Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le Président ougandais s'engage pour les OGM face à un Parlement hésitant

3 Novembre 2015 , Rédigé par Seppi Publié dans #Isaac Ongu, #Afrique, #OGM

Le Président ougandais s'engage pour les OGM face à un Parlement hésitant

 

Isaac Ongu*

 

 

S'adressant aux membres du Parlement ougandais et à plusieurs agriculteurs qui continuent à subir les pertes dues au flétrissement bactérien du bananier, le Président de l'Ouganda a invité les membres du Parlement qui avaient des doutes quant aux biotechnologies à faire preuve de plus d'ouverture d'esprit.

 

« Les biotechnologie ont pour objectif de conférer certaines qualités. Les législateurs qui sont contre devraient moderniser leur pensée », tel a été le message [1] du Président de l'Ouganda, Son Excellence le général Yoweri Kaguta Museveni [2], lors de la célébration de la Journée Mondiale de l'Alimentation cette année.

 

Beaucoup d'agriculteurs ougandais disent qu'ils espèrent que le gouvernement approuvera une variété transgénique résistante, actuellement bloquée parce que le pays ne dispose pas d'une loi sur la biosécurité qui leur permettrait d'y avoir recours.

 

La Journée Mondiale de l'Alimentation est une célébration annuelle qui marque le jour de l'institution de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO). En Ouganda, la célébration a lieu dans l'un des sites de recherche agricole du pays. La 33e célébration annuelle a fini par être un rassemblement pour la science et les scientifiques. Le Président de l'Ouganda s'est félicité d'avoir formé des scientifiques qui sont capables de tout faire. Il a été rejoint par plusieurs scientifiques agricoles travaillant sur divers projets visant à utiliser les biotechnologies pour améliorer les cultures principales, y compris le bananier, le manioc, le riz, le maïs, le mil, la patate douce et la pomme de terre.

 

 

Implications de l'approbation des biotechnologies par Museveni

 

Le président de l'Ouganda, 71 ans, un des dirigeants de l'Afrique en place depuis le plus longtemps, est censé être un conservateur avec des approches du style de celles d'un Mugabe [3] ; mais Museveni sait que seule la science – et non les sentiments radicaux – peut contribuer à lutter contre la faim et la pauvreté, et faire de son pays une nation prospère. Son message devrait contribuer à pousser les décideurs politiques et les législateurs qui hésitent parfois et qui semblent pris au piège du réseau de conspirations en faveur de la précaution. Il a dit que les scientifiques devaient être bien payés, et mieux que d'autres en raison de leur formation unique et de leurs efforts. Museveni, qui a mené une guérilla pour déloger le brutal dictateur Idi Amin [4] de l'Ouganda, a déclaré à l'assemblée que pendant la guerre, il devait s'assurer qu'un garde ait suffisamment à manger même si d'autres n'en avaient pas autant. Il a comparé ses camarades de guérilla aux scientifiques des temps modernes, qui utilisent leurs compétences et leurs connaissances professionnelles pour que l'ensemble de la nation puisse bénéficier de la sécurité alimentaire.

 

Le Président Museveni observant du maïs tolérant à la sécheresse produit par la technique des dihaploïdes.

 

En Ouganda, la plupart des législateurs sont toujours indécis quant à l'opportunité de soutenir les cultures OGM. Le Président a dit aux agriculteurs et à ceux qui étaient présents à la célébration que les petits villages étaient privés des biotechnologies par certains ministres. Museveni a posé une question : Quel est le problème qui empêche les agriculteurs d'accéder à une variété de maïs tolérante à la sécheresse ? Les scientifiques ont fait remarquer que les agriculteurs pourraient encore obtenir une certaine récolte, dans des conditions de sécheresse, lorsque les variétés conventionnelles auraient complètement échoué.

 

Les activistes anti-OGM, qui obtiennent l'argent de leur alarmisme de l'Europe où le maïs est surtout utilisé pour nourrir les animaux, essaient de créer un climat de peur devant l'inconnu. Ils disent que nous pourrions découvrir dans 20 ans que le maïs n'était pas sûr. Mais il n'y a pas de science à l'appui de cette affirmation. Il semble que pour les militants, il est préférable de mourir maintenant de famine plutôt que de s'exposer à un danger qui se matérialisera de nombreuses après et dont la science dit qu'il ne se produira presque certainement jamais. Il est malheureux que les activistes anti-OGM préfèrent que les familles d'agriculteurs africains meurent de pauvreté parce que leurs cultures, qui sont leurs principales sources de nourriture et de moyens de subsistance, sont anéanties par les maladies causées par le changement climatique – qui est essentiellement créé par les pays très développés qui combattent les technologies qui les aideraient à sauver leurs récoltes de la dureté de la nature.

 

 

Le mot du Président aidera-t-il le Kenya et la Tanzanie voisins ?

 

Récemment, le Vice-président William Ruto [5] du Kenya a annoncé que l'interdiction des importations d'OGM serait levée [6]. Le antis ont organisé et mené une campagne [7] sur les réseaux sociaux pour attaquer politiquement Ruto en utilisant la balise « #someone tell Ruto ». Mais le Kenya est allé de l'avant et a publié un avis selon lequel il commercialisera du maïs résistant aux insectes. Comme prévu, les opposants aux OGM ont répondu en saisissant les tribunaux pour essayer de retarder le processus. En Tanzanie, après que leurs ministres sont venus en Ouganda et ont visité divers sites d'essais d'OGM, ils sont rentrés chez eux et ont modifié la loi sur la biosécurité, qui était très restrictive. Le fait que plusieurs dirigeants régionaux, jeunes et vieux, conservateurs et libéraux, s'expriment en faveur des biotechnologies, même au risque d'un revers politique (l'Ouganda va aux urnes dans quatre mois) montre la réalité du potentiel des biotechnologies pour assurer la sécurité alimentaire face à l'augmentation des variations météorologiques dues au changement climatique.

 

 

Sera-ce le coup de grâce pour les activistes anti-OGM de l'Ouganda?

 

Ici en Ouganda, plusieurs membres du Parlement ont approuvé le principe d'aller de l'avant avec les approbations de diverses cultures GM. Le projet de loi sur la biosécurité était sur le point d'être adopté. Mais les antis ont monté une campagne pour tenter d'effrayer certains politiciens en leur faisant croire qu'ils allaient perdre des voix des agriculteurs s'ils approuvaient la loi. Cela a provoqué une impasse. Ce message opportun du Président dont le parti a une majorité au Parlement devrait grandement encouragera les responsables politiques de l'Ouganda à voter en faveur du projet de loi.

 

Il est vrai que les activistes continueront à faire peur et à essayer de manipuler les gens, en partie parce que leurs appuis européens continuent de fermer les yeux, même quand ils organisent des campagnes de peur mensongères. ActionAid UK a tenté de raisonner leur homologue en Ouganda, qui avait activement répandu des « mensonges d'analphabètes ». Il est regrettable que dans les cas de falsifications scientifiques et de ruse, ce soient les agriculteurs pauvres qui, ayant perdu leurs cultures face aux ravageurs, aux maladies et la sécheresse, paient le prix ultime : la faim.

 

__________________

 

* Isaac Ongu est un agriculteur. Il écrit sur la science et promeut les actions politiques fondées sur la science pour relever les défis agricoles dans les pays en développement. Suivez Isaac sur twitter @onguisaac.

 

Source : http://www.geneticliteracyproject.org/2015/10/28/ugandas-president-museveni-endorses-gmos-tipping-scales-in-reluctant-parliament/

 

 

[1] https://www.youtube.com/watch?v=4fW-rK4BlgU

 

[2] https://www.yowerikmuseveni.com/

 

[3] https://en.wikipedia.org/wiki/Robert_Mugabe

 

[4] https://en.wikipedia.org/wiki/Idi_Amin

 

[5] https://en.wikipedia.org/wiki/William_Ruto

 

[6] http://www.nation.co.ke/news/William-Ruto-ban-GMOs--lift/-/1056/2829368/-/wwxu2a/-/index.html

 

[7] https://www.change.org/p/mercy-jirongo-hiram-k-kamau-mc-sharon-say-no-to-gmo-preserve-our-organic-seeds

 

[8] http://www.monitor.co.ug/News/National/NRM-caucus-backs-GMOs/-/688334/2707408/-/w4x9fkz/-/index.html

 

Partager cet article

Commenter cet article