Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Des chercheurs développent un colza « biofortifié » pour la production d'huile bonne pour le cœur

13 Juillet 2016 , Rédigé par Seppi Publié dans #amélioration des plantes, #OGM

Des chercheurs développent un colza « biofortifié » pour la production d'huile bonne pour le cœur

 

Mikel Shybut*

 

 

 

Et si, au lieu de manger du saumon, vous pouviez obtenir les mêmes avantages en ajoutant simplement une vinaigrette à votre salade ? Après tout, vous avez probablement entendu dire que la consommation de poisson est bonne pour votre santé, non ?

 

« Mangez du poisson, réduisez votre risque de crise cardiaque mortelle » est un titre récent de ABC Radio. En effet, l'huile de poisson est riche en acides gras oméga-3 polyinsaturés, ces nutriments miracles qui ont longtemps été associés à la bonne santé cardiovasculaire. C'est une bonne nouvelle pour les piscivores, mais que faites-vous si vous êtes végétarien ou végétalien ? Ou tout simplement si vous n'aimez pas le poisson ?

 

Des chercheurs de Dow AgroSciences peuvent avoir une solution avec un colza (canola) amélioré qui est utilisé pour produire l'un des produits végétaux les plus sains et les plus consommés : l'huile de colza. Ils ont rapporté le développement d'un colza qui produit les deux acides gras polyinsaturés à longue chaîne oméga-3 que l'on trouve dans le poisson : l'acide docosahexaénoïque (DHA) et l'acide eicosapentaénoïque (EPA).

 

 Structure moléculaire de l'acide docosahexaénoïque (DHA). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:DHA.svg.

 

 Structure moléculaire de l'acide écosapentaénoïque (EPA). Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:EPA.svg.

 

Ces acides gras de poisson ont été présentés à maintes reprises comme associés à la santé du cœur, y compris dans une étude exhaustive récente dans le Journal of the American Medical Association Internal Medicine sur plus de 45.000 personnes. L'étude a montré que plusieurs acides gras oméga-3, y compris le DHA et l'EPA, conduisent à un risque moindre de maladie coronarienne fatale.

 

 

Pourquoi le colza ?

 

 

 

Il y a quelques raisons pour lesquelles le colza est indiqué pour la production de ces deux célèbres acides gras de poisson. D'une part, il est déjà bien établi, c'est une espèce générant un marché de plusieurs milliards de dollars, et il est principalement cultivé pour ses graines oléagineuses. D'autre part, il produit une huile « bonne pour la santé ». Aujourd'hui déjà, l'huile de colza a suffisamment d'acides gras insaturés pour qu'il soit permis d'apposer l'allégation de santé suivante autorisée par la FDA :

 

« Des preuves scientifiques limitées et non concluantes suggèrent que consommer quotidiennement environ 1 ½ cuillère à soupe (19 grammes) d'huile de colza peut réduire le risque de maladie coronarienne en raison de la teneur en acides gras insaturés de l'huile de colza... »

 

Mais l'huile de colza est déficiente pour les acides gras oméga-3, surtout en comparaison avec les graines de lin, qui ont une teneur très élevée en acide alpha-linolénique, un acide gras oméga-3 essentiel (ALA).

 

La nouvelle approche semble résoudre cette lacune. Les auteurs affirment qu'une seule cuillère à soupe de la nouvelle huile de colza produite à partir de plantes cultivées au champ contient plus que la quantité quotidienne recommandée d'acides gras oméga-3 polyinsaturés par portion.

 

 

Une portion saine de (micro) algues

 

Étonnamment, alors que nous obtenons la plupart de nos oméga-3 alimentaires en mangeant du poisson, les poissons ne produisent pas eux-mêmes les acides gras oméga-3. Des microalgues, y compris le phytoplancton, sont les principaux producteurs de DHA et EPA. Les minuscules organismes unicellulaires entrent dans la chaîne alimentaire, leurs nutriments pouvant être accumulés dans les tissus adipeux des poissons.

 

Les scientifiques de Dow ont repris la chaîne métabolique des acides gras oméga-3 de microalgues et l'ont insérée dans le colza. Ils ont conçu le système pour qu'il ne fonctionne que dans les graines, là où l'huile est produite et stockée, en utilisant des promoteurs spécifiques à la graine pour activer les gènes. Ce n'est certainement pas la première fois que des plantes ont été utilisées pour produire des oméga-3, mais il y a un aspect unique à cette approche.

 

Contacté, Dow AgroSciences a dit au GLP que c'est la première fois qu'une telle « mégasynthase », un ensemble complexe de protéines pour, en l'occurrence, la production d'acides gras, a été exprimée avec succès dans une plante cultivée. « La capacité d'exprimer ces grands complexes de gènes dans les plantes et de les faire fonctionner pour produire des acides gras oméga-3 est vraiment une prouesse technique remarquable », a déclaré Dan Kittle, Vice-président pour la recherche et le développement.

 

Dans une déclaration au Genetic Experts News Service (GENeS Service d'information d'experts en génétique), Kan Wang, Directeur du Centre pour la transformation des plantes à l'Iowa State University, qui n'a pas participé à cette étude mais a travaillé auparavant sur la génétique des plantes cultivées avec Dow AgroSciences, a souligné que ce n'est pas la première fois que des plantes oléagineuses ont été utilisées pour produire le DHA et l'EPA mais a noté cette nouvelle approche :

 

« Ils ont introduit un grand système de biosynthèse de microalgue qui comprend de multiples protéines et enzymes dans le colza. Cette approche permet aux graines modifiées de produire des acides gras additionnels, au lieu de simplement convertir les acides gras existants en acides gras polyinsaturés, une stratégie utilisée dans les programmes antérieurs. »

 

Ainsi, plutôt que d'utiliser des acides gras existants et de les convertir en DHA et EPA par le biais d'un processus à plusieurs étapes, on peut essentiellement les produire en une seule étape, ce qui présente des avantages selon Wang :

 

« Un autre avantage de cette stratégie est qu'il n'y a pas accumulation d'autres acides gras intermédiaires. Ces acides gras intermédiaires peuvent augmenter l'instabilité oxydative de l'huile et sont souvent responsables de saveurs indésirables dans les huiles. »

 

 

Plantes-usines

 

Ces nouvelles plantes de colza seront peut-être – ou peut-être pas – une source abordable d'acides gras oméga-3 ; quoi qu'il en soit – obstacles réglementaires et politiques mis à part – elles constituent un exemple de plantes utilisées comme un moyen de produire des éléments nutritifs ou des produits alimentaires avec des avantages tangibles.

 

Non seulement peuvent-elles avoir des avantages potentiels pour la santé des humains, mais produire des huiles enrichies en oméga-3 à partir de plantes pourrait également alléger la pression sur la pisciculture et la demande en huile de poisson produite par les fermes piscicoles. Dans une sorte de boucle de rétroaction qui constitue un gaspillage, les poissons d'élevage doivent être nourris avec de l'huile de poisson afin d'accumuler les acides gras qu'ils auraient autrement obtenus à partir de microalgues.

 

Il n'y a pas que l'utilisation des plantes pour produire des nutriments, mais aussi le domaine en pleine croissance des produits biopharmaceutiques, en particulier le développement de vaccins à base de plantes contre un certain nombre de virus, y compris Ebola, la polio et la grippe. Les vaccins à base de plantes peuvent devenir un modèle plus abordable et plus immédiat pour développer et fournir des traitements anticorps.

 

Prises ensemble, ces solutions montrent quelques-unes des améliorations que les scientifiques ont faites en tirant parti des plantes sous forme de lignes de production photosynthétiques. Pour les huiles de poisson à base de plantes, il reste à voir si elles procureront des avantages nutritionnels semblables à ceux de la consommation de poisson, mais pour beaucoup, elles peuvent offrir l'espoir d'une alternative saine, sans poisson.

 

________________

 

* Mikel Shybut est membre de CLEAR au Genetic Expert News Service. Il a un doctorat en biologie végétale de l'Université de Californie, Berkeley. Suivez-le sur Twitter @Mshybut

 

Source : https://www.geneticliteracyproject.org/2016/07/12/scientist-develop-biofortified-canola-seed-production-oil-heart-healthy-fats/

Partager cet article

Commenter cet article