Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Manifestation « Wir haben es satt ! » (on en a marre !) : remontrances pour Cem Özdemir

23 Janvier 2023 Publié dans #Allemagne, #Politique, #Activisme

Manifestation « Wir haben es satt ! » (on en a marre !) : remontrances pour Cem Özdemir

 

Simon Michel-Berger, AGRARHEUTE*

 

 

© Simon Michel-Berger

Manifestation « Wir haben es satt ! » le 21 janvier 2023 à Berlin : les organisateurs réclament un tournant dans la politique agricole et alimentaire et ne ménagent pas leurs critiques à l'égard du ministre fédéral de l'agriculture Cem Özdemir.

 

 

[Mis à jour à 16:08 le 21 janvier 2023] A Berlin, le 21 janvier 2023, de nombreuses personnes ont réclamé lors d'une manifestation un « tournant agricole [Agrarwende] socialement équitable » et une « bonne alimentation pour tous ». Plus de 100 organisations environnementales et agricoles ont présenté un plan en six points. Les critiques à l'encontre du ministre fédéral de l'agriculture Cem Özdemir n'ont pas été épargnées.

 

Ma note : Voir aussi « Des mots, des mots, rien que des mots... » de Mme Susanne Günther (Schillipaeppa). À voir sa déclaration de réponse, M. Cem Özdemir a plutôt bien renversé la situation. Ce n'est pas de sa faute, mais des gouvernements précédents ainsi que de la coalition de gouvernement... et puis, aidez-moi...

 

 

Des représentants de la manifestation « Nous en avons marre ! » ont remis ce matin à Berlin une note de protestation au ministre fédéral de l'Agriculture Cem Özdemir. Ils demandent entre autres « l'accès à une alimentation saine et respectueuse de l'environnement pour tous », « la garantie de prix équitables durables pour les productrices et producteurs » et une répartition équitable de la richesse sociale. Selon la police, 54 tracteurs et une centaine de manifestants étaient présents lors de la remise de la note devant le ministère des Affaires étrangères à Berlin.

 

 

Pourquoi M. Cem Özdemir est-il critiqué ?

 

Mme Inka Lange, porte-parole de l'Alliance et porte-parole pour l'Afrique, a reproché au ministre fédéral de l'Agriculture Cem Özdemir d'être trop mou et trop lent. De nombreuses actions n'ont pas été menées, la disparition des fermes se poursuit et rien n'est fait pour le climat. En revanche, de plus en plus d'exploitations agro-industrielles sont autorisées. Elle a remis à M. Özdemir un catalogue de revendications sous la forme d'un plan en six points. Selon les organisateurs de la manifestation, plus de 100 organisations, dont des représentants de l'agriculture, de la protection de l'environnement et des syndicats, soutiennent ce plan.

 

 

Comment M. Cem Özdemir a-t-il réagi à ces critiques ?

 

© Martina Hungerkamp (205996)

Le ministre fédéral de l'Agriculture Cem Özdemir (au centre) lors de la remise d'une note de protestation par « Wir haben es satt ! ». Au micro, Mme Sefu Sani de la Marche Mondiale des Femmes (Kenya).

 

 

M. Özdemir a pour sa part fait référence à la conférence qui se tient au ministère des Affaires étrangères avec des ministres de l'Agriculture du monde entier et qui porte sur les mêmes thèmes que ceux réclamés par les manifestants. Il a rappelé « que toutes les agricultrices et tous les agriculteurs et surtout leurs représentants ne parlent pas comme l'AbL [Arbeitsgemeinschaft bäuerliche Landwirtschaft – communauté de travail de l'agriculture paysanne] et comme eux. Les autres disent exactement le contraire ». Il aurait aussi dit à l'Association Allemande des Agriculteurs que ceux qui opposent la sécurité alimentaire, la protection du climat et la biodiversité finiront par tout perdre. Le ministre partage l'impatience des manifestants. Toutefois, il serait malhonnête et « peut-être pas tout à fait vrai » d'attendre que « les conséquences de 16 années de mauvaise politique puissent être effacées en un an ».

 

 

Où Cem Özdemir veut-il mener l'élevage d'animaux de rente ?

 

© Martina Hungerkamp

Cortège de protestation lors de la manifestation « Wir haben es satt ! ». Sur la photo, une maquette de ballon représentant une abeille avec l'inscription « L'agro-industrie tue ! ».

 

 

Le ministre fédéral de l'Agriculture a déclaré, en ce qui concerne les critiques sur la lenteur de la transformation de l'élevage : « Nous avons des adversaires puissants ». Dans l'ancien gouvernement fédéral, des députés, en partie issus du monde agricole, ont veillé à ce que les propositions de la commission Borchert et de la Commission sur l'Avenir de l'Agriculture ne soient pas mises en œuvre, bien que celles-ci aient bénéficié d'un large soutien de la part des milieux agricoles, environnementaux et scientifiques. Ces députés ont profité de l'ancien système. C'est désormais terminé. Le gouvernement fédéral mènera en Allemagne une politique axée sur « moins d'animaux », « plus d'espace pour les animaux » et « un soutien fiable pour ceux qui se lancent ».

 

 

Que demande « Wir haben es satt ! »

 

© Martina Hungerkamp

Les participants à la manifestation  « Wir haben es satt ! » montrent une bannière devant la porte de Brandebourg. On peut y lire :  « Une transition agricole au lieu de dividendes – redistribuer les profits de la crise ! »

 

 

Voici les revendications de la manifestation « Wir haben es satt ! » :

 

  • Combler le déficit de plus de 250 euros dans le revenu de citoyenneté, surmonter les sanctions et les réductions de prestations, mettre en œuvre l'approvisionnement en denrées alimentaires produites de manière équitable et respectueuses de l'environnement pour tous les individus ;

     

  • Les prestations sociales doivent permettre une consommation écologique [biologique] ;

     

  • Mettre fin au diktat des prix des chaînes de supermarchés, interdire les achats en dessous des coûts de production et renforcer les structures régionales, paysannes et écologiques (par exemple par des cantines publiques) ;

     

  • garantir un salaire minimum suffisant et des retraites qui protègent contre la pauvreté, créer une compensation de l'inflation et soutenir un renforcement des conventions collectives dans l'agriculture, la transformation des aliments et le commerce de détail ;

     

  • Prélever un impôt sur les bénéfices excessifs, y compris auprès des groupes agroalimentaires, commerciaux et producteurs d'engrais, introduire un impôt sur la fortune et taxer systématiquement les revenus du capital, alléger la charge des revenus du travail faibles et moyens, réduire la TVA sur les produits alimentaires adaptés au climat et stopper les subventions nuisibles à l'environnement ;

     

  • Utiliser les terres arables, là où c'est possible, pour l'alimentation humaine plutôt que pour la culture de fourrage et de biocarburant et mettre fin au gaspillage alimentaire ;

     

  • Interdire la spéculation sur les denrées alimentaires, soutenir le droit à l'alimentation par des semences libres et une répartition équitable des terres, garantir une agriculture sans OGM, allouer davantage de fonds de développement à la transformation socio-écologique des systèmes alimentaires et stopper les accords commerciaux inéquitables.

 

 

Quelle a été la suite de la manifestation ?

 

Cette année, la manifestation « Wir haben es satt !» a commencé à midi par un cortège de protestation à la porte de Brandebourg et s'est terminée par un rassemblement vers 14h30. Le cortège est passé entre autres devant le siège fédéral du FDP et le ministère fédéral de l'Agriculture. Les organisateurs ont parlé de « 10.000 personnes qui ont manifesté par un froid glacial ». Selon une estimation provisoire de la police, le nombre de personnes impliquées s'élève à « un nombre élevé à quatre chiffres ».

 

Avec du matériel de « Kampagne Meine Landwirtschaft »

 

_____________

 

Simon Michel-Berger est rédacteur en chef d'AGRARHEUTE depuis février 2020. Il travaille depuis 2012 au Deutscher Landwirtschaftsverlag, d'abord comme rédacteur en chef adjoint du Bayerisches Landwirtschaftliches Wochenblatt. Auparavant, il a travaillé à plusieurs postes pour l'agriculture européenne et plus particulièrement pour l'agriculture allemande à Londres, Bruxelles et Berlin. Son sujet de prédilection est la politique agricole.

 

Source : Wir haben es satt-Demo: Schelte für Cem Özdemir | agrarheute.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article