Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glané sur la toile (10) : William Saletan sur Slate

22 Août 2015 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM

Glané sur la toile (10) : William Saletan sur Slate

 

 

Excellent montage photographique de Slate : remarquez les vignettes sur la vitamine A et le β-carotène. Sont-elles réelles ?

 

M. William Saletan est un journaliste de Slate.com assez éclectique. On peut ne pas aimer tout ce qu'il écrit. Mais...

 

Le 15 juillet 2015, il a publié un long article – long car bien fouillé – « Unhealthy Fixation – The war against genetically modified organisms is full of fearmongering, errors, and fraud. Labeling them will not make you safer » [1]. Il a eu un gros impact aux États-Unis d'Amérique.

 

L'article a été traduit en français sous le titre : « Le danger des OGM n'est pas là où vous croyez » [2]. Le sous-titre est repris :

 

« La guerre contre les organismes génétiquement modifiés est truffée d'erreurs, de mensonges, de mauvaise foi et autres falsifications jouant sur nos peurs. Les étiqueter ne vous écartera pas du danger et pour cause: il est ailleurs. »

 

Ceux qui liront cet article (encore une fois, fort intéressant) devraient garder à l'esprit le fait que si la bataille pour ou contre un étiquetage est vive aux États-Unis d'Amérique, nous avons une obligation d'étiquetage en Europe qui produit le genre d'imbécillités que les anti-étiquetage états-uniens veulent éviter.

 

Ainsi, un plat préparé contenant 1 % d'amidon de maïs (10 grammes par kilogramme) dont 0,9 % et un chouïa seraient issus d'un maïs OGM devrait être étiqueté comme contenant des OGM. Que représentent ces 0,9 % ? Une énorme dose de 90 milligrammes... L'équivalent d'une noisette de beurre, c'est dans plus de 40 kilos. Et l'amidon « GM » est le même que le « non-OGM ». Valeur de l'« information » ? Nulle... Mais l'Europe a cédé à l'anti-OGMisme.

 

La France, fille aînée de l'Église de scientophobie, a même fait mieux dans le délire : on peut étiqueter des produits d'origine animale comme « issu d'animaux nourris sans OGM (<0,1 %) ».

 

En tout cas, bonne lecture... enfin... la description des erreurs, etc. n'est pas réjouissante. Mais comme l'écrit M. Karl Haro von Mogel sur Biofortified [3] :

 

« L'article de Saletan n'est pas seulement plaisant et un tour de force bien documenté sur l'histoire de la fabrication de mythes sur les cultures biotech, la défense de son œuvre sur les réseaux sociaux est tout aussi habile. Suivez-le sur twitter pour le voir esquiver adroitement les insultes des critiques mordeurs de mollets. » [4]

 

Nous avons apprécié, par exemple :

 

Attaque :

 

« Des OGM sans importance commerciale comme la papaye, le riz, le pommier et la pomme de terre sont des diversions ; ce n'est pas le problème. »

 

Réponse :

 

« Oui, les 2 millions d'enfants qui sont mort de carence en vitamine A pendant que vous combattiez le riz GM sont "commercialement insignifiants ". »

 

C'est une manière moins abrupte de dire que s'opposer au riz doré est un crime contre l'humanité.

 

 

 

Equivalences en grammes de divers termes culinaires

1 noisette de beurre = 4 g (visible sur la petite cuillère)

1 noix de beurre = 15 g

1 pincée de sel = 0,3 à 0,5 g

1 oeuf pèse en moyenne 55 g, dont 20 g de blanc, 30 g de jaune, (5g = le poids de la coquille)

 

 

 

 

M. William Saletan a aussi produit une sorte de vademecum le 6 août 2015, « Food for Thought – The debate over genetically modified organisms is a great case study in how to think critically » [5].

 

Cela a aussi été traduit, sous le titre « Le débat sur les OGM est parfait pour développer son esprit critique – Voici les treize leçons à retenir des erreurs les plus fréquentes des anti-OGM » [6].

 

Cela s'adresse évidemment à un lectorat états-uniens. C'est centré sur les OGM mais facilement transposable à d'autres sujets. C'est néanmoins un excellent canevas pour une leçon sur l'utilisation intelligente et raisonnée de l'Internet, une formidable source d'information... à condition de savoir comment écarter la désinformation.

 

C'est aussi une réponse, plutôt hargneuse, à Mme Claire Robinson, présentée dans l'article comme rédactrice en chef de GMWatch. Mme Robinson est aussi directrice de la rédaction de GMOSeralini, un site lié par ailleurs à GMO Evidence, Earth Open Source et Sustainable Pulse... Le monde de la désinformation est un sacré labyrinthe... Oubliez ce côté, pas forcément déplaisant. Ce qui importe, c'est le message.

 

Nous ne pouvons que former le vœu que ce texte – les leçons – inspire des enseignants et formateurs qui ont à cœur de transmettre un savoir, et non des croyances ou une idéologie.

 

________________

 

[1] http://www.slate.com/articles/health_and_science/science/2015/07/are_gmos_safe_yes_the_case_against_them_is_full_of_fraud_lies_and_errors.html

 

[2] http://www.slate.fr/story/105239/danger-ogm-pas-ou-vous-croyez

 

[3] http://www.biofortified.org/2015/07/william-saletan-on-gmo-myths-in-slate/

 

[4] https://twitter.com/saletan

 

[5] http://www.slate.com/articles/health_and_science/science/2015/08/critical_thinking_lessons_for_the_anti_gmo_movement_generalizations_evidence.html

 

[6] http://www.slate.fr/story/105467/debat-ogm-exemple-parfait-esprit-critique

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article