Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Biotechnologie verte : le débat n'est pas bienvenu

26 Août 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

Biotechnologie verte : le débat n'est pas bienvenu

 

Schillipaeppa*

 

 

Vous pouvez agrandir !

Vous pouvez agrandir !

Si un utilisateur devient pour vous une nuisance sur les réseaux sociaux, il y a des techniques simples qui permettent d'y mettre un terme : vous le bloquez. Et alors, vous n'avez plus à supporter les questions ennuyeuses ou les commentaires qui dépassent les bornes à votre goût. C'est aussi simple que ça.

 

Sur Twitter, mon compte @schillipaeppa est actuellement, à ma connaissance, bloqué par cinq utilisateurs, dont trois sont présentés dans la galerie ci-dessus : l'activiste anti-OGM Vandana Shiva (@drvandanashiva), la rédactrice en chef économique de la Süddeutsche Zeitung Silvia Liebrich (@SilviaLiebrich), et Renate Künast (@RenateKuenast), membre de Bündnis 90/Die Grünen, ancienne ministre fédérale de l'agriculture et membre du Bundestag. Eh bien, quel est le lien entre les trois ? Une aversion profonde pour la biotechnologie verte (le génie génétique).

 

C'est en particulier le blocus par le compte de Vandana Shiva qui est étonnant. Jusqu'à ce jour, je n'ai jamais adressé de gazouillis ou de réponse à son compte. La seule explication que j'aie est que je (re)tweete régulièrement des contributions qui soulignent les avantages de la biotechnologie verte.

 

Biotechnologie verte : le débat n'est pas bienvenu

Peut-être nos questions sont-elles trop difficiles pour eux ;-)

 

Je ne lui ai rien demandé, je suppose que je ne fais que tweeter la « mauvaise opinion »

 

Biotechnologie verte : le débat n'est pas bienvenu

Oui, j'ai été bloqué pendant un certain temps, ainsi que @franknfoode. Le prix du questionnement d'affirmations extravagantes.

 

Je suis aussi bloquée. Je ne lui ai jamais adressé un mot, je ne fais que tweeter sur les OGM et ils m'ont bloquée.

 

Silvia Liebrich ne pouvait sans doute pas me pardonner que j'aie attiré son attention sur quelque chose. Fin avril, elle a publié un article dans lequel elle a comparé le glyphosate au DDT. La conclusion de « DDT – vom Wundermittel zum Teufelszeug » (DDT – du remède miracle au truc du diable) est :

 

« L'objet de la politique est de peser ces risques par rapport aux avantages. C'est devant cette tâche difficile que se trouvent maintenant les États membres de l'UE qui doivent se prononcer sur une nouvelle autorisation du glyphosate à la mi-mai. Le cas du DDT peut au moins être une aide. »

 

Quelle aide, s'il vous plaît ? L'OMS recommande toujours l'utilisation du DDT pour lutter contre le paludisme :

 

« Le DDT est toujours nécessaire et utilisé pour le contrôle des vecteurs de maladies tout simplement parce qu'il n'y a aucune alternative à la fois du point de vue de l'efficacité équivalente et de la faisabilité opérationnelle, surtout dans les zones de forte transmission. »

 

L'évaluation bénéfice-risque n'est ici en aucune façon aussi simple que Silvia Liebrich ne le souhaiterait. J'ai essayé d'expliquer cela avec quelques signes :

Biotechnologie verte : le débat n'est pas bienvenu

L'utilisation de pesticides – comment un remède miracle est devenu un truc du diable et les leçons qu'on peut en tirer

 

Le DDT n'est pas un bon exemple parce que l'évaluation bénéfices-risques est, entre autres, ouverte concernant la Malaria

 

Derrière le lien se trouve cette illustration:

 

 

Ce fut apparemment trop.

 

Renate Künast a fait preuve au cours du débat sur l'approbation du glyphosate de lacunes flagrantes dans les connaissances sur l'utilisation de l'herbicide dans ce pays. Comme l'animatrice de l'émission du matin a manifestement été submergée et n'a pas pu vérifier, je l'ai fait pour elle :

Biotechnologie verte : le débat n'est pas bienvenu

Il n'y a pas de cultures résistantes au glyphosate en Allemagne ! 3:00 min

 

Künast : empêcher la ré-homologation du glyphosate | Morgenmagazin

La politicienne du Parti Vert et ancienne ministre de l'agriculture Renate Künast (membre du Bundestag) a appelé le gouvernement fédéral, à empêcher la recertification du glyphosate dans l'UE pour...

 

Je cherche toujours à faire des contributions basées sur des faits et à étayer mes affirmations par des sources. Sans ironie le séjour sur Twitter serait insupportable, mais j'essaie d'éviter la polémique. Il faut un débat sur la façon dont nous voulons traiter à l'avenir la biotechnologie verte en Allemagne. L'été chaud et humide a montré, avec ses énormes infestations dans les pommes de terre, les vignes et les légumineuses, que nous avons un besoin urgent de variétés résistantes aux maladies. Les nouvelles méthodes d'amélioration des plantes exigent une qualification juridique urgente pour que les chercheurs sachent enfin où ils se situent. Nous avons besoin de parler ! Ce refus du dialogue est tout particulièrement inapproprié dans ce contexte. Celui qui élude le débat nourrit le soupçon qu'il est en panne d'arguments.

 

_________________

 

* L'auteure a fait des études de philosophie, est éditrice et a atterri il y a déjà plus de dix ans à la campagne. Sur son blog, elle (d)écrit – miracle ! La traduction peut être fidèle – ce qui la préoccupe, lorsqu'elle n'est pas en train de curer l'écurie des poneys, de chercher des gants de gardien de but, de s'occuper de quantités de denrées alimentaires ou de linge, ou encore de tenter d'arracher les mauvaises herbes plus vite qu'elles ne poussent.

 

Source : https://schillipaeppa.net/2016/08/23/grune-gentechnik-diskussion-unerwunscht/

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Axel Minaul 30/08/2016 07:58

La technique n’est pas bénéfique pour tout le monde… Mais si on reste neutre, descriptif et sans dénigrer les autres, je ne vois pas trop où est le problème.
En tout cas, les réseaux sociaux sont des moyens de partage d’information.