Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un calendrier de l'Avent postfactuel : (16) Baysanto

30 Décembre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Monsanto, #OGM, #Pesticides, #Schillipaeppa

Un calendrier de l'Avent postfactuel : (16) Baysanto

 

Schillipaeppa*

 

 

 

 

Cette semaine [ma note : le texte est daté du 15 décembre 2016], les actionnaires de Monsanto ont approuvé la fusion avec Bayer. Alors maintenant, il ne reste plus qu'à attendre les approbations des autorités de la concurrence. Bayer écrit qu'il prévoit que la transaction sera complétée d'ici la fin de 2017.

 

Selon Bündnis 90/Die Grünen (Alliance 90/Les Verts) et diverses organisations environnementales des problèmes de concurrence s'opposent à la fusion. Les Verts écrivent dans une décision de leur convention :

 

« Pour la protection des productrices/teurs et des consommatrices/teurs, de l'environnement et de la concurrence, Alliance 90/Les Verts rejette la prise de contrôle du groupe US Monsanto par l'allemand Bayer AG. Nous demandons à la Commission européenne d'interdire la prise de contrôle pour des raisons de concurrence. »

 

Cette semaine également, plusieurs députés Verts du Bundestag ont également adressé une lettre ouverte à Margrethe Vestager, Commissaire Européenne à la concurrence :

 

« La fusion est le plus récent des trois cas dans lesquels des producteurs de semences d'envergure mondiale veulent fusionner avec des producteurs de produits phytopharmaceutiques. En tant que membres de l'Alliance 90/Les Verts au Bundestag, nous vous demandons d'arrêter la spirale de méga-fusions sur le marché de l'agrofourniture et d'interdire toutes les trois acquisitions. »

 

Depuis l'annonce que Bayer et Monsanto ont conclu un accord, on s'agite contre cette fusion, entre autres par des campagnes sur les réseaux sociaux:

 

 

Légende : « Nous devons empêcher la constitution d'un groupe ultra-puissant qui ne lutte pas contre la faim mais l'exacerbe.

 

 

Les ONG battent aussi le tambour de la propagande et ne demandent qu'à se joindre à la campagne. Ainsi, l'association Umweltinstitut München e.V. tient à disposition une lettre type sous le slogan « Stop au monopole agraire !" (à la Commissaire Margrethe Vestager, au ministre fédéral Sigmar Gabriel au Président du Bundeskartellamt, l'Office Fédéral de la Concurrence, Andreas Mundt) dans laquelle il n'y a plus qu'à ajouter ses données personnelles.

 

La pétition de Campact est par contre déjà close. Sa page thématique « génie génétique » ne contient plus qu'un sondage d'opinion selon lequel 70 pour cent des répondants croient que la fusion aura un impact négatif sur l'environnement et les consommateurs – quelle surprise. Soyez honnête : Qu'auriez-vous répondu ? Voici la question :

 

« Le groupe agrochimique et pharmaceutique allemand Bayer veut prendre le contrôle de la société américaine Monsanto, un producteur de semences génétiquement modifiées et de pesticides. Quel impact aura à votre avis la reprise de Monsanto sur l'environnement et les consommateurs ? »

 

Et voici les options de réponse :

 

L'acquisition aura un impact positif sur l'environnement et les consommateurs

L'acquisition aura des conséquences négatives pour l'environnement et les consommateurs

Ne sait pas, pas de réponse

 

Alors que tout le monde sait que les pesticides et les OGM, c'est le mal – et les États-Unis de toute façon...

 

Mais voilà : que cherche-t-on à obtenir avec toutes ces actions et ces pétitions ? Selon le règlement de l'UE sur les concentrations la compétence de la Commission européenne est limitée à l'Espace Économique Européen. La référence aux conditions du marché mondial tombe dans le vide. Quiconque suggère ici que de simples expressions d'une opinion changeraient quoi que ce soit n'a pas compris le principe de la primauté du droit. Les autorités sont tenues de vérifier si la fusion viole les lois applicables ou non ; en d'autres termes, si les règles sont respectées. Il se peut également que l'approbation de la fusion soit soumise à l'obligation de se départir de certaines entreprises. Mais il ne s'agit pas ici d'une chose : une décision politique.

 

Si la Commission ne se conformait pas aux principes juridiques devant régir sa décision, celle-ci pourra être vérifiée par la Cour de Justice de l'Union Européenne. Bayer a promis à Monsanto un paiement de 2 milliards de dollars dans le cas où la fusion ne devait pas se réaliser du fait des règles de la concurrence. Je suppose que le groupe de Leverkusen a vérifié à l'avance ou fait vérifier avec minutie à quelle hauteur était le risque que les autorités de la concurrence n'accordent pas les autorisations nécessaires.

 

Donner l'impression que l'on peut changer les choses grâce à la pression du public démontre un manque de scrupules. Parce que si la fusion devait être approuvée, les gens auront à nouveau l'impression qu'on leur marche sur la tête. Il ne s'agit pas ici de la transposition d'une opinion publique, mais de l'application de la loi. La perte de confiance dans les institutions publiques et la déstabilisation progressive de la société sont les conséquences de telles campagnes absurdes.

 

_________________

 

* L'auteure a fait des études de philosophie, est éditrice et a atterri il y a déjà plus de dix ans à la campagne. Sur son blog, elle (d)écrit – miracle  ! La traduction peut être fidèle – ce qui la préoccupe, lorsqu'elle n'est pas en train de curer l'écurie des poneys, de chercher des gants de gardien de but, de s'occuper de quantités de denrées alimentaires ou de linge, ou encore de tenter d'arracher les mauvaises herbes plus vite qu'elles ne poussent.

 

Source : https://schillipaeppa.net/2016/12/15/postfaktischer-adventskalender-teil-16-baysanto/

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article