« C'est en clair le productivisme encore une fois qu'il faut remettre en cause pour faire transiter nos cultures vers plus de diversité, et donc plus de résistance. » Ce n'est pas toujours le cas, s'agissant notamment des pucerons polyphages...

 

« Si je vais vous dire, si à terme il y a moins de production de betteraves à sucre, c'est tant mieux, car il y aura en contrepartie plus d'abeilles et plus de miel»

 

 

Il va sans dire que cette chronique a suscité un grand nombre de réponses, très largement critiques, et aussi mesurées.

 

Cet échange ne lasse pas de nous intriguer... escalade d'engagement ? Refus obstiné de regarder les faits ?

 

 

(Source)

 

 

Voici encore une réponse avec une illustration explicite :

 

 

(Source)

 

 

En bonus

 

Mme Fanny Agostini est cofondatrice avec son époux (en quelque sorte en famille) de Landestini, une fondation qui a pour mission... enfin vous devinez...

 

« Notre mission : […] Vous guider vers une alimentation saine et une agriculture durable, tout en apprenant comment et pourquoi prendre soin de la biodiversité, tels sont les objectifs que nous nous sommes fixés. »

 

Voici une séquence présentant le point de vue d'un chercheur de l'INRAE/AgroParisTech :

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

un physicien 27/08/2020 14:33

Elles viennent de reprendre le lundi 24 mai 2020 ...
?????

Seppi 27/08/2020 15:08

@ un physicien le jeudi 27 août 2020 à 14:33

Bonjour,

Merci pour votre message.

Mai août avais-je la tête ?