Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un Thanksgiving sans toxines

25 Novembre 2022 Publié dans #Divers

Un Thanksgiving sans toxines

 

Susan Goldhaber*

 

 

Image : GraphicMama-team de Pixabay

 

En tant que toxicologue, j'adore écrire sur les substances toxiques, alors j'ai pensé en chercher une qui serait associée à Thanksgiving. J'ai échoué. Un grand nombre de nos aliments traditionnels de Thanksgiving ne sont pas seulement non toxiques, mais ils sont également bons pour la santé !

 

 

Dans quelle mesure ce que nous mangeons aujourd'hui est-il proche du festin original de Thanksgiving de 1621 ? Apparemment, pas très proche du tout. Les historiens de l'alimentation s'accordent à dire que la dinde n'était pas consommée lors de la fête originale ; on pense que le menu comprenait probablement de la sauvagine, du maïs, de la bouillie et du gibier.

 

 

Pourquoi mange-t-on de la dinde ?

 

Personne n'en est sûr.

 

Selon une théorie, la reine Élisabeth, recevant la nouvelle qu'une flotte de navires espagnols avait coulé alors qu'elle était en route pour attaquer l'Angleterre, était si heureuse qu'elle a ordonné qu'une autre oie soit servie au dîner. Les premiers colons ont été tellement inspirés par cette histoire qu'ils ont décidé de faire rôtir un oiseau que l'on trouve facilement en Amérique du Nord, la dinde, au lieu d'une oie. Si la tradition de votre famille consiste à manger de l'oie à l'occasion de Thanksgiving ou de Noël, il se peut qu'elle vienne de la reine Élisabeth.

 

Les historiens s'accordent à dire qu'au début du XIXe siècle, la dinde était devenue un plat très populaire aux États-Unis. Les raisons en sont simples : il y avait beaucoup de dindes dans les environs, facilement disponibles pour l'abattage, et une seule dinde était généralement assez grosse pour nourrir une famille.

 

Toutefois, ce n'est qu'au milieu du XIXe siècle que la dinde a été associée à Thanksgiving. Certains disent que c'est grâce à Charles Dickens, A Christmas Carol. D'autres disent que c'est Sarah Josepha Hale qui a écrit un roman en 1827 décrivant un Thanksgiving de Nouvelle-Angleterre avec de la dinde. Mme Hale était la principale militante pour faire de Thanksgiving une fête nationale, convaincue que cela aiderait à rassembler le pays au moment où il se rapprochait de la guerre civile. En 1863, le président Lincoln a proclamé que Thanksgiving était une fête nationale.

 

La dinde contient des protéines et des vitamines, notamment les vitamines B-6 et B-12, la niacine, la choline, le sélénium et le zinc. La partie la plus saine de la dinde est la viande de poitrine ; la viande de cuisse et de jambe contient plus de graisses et de calories ; la peau, si croustillante, est la partie la moins saine. La dinde contient également un acide aminé, le tryptophane, qui provoque la somnolence et est souvent cité comme étant la cause de l'endormissement des membres de la famille autour de la table de Thanksgiving. Cependant, toutes les viandes contiennent du tryptophane, et la dinde ne devrait pas vous fatiguer plus que le steak de bœuf du dîner.

 

Et la venaison ?

 

Il s'avère que le pays aurait peut-être été mieux servi si nous avions mangé de la venaison à Thanksgiving, comme les premiers colons, au lieu de la dinde. Bien que la dinde soit très saine, la venaison est encore plus nutritive !

 

Comme la dinde, la venaison est très nutritive, avec beaucoup de protéines et de vitamines. La différence est que la venaison est une viande plus maigre et contient moins de graisses et moins de calories que la dinde ou la viande rouge en particulier. Heureusement, pour le chevreuil, il n'a pas été domestiqué comme la dinde, il est donc beaucoup moins probable de le trouver au supermarché prêt à rôtir.

 

 

Les plats d'accompagnement

 

Les patates douces sont extrêmement saines, sauf si vous utilisez ma recette familiale, qui consiste à les faire cuire au four avec plein de mini-marshmallows fondus sur le dessus. Les patates douces contiennent des fibres, des vitamines et des minéraux.

 

Les canneberges sont un autre aliment de base dans de nombreux foyers à l'occasion de Thanksgiving. Ceux d'entre vous qui sont originaires du New Jersey devraient être fiers de savoir que les Pinelands du New Jersey sont l'un des rares endroits où les canneberges poussent naturellement en raison des conditions idéales des tourbières constituées d'un sol sableux et acide. La première sauce aux canneberges a été fabriquée dans le New Jersey en 1917. Le fabricant de cette sauce s'est associé à une autre société pour former Ocean Spray, une coopérative de 700 agriculteurs des États-Unis, du Canada et du Chili.

 

Les canneberges sont très saines. Cependant, elles sont très acidulées ; le jus de canneberge et les canneberges séchées contiennent beaucoup de sucre ajouté pour compenser leur goût acidulé. De nombreuses recettes requièrent plusieurs tasses de sucre, ce qui fait plus que compenser les bienfaits des canneberges pour la santé !

 

 

Le dessert de la tarte à la citrouille

 

Les citrouilles sont une espèce de courge ; comme les patates douces, elles contiennent des vitamines, des minéraux, des fibres et du bêta-carotène. Elles sont originaires de l'hémisphère occidental et ont été cultivées avant le maïs, les haricots et autres aliments de base d'aujourd'hui.

 

Les Amérindiens cultivent la citrouille depuis très longtemps ; elle constituait un élément de base de leur alimentation et était souvent utilisée pour les rituels et les célébrations. Bien que ces Amérindiens aient pu en apporter aux Pèlerins, les historiens s'accordent à dire que la tarte à la citrouille n'a pas été servie lors du festin original de 1621. Les Pèlerins n'auraient eu ni beurre, ni farine, ni même un four pour la cuisson.

 

Comme les patates douces et les canneberges, les citrouilles sont saines à l'état naturel, mais elles le sont moins lorsqu'elles sont combinées avec du beurre et du sucre pour satisfaire nos envies de sucré. À la fin des années 1600, un chef français, Francois Pierre de La Varenne, a enregistré la première recette connue de tarte au potiron dans « Le Vrai Cuisinier François » :

 

 

(Source)


 

« Tourte de potiron – Faites-la bouillir avec du bon lait, passez-la dans une casserole très épaisse, et mélangez-la avec du sucre, du beurre, un peu de sel et si vous voulez, quelques amandes estampées; que tout soit très mince. Mettez-le dans votre feuille de pâte; cuit le. Une fois cuit, saupoudrez-le de sucre et servez. »

[Source de la traduction]

 

Les recettes d'aujourd'hui restent fidèles à l'original, contenant de la citrouille, du lait, des œufs, du sucre, de la cannelle, de la noix de muscade, du beurre et une croûte de pâte.

 

 

Conclusions

 

Passez une merveilleuse journée de Thanksgiving, ne vous souciez pas de ce que vous mangez, et si quelqu'un essaie la recette de la « Tourte de potiron », faites-nous savoir comment cela s'est passé.

 

Note de la rédaction : Pour ceux qui souhaitent plonger plus profondément dans le dîner de Thanksgiving, voici deux classiques des archives de l'ACSH.

 

A Thanksgiving Holiday Menu

 

From The Archives: The Great Cranberry Scare Of 1959

 

_______________

 

Susan Goldhaber, M.P.H., est une écotoxicologue qui a plus de 40 ans d'expérience dans des agences fédérales et d'État ainsi que dans le secteur privé. Elle s'intéresse particulièrement aux substances chimiques présentes dans l'eau potable, l'air et les déchets dangereux. Elle se concentre actuellement sur la traduction des données scientifiques en informations utilisables par le public.

 

Source : A Toxin-Free Thanksgiving | American Council on Science and Health (acsh.org)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article