Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le glyphosate (Roundup) interdit en El Salvador ?

16 Juin 2015 , Rédigé par Seppi Publié dans #Pesticides, #critique de l'information

Le glyphosate (Roundup) interdit en El Salvador ?

Le glyphosate (Roundup) interdit en El Salvador ?

Autopsie d'un bobard (hoax)

Pondez un article allant dans le sens de la bien-pensance des révolutionnaires de canapé, de préférence non daté, et vous pouvez être sûr que votre « information » resurgira périodiquement.

Dernière nouvelle donc : El Salvador a interdit le glyphosate (Roundup).

Le dernier tour de piste semble être parti de Bio à la une [1]. Il a reçu une accélération d'Inf'OGM qui a mis à jour (enfin...) un article de septembre 2013 [2]. Les « réseaux sociaux » ont pris le relai.

Qu'en est-il ?

Le 5 septembre 2013, l'Assemblée législative d'El Salvador a adopté le décret législatif No 473 portant réforme de la loi sur le contrôle des pesticides, fertilisants et produits pour l'agriculture et l'élevage. Le texte adopté semble être celui reproduit ici [3]. Selon ce texte, 53 pesticides devaient être interdits dans un délai d'un ou, pour certains, deux ans.

Le glyphosate/Roundup y figure en No 9.

L'information semble être partie de la Via Campesina, le mouvement international (c'est eux qui le disent...), cher à notre José Bové national, « qui rassemble des millions de paysannes et de paysans, de petits et de moyens producteurs, de sans terre, de femmes et de jeunes du monde rural, d'indigènes, de migrants et de travailleurs agricoles » [4]. Selon leur communiqué, deuxième paragraphe [5] :

« Le Décret approuvé consulté par RAPAM [...] interdit l'utilisation de matières actives de pesticides sous forme technique ou de produit formulé d'une liste de 53 composés, parmi lesquels se trouvent l'endosulfan, le paraquat, le glyphosate, le chlorpyrifos, le méthyl-parathion et le métamidophos, largement utilisés en agriculture... »

L'information est fondamentalement exacte, même si le titre – « L'Assemblée législative interdit... » est présomptueux.

Car le Décret législatif a été soumis au Président de la République, M. Mauricio Funes, le 19 septembre 2013 pour l'étape suivante. Conformément à l'article 137, troisième alinéa, de la Constitution [6], celui-ci, a renvoyé l'affaire à l'Assemblée législative avec des observations [7]. Une note expliquant les observations a aussi été produite [8].

En résumé, le Président a proposé à l'Assemblée de revoir sa copie, pour un texte auquel il n'était pas opposé mais qui s'avérait être du « n'importe quoi ». Il note ainsi que, sur les 53 éléments de la liste, 6 étaient interdits par des conventions internationales, 13 par un Accord Ministériel de 2000 (!) et 23 par les deux (!!). Pour les 11 autres, il suggérait d'établir un mécanisme de décision permettant de fonder les interdictions sur des bases scientifiques et techniques d'évaluation des risques.

Bien évidemment, les activistes qui se sont épanchés avec des cris de victoire sur la toile se sont bien gardés d'informer les lecteurs sur la suite...

L'Assemblée législative s'est saisie des observations du Président. Mais, en l'absence de nouvelles informations, il y a lieu de conclure qu'il n'y a pas eu de suite [9].

Du reste, le 1er mai 2014, la Mesa por la soberanía alimentaria a publié un billet annonçant qu'elle « exigeait » l'interdiction des 53 pesticides [10].

L'article de Bio à la une [1] est venu avec d'autres bobards. Il a été revu en réaction aux observations d'un commentateur manifestement bien informé. Cela mérite d'être souligné.

Mais il n'a pas été vraiment expurgé. On peut donc toujours y lire, par exemple :

« Avant la mise en œuvre du FAP [Plan pour l’agriculture familiale], 75 % du maïs et 85 % des haricots étaient importés selon le site d’information The Seattle Globalist. Et les plantes cultivées sur le territoire étaient majoritairement issues de graines OGM stériles, non adaptées aux territoires et à leurs particularités, forçant le recours aux intrants chimiques. »

The Seattle Globalist ? Des OGM ? Des graines stériles ? Des graines non adaptées ?

Ces âneries ont fait l'objet de quelque 140.000 lectures (sans compter celles sur les sites qui ont fait du copier-coller).

Désespérant...

______________________

[1] http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/24916/salvador-bannit-roundup-de-monsanto-connait-des-recoltes-records

[2] http://www.infogm.org/5816-Salvador-semences-locales-ni-OGM-ni-glyphosate

[3] http://www.rap-al.org/news_files/DECRETO%205.08.13.pdf

[4] http://viacampesina.org/fr/index.php/organisation-mainmenu-44

[5] http://cloc-viacampesina.net/es/campanas/campana-contra-los-agrotoxicos-y-por-la-vida/1564-el-salvador-asamblea-legislativa-prohibe-el-endosulfan-paraquat-glifosato-y-clorpirifos-entre-una-lista-de-53-plaguicidas-y-compuestos-toxicos

[6] « Art 137. - Lorsque le Président met son veto à un projet de loi, il le renvoie à l'Assemblée dans les huit jours ouvrables suivant sa réception, en exposant les raisons sur lesquelles il fonde son veto [...].

« En cas de veto, l'Assemblée réexaminera le projet et, si elle le ratifie à la majorité des deux tiers, au moins, des députés élus, le renverra au Président de la République, qui devra l'approuver et le faire publier comme loi.

« S'il renvoie le projet avec des observations, l'Assemblée examinera les observations et prendra la décision qu'elle juge appropriée à la majorité prévue à l'article 123 [majorité simple], l'enverra au Président de la République, lequel devra la sanctionner et la faire publier. »

[7] http://www.asamblea.gob.sv/sesion-plenaria/seguimiento/legislatura-2012-2015/2013/no.-70-del-3-oct-2013/correspondencia/piezas-a/10a/archivo_pdf_utilsAL

[8] http://www.innovacion.gob.sv/inventa/index.php?option=com_content&view=article&id=4303:observaciones-a-la-ley-de-agroquimicos-en-el-salvador&catid=131:farmaceutica&Itemid=299

[9] Selon le registre des lois, la loi sur le contrôle des pesticides, fertilisants et produits pour l'agriculture et l'élevage a été modifiée en dernier lieu le 14 avril 1993.

http://www.asamblea.gob.sv/eparlamento/indice-legislativo/buscador-de-documentos-legislativos/ley-sobe-control-de-pesticidas-fertilizantes-y-productos-para-uso-agropecuario/?searchterm=pesticidas

[10] http://redes.org.sv/article/mesa-por-la-soberania-alimentaria-presenta-pieza-d/

Partager cet article

Commenter cet article