Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Tribunal Monsanto : l'obsession compulsive des activistes pour le contrôle des messages

26 Octobre 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Risk-monger, #Tribunal Monsanto

Tribunal Monsanto : l'obsession compulsive des activistes pour le contrôle des messages

 

Risk-monger*

 

 

 

Mise en garde : cet article vous emmène à travers mon expérience au Tribunal Monsanto. Il peut vous amuser, ou il peut vous déranger... Je suis encore en train de pouffer.

 

 

 

 

Comme bon nombre de ceux qui suivent le Risk-monger sur les réseaux sociaux le savent, j'ai été un peu malmené (à la fois physiquement et personnellement) quand j'étais à La Haye pour assister à l'Assemblée des Peuples du Tribunal Monsanto le 14 octobre. Ce que j'ai appris, de manière tout à fait amusante, est non seulement à quel point la clique anti-science et anti-agri-tech en est venue à me mépriser, mais aussi, comment les faits peuvent affecter quelqu'un dans son comportement et l'obliger à agir de manière inappropriée. Je m'inquiète au sujet du trouble obsessionnel compulsif de ces militants qui les amène à contrôler un message et à le protéger contre toute discussion, tout débat et tout dialogue.

 

Lorsque vous voulez passionnément influer sur le processus de décision, lorsque vous exercez des pressions intenses pour créer une perception, toute menace et toute voix opposée – il ne faut pas s'en étonner – doivent être contrôlées, gérées ou, mieux encore, réduites au silence. Le lobby de l'industrie de l'alimentation bio a investi 500.000 € (principalement de l'Organic Consumers Association de Ronnie Cummins aux États-Unis) afin d'organiser un simulacre de tribunal pour ensuite justifier la qualification de Monsanto comme une société reconnue coupable de crimes contre l'humanité. Pourtant, un demi-million d'euros pourraient être utilisés pour bien d'autres choses, y compris l'ensemencement de 26.000 hectares de terres agricoles en Afrique, mais là n'est pas la question. Ce sont des fanatiques décidés à attaquer l'agriculture conventionnelle, la concurrente des produits biologique, et ils ne peuvent admettre que quelqu'un puisse les contrecarrer – même l'idée d'un tel événement leur est intolérable.

 

Cela constituait donc une raison suffisante d'agir pour le Risk-monger, lui qui a estimé que, dans sa hâte de contrôler le message, le lobby de l'alimentation biologique avait tout simplement oublié d'inviter les agriculteurs à prendre la parole sur les raisons pour lesquelles ils utilisent des technologies agricoles. Comme il veut encourager un débat ouvert et le dialogue, le Risk-monger a décidé d'organiser son propre événement intitulé La Voix des Agriculteurs, en invitant quatre agriculteurs à parler dans un lieu juste à côté de l'Assemblée des Peuples, et juste avant l'ouverture de celle-ci. On peut voir une série de vidéos de cet événement sur The Risk-monger TV.

 

 

Une histoire de deux courriels

 

En route pour La Haye, j'ai reçu un courriel de l'équipe d'organisation de l'Assemblée des Peuples du Tribunal Monsanto, m'informant que mon inscription avait été annulée. À l'évidence, je ne faisais pas partie du « peuple », du moins pas de celui qu'ils voulaient entendre. Il est tout à fait remarquable de voir combien ils avaient été directs, en admettant que dans le débat qu'ils voulaient avoir sur les alternatives à l'agriculture, ils ne voulaient pas entendre mon point de vue. En d'autres termes, leur « débat » allait être contrôlé ; leur « assemblée », gérée ; et leurs « conclusions », prédéterminées. Telle est ma définition d'« obsessionnel » (...et le contraire d'engagement intellectuel).

 

 

Ils avaient d'une certaine manière besoin de faire croire que j'étais une mauvaise personne venant à La Haye pour commettre des méfaits. Après avoir lu dans mes articles, ils m'ont accusé dans ce courriel de planifier des actions « pour perturber le programme ». Je n'ai pu faire un lien qu'avec un article : mon billet sur Facebook dans lequel j'avais mis un lien vers une question que j'avais posée à André Leu précédemment, cette année, au Parlement Européen. André Leu, le gourou confiant de l'industrie de l'agriculture biologique (IFOAM), aurait-il pu avoir peur que je lui pose une question ?

 

Toute cette histoire semblait totalement absurde et, une semaine plus tard, j'en reste encore stupéfait. Comment se fait-il que la nuit avant leur événement mondial, avec un budget sans précédent de 500.000 €, avec tant de médias, de cinéastes et de gourous descendant sur La Haye... ils ont eu des sueurs froides à propos d'un participant... un blogueur ? Juste avant l'événement, ils ont dû perdre leur temps à lire son blog !... Je suppose que je devrais être flatté (tout en étant effrayé !).

 

La veille, j'étais en train d'échanger des courriels avec un groupe de participants au Tribunal Monsanto d'une ONG qui voulaient venir à mon événement, La Voix des Agriculteurs, pour entendre les « arguments des autres agriculteurs ». Plutôt que d'être obsédé par leur but ou leur objectif, je leur ai offert le micro pour expliquer aux participants comment ils géraient, eux, leurs cultures. J'étais disposé à entendre leurs points de vue. Je les ai également informés qu'il y avait encore quelques places disponibles (avec un petit-déjeuner bio gratuit) et qu'ils pouvaient inviter d'autres participants du Tribunal Monsanto de leurs connaissances à se joindre à nous. Mon objectif a été de donner une voix aux agriculteurs. Je n'ai manifestement pas essayé de contrôler leur message, mais plutôt d'amener les agriculteurs dans le débat (puisqu'un succès du lobby du bio aura un effet sur eux).

 

 

Il était frustrant pour moi de voir que, parmi les 300 personnes participant à l'Assemblée des Peuples avec l'objectif de changer l'agriculture, seule une poignée étaient intéressées par mon invitation à écouter les agriculteurs conventionnels et leurs explications sur ce qu'ils font. Savent-elles tout sur la façon dont les agriculteurs indiens cultivent le cotonnier Bt (il n'y avait aucun agriculteur indien pour parler à leur événement) ? Ne voulaient-ils pas entendre parler des avantages de l'agriculture sans labour pour la gestion des sols ? Ou voulaient-ils seulement entendre des gens avec lesquels ils étaient d'accord ?

 

Ces deux courriels racontent une histoire révélatrice. Très souvent, je constate que les activistes ne veulent pas participer à un débat ouvert et à un dialogue – ils veulent, au contraire, gérer une campagne. Si leur campagne réussit, ils obtiennent davantage de financements ; si elle échoue, ils risquent de disparaître ou de perdre leur raison d'être (qu'est-il arrivé aux ONG s'opposant au saumon d'élevage, ou aux activistes combattant les antennes-relais ?). Les organisateurs du Tribunal Monsanto n'étaient pas intéressés par le dialogue ; ils ne se souciaient que de leur succès (et donc avoir un blogueur solitaire dans leur salle était, pour l'obsessionnel compulsif, une « menace » pour leur événement minutieusement contrôlé).

 

Nous le voyons si souvent à Bruxelles – les ONG environnementales comme le PAN ou le CEO organisent des événements au Parlement Européen (avec de l'argent public), puis « vendent » toutes les places au sein de leurs réseaux avant même d'annoncer l'événement. Ils ont tué le dialogue et la discussion dans l'UE, et excluent désormais l'industrie de toute participation.

 

Ce qui était étrange, c'était de voir comment les organisateurs du Tribunal Monsanto se lamentaient, le dernier jour, du fait qu'aucun défenseur des OGM n'ait participé à l'événement. Mais on peut se demander : mis à part un pro-OGM, à l'identité en l'occurrence évidente, qui avait essayé, combien d'acteurs de l'industrie voudraient participer, voire oser légitimer, à un événement avec une session intitulée : « Pourquoi empoisonnent-ils nos enfants » d'André Leu, un discours de Vandana Shiva : « Le cartel du poison, Bill Gates et les nouvelles tentatives de contrôler nos semences et notre nourriture », ou une session au titre poétiquement nuancée sur : « Démanteler le pouvoir des entreprises et construire la souveraineté des peuples ». Seul le noyau dur le plus compulsivement obsessionnel pouvait penser que les acteurs pro-agri-tech allaient participer à ces « forums de dialogue » et les légitimer... Mais oui, j'avais acheté un billet dans l'espoir que je pourrais apprendre quelque chose !

 

 

Moi Coupable

 

OK, je dois admettre que, après La Voix des Agriculteurs, notre événement en marge du Tribunal Monsanto, j'étais parvenu à me faufiler dans l'Assemblée des Peuples avec plusieurs agriculteurs et avec les remarquables militants de March Against Myths on Modification NL. Pour ma défense, j'avais promis à toutes les personnes qui avaient aimablement fait un don en réponse à mon appel pour un financement participatif de mon événement que j'allais obtenir un selfie avec le Dr Vandana Shiva. J'espérais donc honorer ma promesse !

 

Mon interview pour la TV allemande afin de leur donner une vue équilibrée (source : MAMyths NL)

 

Après à peine deux minutes de présence dans la salle, la sécurité du Tribunal Monsanto s'est précipitée pour « éradiquer la menace ». J'ai été physiquement traîné hors de l'Assemblée des Peuples, ce qui a produit une chose curieuse : cela a alerté les médias, qui s'ennuyaient à écouter les éléments de langage ciselés pour la conférence de presse et ressassés par les gourous ; ils ont compris qu'il se passait quelque chose d'intéressant à l'extérieur. L'agitation a mené à plus d'une heure d'entretiens avec les médias et à un meilleur équilibrage de la couverture par la presse.

 

Quand un journaliste a demandé aux organisateurs pourquoi ils avaient été si rudes avec moi, ils ont répondu que le Risk-monger agissait de façon irrationnelle et qu'il avait été vu tapant sur les fenêtres la nuit précédente... OK, je dois l'admettre, je l'ai fait, mais simplement pour faire un peu de théâtre. Ces gens n'ont aucun sens de l'humour !

 

 

Compulsive Europe Obsessatory

 

L'absurdité grimpe maintenant à un niveau que le Risk-monger n'a jamais connu auparavant... jamais !

 

Pendant que le Tribunal Monsanto siégeait, Tom van den Hove, de March Against Myths on Modification NL, a été invité à débattre avec Nina Holland, du Corporate Europe Observatory (CEO), dans un talk-show spécial sur les OGM et Monsanto de la radio nationale néerlandaise. Tom est un biologiste avec une passion pour la promotion de la culture scientifique. Nina est une lobbyiste de longue date basée à Bruxelles pour une organisation œuvrant à ostraciser la science de l'industrie et à promouvoir l'activisme anti-commerce des ONG. Le groupe de bénévoles de March Against Myths NL de Tom a compilé une recherche sur les questions et les interrogations que suscitent les témoins du Tribunal.

 

La conversation a dérivé sur la question de savoir si Tom était un suppôt de Monsanto. Nina n'avait aucune preuve à l'appui, mais sa formation au CEO lui a appris qu'elle ne devait jamais dire quelque chose de positif. Alors, elle a accusé Tom de quelque chose de bien pire : il était en cheville avec de très mauvaises gens comme le Risk-monger. Aïe ! Elle s'est ensuite lancée dans une tirade obsessionnelle compulsive à la radio néerlandaise sur tous les méfaits que j'avais (prétendument) commis, les débitant comme si elle lisait une sorte de script (cela a donné près de deux minutes de vitriol !).

 

Le lendemain, alors que j'étais de retour à Bruxelles et que je prenais plaisir à donner des cours (et, apparemment, corrompre la jeunesse), Nina Holland n'a pas pu, semble-t-il, surmonter sa hargne et cesser ses diatribes contre le Risk-monger. Dans les commentaires sur un article sur le Tribunal Monsanto, Nina a mis le turbo de l'obsession compulsive (12 lignes de commentaires – numéro 26, en néerlandais) pour dire quelle horrible individu j'étais.

 

Dans l'interview à la radio, Nina a affirmé qu'elle me connaissait très bien... Je n'ai jamais eu le plaisir de rencontrer Mme Holland, mais maintenant, je suis curieux ! Peut-être devrais-je lui payer un déjeuner avec tous mes shill-bucks, mes honoraires de suppôt de l'industrie, pour que je puisse la reprendre sur toutes les erreurs qu'elle a faites à mon sujet !

 

Tom (à droite) avec Willi l'Agriculteur (au centre) et un vilain « lobbyiste pour l'industrie des pesticides »

 

 

Dans un autre article de journal en néerlandais, la position de Tom a été bien reflétée. Mais dans les commentaires sous l'article, quelqu'un a fini par trouver quelque chose pour attaquer Tom. Il avait passé un certain temps à travailler pour le Smithsonian aux États-Unis. Et nous savons tous que le Smithsonian a une attitude positive envers la technologie GM et a reçu une fois un don de Monsanto ! « T'es eu, Tom ! T'es un vendu ! »

 

Il faut vraiment se demander ce que sont ces campagnes de diffamation. Les activistes anti-agri-tech ont eu recours à un argument, et un seul : l'argumentum ad hominem. Lorsque vous n'avez pas de faits, attaquez la personne (les scientifiques, les décideurs, les médias – il semble que Monsanto a payé tout ce monde...). Cela vaut bien plus encore pour ceux qui sont dans la chambre de résonance militante. Mais ici il s'agit d'un cas où l'événement Tribunal Monsanto s'est déroulé sans qu'il y ait eu des gens de l'industrie pour attaquer (sauf le lobby de l'industrie des produits biologiques). Comme le réflexe obsessionnel compulsif est d'utiliser l'approche qui consiste à salir les personnes, les organisateurs du Tribunal Monsanto et Nina Holland, du CEO, devaient attaquer quelqu'un... n'importe qui ! Donc, moi, avec ma tentative ratée d'assister à leur événement, et Tom, avec ses contacts avec les médias, nous étions un gibier de choix. Je trouve cela absurde !

 

Corporate Europe Observatory reçoit près d'un million d'euros par an de fondations anti-industries pour, en principe, enquêter sur le lobbying de l'industrie (ils utilisent essentiellement les fonds pour capter des journalistes « indépendants »). Qu'ils dépensent autant de leur temps et de l'argent de leurs bailleurs de fonds pour assouvir l'obsession que je suscite (et, par association, Tom) chez eux est en fait assez drôle... et ridicule. J'aimerais que mes enfants me donnent autant d'attention, mais sur un autre registre ! Je suis heureux de leur avoir procuré une distraction, et d'avoir détourné une partie du temps et des fonds qu'ils utilisent d'ordinaire pour importuner d'autres à propos de questions beaucoup plus importantes (comme les accords commerciaux).

 

 

Le serment d'Hypocrite : Les Dix Contradictions du Tribunal Monsanto

 

Ainsi, nous avons maintenant une situation qui est contre-intuitive (oserais-je suggérer : « hypocrite »). Voici dix contradictions du Tribunal Monsanto avec lesquelles seul un hypocrite obsessionnel compulsif peut vivre :

 

  1. La plus grande organisation de lobbying dans le débat agroalimentaire est maintenant le lobby de l'industrie du bio;

     

  2. La plupart des activistes impliqués dans le lobbying pour l'industrie du bio (comme le CEO) condamnent l'industrie du lobbying ;

     

  3. Les gens formés à la résistance pacifique réduisent maintenant au silence le dialogue et malmènent les dissidents ;

     

  4. Les ONG contrôlent les messages lors d'événements dans lesquels elles accusent une entreprise de contrôler les messages ;

     

  5. Ceux qui mènent une « révolution » dans l'agriculture ne sont pas à l'écoute des agriculteurs (même pas des agriculteurs biologiques) ;

     

  6. Les éco-guerriers comme Ronnie Cummins trouvent que des groupes comme Greenpeace sont beaucoup trop ringards pour qu'ils méritent d'être invités ;

     

  7. Les écologistes, beaucoup trop sophistiqués pour les religions traditionnelles, se prosternent maintenant devant des éco-gourous comme Vandana Shiva ;

     

  8. Ceux qui se plaignent que Monsanto contrôle les médias ont fait venir leurs propres médias à La Haye ;

     

  9. Les groupes qui prêchent l'amour et l'harmonie se retrouvent unis dans une haine féroce commune ;

     

  10. Et, voici le joker : leur agressivité obsessionnelle a fait du Risk-monger une victime !

 

Bien sûr, cette hypocrisie flagrante est parfaitement acceptable pour les activistes obsessionnels compulsifs comme les organisateurs du Tribunal Monsanto. Ils peuvent vivre parfaitement bien au milieu de ces contradictions.

 

Après ma visite au Tribunal Monsanto à La Haye, rien ne me surprend plus. Nous sommes, après tout, dans l'Âge du Stupide !

 

_______________

 

* David pense que la faim, le SIDA et des maladies comme le paludisme sont les vraies menaces pour l'humanité – et non les matières plastiques, les OGM et les pesticides. Vous pouvez le suivre à plus petites doses (moins de poison) sur la page Facebook de Risk-Monger.

 

Source : https://risk-monger.com/2016/10/25/monsanto-tribunal-how-obsessive-compulsive-activists-try-to-control-the-message/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article