Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Willi contre Goliath : une recension

19 Janvier 2023 Publié dans #Recension, #Willi l'Agriculteur

Willi contre Goliath : une recension

 

Willi l'agriculteur*

 

 

 

 

J'ai envoyé un exemplaire de mon livre à Marian E. Finger (Fingerphilosoph) avant même qu'il ne fût mis en vente. En voici la recension :

 

Willi contre Goliath

 

Marian E. Finger

 

 

Il est là, devant moi, tout juste sorti de l'imprimerie, le nouveau livre de Willi : Satt und unzufrieden. Bauer Willi und das Dilemma der Essensmacher (repu et pas content – Willi l'agriculteur et le dilemme des faiseurs de repas). Deux jours plus tard, il a le dos concave que les paperbacks et les livres de poche ont toujours chez moi dès qu'ils sont lus. Le livre se lit avec plaisir, peut-être parce qu'il est construit dans le style des articles de blog. On lit un article, puis un autre, puis un autre... et quand on regarde sa montre, il est soudain minuit passé. À bien des égards, le livre est une répétition du travail de Willi sur son blog, un condensé de connaissances, sauf que l'on ne doit pas passer d'examen comme à l'université.

 

Dans le premier chapitre, Willi écrit que l'agriculture a besoin de « personnes passionnées par leur métier », et je me demande s'il sait vraiment qu'il fait lui-même partie de ces personnes. Ce livre est un plaidoyer passionné pour l'agriculture. Et parce qu'il a à cœur d'améliorer l'image de l'agriculture, Willi peut se permettre d'être honnête et de mettre parfois les pieds dans le plat avec les adversaires de l'agriculture, s'il ne peut pas faire autrement.

 

Après sa lettre incendiaire « Lieber Verbraucher » (cher consommateur) et son premier livre « Sauerei! » (saloperie !), on a parfois collé à Willi l'étiquette de paysan en colère, et il l'est aussi dans ce livre. Mais il n'est pas seulement en colère, il est aussi réfléchi, autocritique, chercheur et en quête, et il cherche le contact justement avec les critiques de l'agriculture, même avec ceux qui la dénigrent, et avec les politiques, même avec ceux qui rendent le travail des agriculteurs quasiment impossible avec toujours plus de règlements et de lois. Je trouve aussi normal que Willi soit en colère, car seul celui qui comprend cette colère peut comprendre les problèmes auxquels l'agriculture est confrontée. Mais même dans sa colère, Willi dégage une impression de conciliation, et on remarque qu'il ne veut pas vraiment se mettre en colère et se disputer, mais qu'il préférerait parler des problèmes dans le calme et la gentillesse, et qu'il n'a pas d'autre choix face au fait que les agriculteurs sont dos au mur et luttent pour leur existence, tandis qu'ils servent de boucs émissaires à certains groupes sociaux, sur lesquels on peut toujours taper.

 

Le nouveau livre de Willi, Satt und Unzufrieden, ne se présente pas sous la forme d'une démonstration où un argument en appelle un autre pour assommer le lecteur avec cet instrument verbal puissant, mais plutôt sous la forme d'un kaléidoscope multicolore qui montre les problèmes de l'agriculture sous de nombreuses facettes qui se reflètent l'une l'autre. Dans ce livre, Willi donne également la parole à de nombreuses autres personnes, des agriculteurs conventionnels et écologiques, des critiques de l'agriculture, un théologien et un éthicien animalier, ainsi qu'à l'un ou l'autre de ceux qui commentent sur son blog.

 

Willi parle de choses concrètes et aborde précisément les thèmes sur lesquels les détracteurs de l'agriculture aiment tant s'acharner. Ce que j'ai trouvé le plus passionnant ici, ce sont les informations de fond sur l'étude de Krefeld, qui jettent une toute nouvelle lumière sur la disparition des insectes. Mais Willi ne mâche pas non plus ses mots sur le glyphosate, le génie génétique, les nitrates et une douzaine d'autres sujets. Les méthodes mafieuses du commerce de détail alimentaire sont également abordées, tout comme la politique agricole de l'UE, pour laquelle Willi développe des propositions de solutions alternatives. Il jette un regard sur l'agriculture dans le contexte mondial et sur le citoyen dans son propre pays. Puis Willi fait ce qu'il sait si bien faire : il construit à nouveau un pont entre l'agriculture et les consommateurs afin d'ouvrir la voie vers l'avenir.

 

Le nouveau livre de Willi est une super bonne entrée en matière pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur le dilemme des agriculteurs et un excellent résumé pour tous ceux qui s'intéressent déjà au sujet.

 

Il n'y a qu'un seul point sur lequel j'aurais aimé en savoir plus : l'agriculture existe depuis 10.000 ans et pendant 9.950 ans, la société a su que l'agriculture signifiait toujours lutter contre la nature. Mais depuis une cinquantaine d'années, de plus en plus de gens sont convaincus que la nature offre aux hommes ce dont ils ont besoin pour vivre, sans qu'il soit nécessaire de lever le petit doigt. Les agriculteurs sont presque les seuls à savoir encore que l'on doit arracher sa nourriture à la nature. Mais ils n'ont plus le droit de le dire à haute voix. Willi l'agriculteur le fait quand même. Il est tout de même plus que mystérieux qu'une société puisse oublier en moins de cent ans tout ce qui a fait ses preuves pendant 9.900 ans. Que s'est-il réellement passé ?

 

Mais le Goliath contre lequel Willi l'agriculteur se bat dans son nouveau livre n'est pas du tout la nature. Le Goliath, c'est justement cette société oublieuse de l'histoire qui a manifestement décidé de tailler en pièces les fondements sur lesquels toute notre civilisation s'est construite et qui appelle cela par euphémisme la transformation de l'agriculture [ma note : ou la transition écologique]. Le Goliath, c'est la politique qui, avec ses Green Deals, ses histoires « de la ferme à la table », ses règlements sur les engrais et son obsession pour la paperasse, rend le travail des agriculteurs toujours plus difficile. Le Goliath, c'est le commerce alimentaire de détail qui fait pression sur les agriculteurs avec des méthodes mafieuses. Et le Goliath, c'est aussi et surtout le consommateur qui ne veut rien payer pour le bien-être animal qu'il revendique haut et fort. Le Goliath, c'est nous tous, parce qu'avec l'agriculture, nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis.

 

Satt und unzufrieden. Bauer Willi und das Dilemma der Essensmacher, un bon livre passionnant qui nous ramène à la réalité et qui mérite donc 10 étoiles sur 5.

 

Les commentaires des invités représentent l'opinion de l'auteur(e).

 

Je [Willi] suis profondément ému...

 

__________

 

 

* Source : Willi gegen Goliath - Bauer Willi

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article