Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Que peut-on apprendre des exploitations agricoles lettones ?

14 Novembre 2022 Publié dans #Divers

Que peut-on apprendre des exploitations agricoles lettones ?

 

Anneke Struck, AGRARHEUTE*

 

 

© Clemens Lindwedel

Premier jour de récolte chez Gerhard Odinga.

 

 

La méthode du strip till et le semis direct, les loups, le travail avec un mauvais accès à l'atelier et des paysages impressionnants – Clemens et Lukas font le bilan après leur mission de travail en Lettonie. Et que va-t-il se passer maintenant ?

 

 

Ensemble, ils ont commencé leur voyage en Lettonie à la mi-juillet en tant qu'ouvriers agricoles. Clemens a passé dix semaines sur place et Lukas six semaines. Pendant cette période, ils ont effectué tous les travaux nécessaires, de la récolte à l'ensemencement. Ils nous révèlent dans la troisième partie de la série ce qui les a particulièrement impressionnés lors de leur voyage et de leur travail en Lettonie, ce qu'ils en retirent pour leur exploitation et la suite de leur parcours.

 

 

Une agriculture pleine de contrastes

 

Nous nous sommes bien amusés tous les deux. En plus de notre travail, nous avons réussi à visiter la capitale Riga et la côte de la mer Baltique. La nature en Lettonie est impressionnante. En plus des nombreux lacs, nous avons pu voir des loups en pleine action. Lors de ma dernière soirée (c'est Lukas qui parle), deux loups ont traversé le champ. Il y a peu de civilisation à la campagne. Beaucoup sont autosuffisants et cultivent eux-mêmes quelques hectares avec de très vieilles techniques pour moissonner et de vieux petits tracteurs. Dans certains cas, ils travaillent même à la main. De l'autre côté, il y a de très grandes exploitations dotées des techniques les plus modernes, comme la nôtre. Le contraste entre les grandes et les petites exploitations est plus grand en Lettonie que chez nous en Allemagne. Les installations de biogaz et les exploitations d'élevage ne sont pas nombreuses dans les régions où nous nous sommes rendus. L'agriculture était l'activité principale de la plupart des exploitations.

 

 

Un mauvais réseau d'ateliers favorise la créativité

 

Le réseau d'ateliers n'est pas toujours bien développé. C'est pourquoi nous étions parfois livrés à nous-mêmes lorsque quelque chose tombait en panne. Nous avons donc appris à tirer le meilleur parti du minimum de choses. D'une manière générale, on s'est intéressé de plus près au fonctionnement de la machine, on a connu plus rapidement ses points faibles et on a pu prévenir les pannes à temps. Nous avons beaucoup vissé et soudé. Plus on en fait, plus on trouve de moyens d'aborder certaines choses et de les réparer le plus efficacement possible.

 

 

Après la récolte, le semis direct

 

Ce qui était intéressant pour nous, c'est qu'après la récolte, on passait directement au semis. Alors que chez nous, nous commençons à semer le colza vers le 20 août, en Lettonie, les semis étaient quasiment terminés. Les précipitations ont également été intéressantes. Pendant la grande période de sécheresse de cet été en Allemagne, nous n'avons pas manqué d'eau en Lettonie. Les endroits humides ont parfois posé problème, de sorte qu'il a parfois fallu sortir une moissonneuse-batteuse d'un mauvais pas.

 

De manière générale, nous avons beaucoup appris sur la méthode de semis Strip Till et sur le semis direct. En Allemagne, nous n'avions jusqu'alors que peu de contacts avec ces méthodes. Les facteurs de rendement en termes de coûts sont intéressants : gagnerait-on plus en travaillant peu et en prenant des risques qui réduisent apparemment le rendement qu'en travaillant plus intensivement avec plusieurs passages et en espérant un rendement plus élevé ? La question est particulièrement intéressante à une époque où l'énergie est chère. Le temps et les conditions météorologiques jouent également un rôle important ici.

 

 

Et maintenant ?

 

Et maintenant, comment se poursuit notre voyage ? Lorsque vous lirez ces lignes, nous serons déjà dans l'avion pour Perth, sur la côte ouest de l'Australie. Là-bas, notre objectif est une grande exploitation agricole avec un élevage de moutons. Nous vous en dirons plus.

 

___________

 

Anneke Struck travaille chez AGRARHEUTE comme rédactrice cross-média dans la rubrique élevage et le spécial bovin.

 

Source : Was kann man von Lettlands Ackerbaubetrieben lernen? | agrarheute.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article