Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le top 5 des manchettes anti-OGM « post-vérité » : une biologiste analyse les affirmations les plus scandaleuses de 2016

18 Janvier 2017 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #OGM

Le top 5 des manchettes anti-OGM « post-vérité » : une biologiste analyse les affirmations les plus scandaleuses de 2016

 

Carol Lynn Curchoe*

 

Un image choquante de bêtise de March Against Monsanto

 

 

2016 entrera dans les livres d'histoire comme l'année qui a emporté beaucoup de nos idoles de longue date. Le monde a été témoin d'attaques terroristes, du Brexit, d'une élection américaine piratée par la Russie et de la prolifération de faux sites d'information.

 

Il semble que nous nous trouvions dans une ère de « post-vérité », dans ce que les Oxford dictionaries ont choisi comme « mot de l'année » international. Elle est définie comme « relative à ou dénotant des circonstances dans lesquelles les faits objectifs influent moins sur l'opinion publique que les appels à l'émotion et les croyances personnelles ».

 

C'est un mot trop familier pour les chercheurs et les scientifiques des domaines de la génétique et de l'agriculture. Nous avons vu venir ce désastre depuis des années : pour chaque mythe que les scientifiques, les journalistes et les éducateurs ont démonté, il en est apparu dix autres.

 

Dans cet esprit, voici l'opinion d'une scientifique sur les cinq histoires « post-vérité » les plus scandaleuses de l'année écoulée concernant les OGM.

 

 

# 5 « Shocking Research Confirms Vaccines Are Contaminated With Monsanto’s Herbicide » (une recherche choquante confirme que les vaccins sont contaminés par l'herbicide de MonsantoMarch Against Monsanto)

 

Le glyphosate, un herbicide développé à l'origine par Monsanto et vendu sous le nom commercial Roundup, est peut-être le produit chimique le plus détesté de la planète (produit par la société la plus détestée, si l'on accorde de l'importance aux sentiments anti-OGM). Aucun produit chimique agricole (y compris certains qui sont biologiques et plus toxiques) ne génère davantage de négativité dans les médias.

 

Des groupes activistes comme Food Democracy Now et Moms Across America ont créé des « nouvelles » centrées sur le glyphosate qui ont été répétées des milliers de fois sur Internet. La plupart se fondent sur leurs tests auto-financés montrant que de petites traces de glyphosate – mesurées en parties par-milliard – peuvent être trouvées presque partout – y compris dans les céréales pour enfants et le miel, les vaccins infantiles, le vin et même le lait maternel et l'urine.

 

Avoir trouvé des micro-traces de glyphosate dans diverses substances peut être ou ne pas être vrai, mais ce n'est pas quelque chose dont il faut s'inquiéter. C'est combien une partie par milliard ? Une seconde dans les 32 premières années de votre vie.

 

Ces affirmations sur les dangers des traces de glyphosate ont été examinées et rejetées à maintes reprises par les scientifiques et les organismes indépendants de surveillance – ici et ici, par exemple. Le Genetic Literacy Project a produit une revue sommaire ici des préoccupations concernant le glyphosate et les conclusions des principaux scientifiques.

 

 

# 4 « The People Take on Monsanto for Crimes Against Humanity in International Tribunal » (les peuples accusent Monsanto de crimes contre l'humanité dans un tribunal international – EcoWatch)

 

Trente « témoins » et «experts juridiques » ont « témoigné » devant cinq juges internationaux au Tribunal Monsanto, dans un procès symbolique organisé par des militants anti-OGM à La Haye (Pays-Bas). Le tribunal a été parrainé et financé par des éléments du secteur de l'agriculture biologique et des dons de personnes comme le Dr Joseph Mercola, qui dirige l'un des sites les plus rentables de médecine alternative et de produits naturels. Le procès n'était, bien sûr, rien de plus qu'un coup publicitaire sans valeur légale ni mérite scientifique. Il visait à alimenter les craintes anti-OGM.

 

 

# 3 « ANALYSIS: Chipotle is a victim of corporate sabotage… biotech industry food terrorists are planting e.coli in retaliation for restaurant’s anti-GMO menu » (ANALYSE : Chipotle est victime de sabotage d'entreprise... les terroristes alimentaires de l'industrie des biotechnologies sèment E. coli en représailles au menu anti-OGM du restaurant – NaturalNews.com)

 

[Note : Chipotle Mexican Grill est une chaîne de fast food américaine, spécialisée dans la restauration mexicaine. La chaîne a été victime de plusieurs épisodes de contaminations par E. coli. La saga a été suivie de près sur l'excellent blog d'Albert Amgar.]

 

Cette histoire de Michael Adams, responsable du site Web Natural News de charlatenerie, affirme que des bioterroristes pro-OGM ont saboté la chaîne d'approvisionnement de Chipotle avec E. coli en représailles au rejet par la société des OGM. Comment autrement (selon sa pensée) expliquez-vous les problèmes d'E. coli de la chaîne de fast food, puisque chacun sait que vous ne pouvez pas devenir malade en mangeant des ingrédients bio et non OGM ? Bien sûr, c'est tout à fait faux. Une étude publiée dans le Journal of Food Protection montre que si les consommateurs pensent que les aliments biologiques sont plus sûrs que les aliments traditionnels, les normes appliquées à ces produits ne traitent pas directement des questions de sécurité microbienne ou chimique. Il y a eu au moins 18 foyers d'intoxication alimentaire liés aux aliments biologiques de 1992 à 2014.

 

 

# 2 « Horrible GMO labeling law allows food producers to hide GMOs » (une loi horrible sur l'étiquetage des OGM permet aux producteurs d'aliments de cacher des OGM – Natural Health365)

 

Les adversaires de la nouvelle loi sur l'étiquetage des OGM disent que les grandes entreprises alimentaires essaient de cacher les détails sordides sur les OGM en dissimulant leur présence dans les codes-barres, au lieu de simples étiquettes avec du texte. Mais la vérité est qu'un étiquette « produit avec des OGM » ne vous dirait rien. Vous ne sauriez pas de quels ingrédients il pourrait s'agir ou comment ils ont été modifiés. Les choses sont encore plus compliquées par le fait qu'il n'y a pas de définition claire de ce qui constitue une modification génétique. Qu'en est-il du maïs qui tolère naturellement l'atrazine ? Qu'en est-il des variétés de blé portant des mutations provoquées par des radiations ou des substances chimiques, qui ne sont pas transgéniques mais néanmoins tolérantes au glyphosate ? Que faire si un gène a été simplement désactivé par la technologie CRISPR sans ajout de « gènes étrangers » ? Que faire si de l'ARNi a été utilisé ?

 

 

#1 « "It’s Not the Zika Virus" – Doctors Expose Monsanto Linked Pesticide As Cause of Birth Defects » (ce n'est pas le virus Zika" – des médecins exposent le pesticide lié à Monsanto comme cause des malformations congénitales – Free Thought Project)

 

Il y avait beaucoup d'histoires bizarres entourant l'horrible virus Zika, y compris des allégations selon lesquelles le virus a été causé par l'exposition à un larvicide nécessaire pour contribuer au contrôle des invasions de moustiques. La fausse nouvelle a été créée par un groupe appelé « médecins dans les villes pulvérisées par des produits de protection des cultures ». Elle a « relié les points » pour arriver à l'affirmation bizarre que Monsanto était à blâmer pour produire un produit chimique, connu sous le nom de SumiLar, que le groupe a essayé de lier – faussement – aux questions de santé.

 

La société qui ne doit pas être nommée est une cible facile pour ces types d'anti-OGMisme. Et il produit certainement beaucoup de produits chimiques. Mais le SumiLarv n'est pas l'un d'eux.

 

Maintenant, j'aimerais entendre vos choix pour les conspirations scientifiques les plus scandaleuses de la « post-vérité » de 2016.

 

__________

 

Carol Lynn Curchoe est biologiste de la reproduction spécialisée en biologie moléculaire et cellulaire et en biotechnologie. Elle a un Ph.D. en physiologie de la reproduction de l'Université du Connecticut et écrit souvent sur l'énergie propre, la génétique et les questions de santé. Son compte Twitter est : @ 32ATPs.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Toth Gabor 18/01/2017 16:53

Par contre, dénoncer la désinformation en commençant par "l'élection américaine piratée par la Russie"... Si ce n'est pas un fantasme, c'est au moins une information assez douteuse. Dommage, la suite est intéressante.

vigneron 19/01/2017 19:18

Ah oui, c'est vrai, c'est sûrement un gamin de 14 ans mollement étendu sur son plumard qu'a hacké la DNC, forcément vrai, puisque c'est Assange qui l'a dit et Assange ne ment jamais.