Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Pesticide Atlas 2022 », comment on nous embobine

1 Novembre 2022 Publié dans #Pesticides, #Activisme

« Pesticide Atlas 2022 », comment on nous embobine

 

 

Quatre entités, la Heinrich-Boell Stiftung, Friends of the Earth Europe, BUND et Pesticide Action Network Europe ont récemment produit un « bel » ouvrage, richement illustré, de 60 pages, « Pesticide Atlas 2022 », avec en sous-titre (et petits caractères...) « Facts and figures about toxic chemicals in agriculture » (faits et chiffres sur les substances chimiques toxiques en agriculture).

 

Quatre citations en quatrième de couverture :

 

« 385 millions de personnes dans le monde sont victimes d'empoisonnement par les pesticides – chaque année.

 

La biodiversité se réduit dans le monde entier. Les pesticides sont l'une des raisons du déclin des insectes.

 

De nombreux pesticides très dangereux (HHP [highly hazardous pesticides]) ne sont pas approuvés par l'UE. Néanmoins, ils sont produits ici et exportés vers des pays plus pauvres.

 

Les rôles des hommes et des femmes [gender roles] influent également sur l'exposition aux pesticides. Les femmes sont reconnues comme jouant un rôle clé rôle clé dans la transition vers une agriculture écologique. »

 

Rien de bien nouveau, donc, sauf peut-être la quatrième citation qui arrime le wagon du « genre » au train de l'activisme.

 

Nous n'entrerons pas dans le détail de cette « œuvre » – commentée par M. Cameron English – mais montrerons son caractère sournois par un exemple.

 

Voici, page 11, une carte qui prétend nous apprendre qu'on ne voit pas de réduction dans l'utilisation des pesticides. Les cercles bleus représentent les volumes et on nous donne un pourcentage de l'évolution entre 1999 et 2020 dans les petits rectangles noirs.

 

 

 

 

C'est une arnaque !

 

Certes, les chiffres sont (a priori) justes, mais l'essentiel est dans le choix de la période !

 

Les tonnages ont augmenté dans la première moitié de la période et se sont stabilisés dans la deuxième. On pourrait même prétendre qu'il y a eu une amorce de baisse au cours des trois dernières années !

 

 

 

 

Ce n'est pas tout ! Leur mappemonde fait état d'une très légère baisse – de 0,2 % – pour l'Europe... le cœur de cible de cet « ouvrage » !

 

Les hausses de 1,8 % et 7,7 % – sur 20 ans – en Amérique du Nord et en Asie sont peu importantes. L'essentiel de l'augmentation vient de l'Amérique latine (119,4 %).

 

Il faudrait procéder à une analyse détaillée pour préciser la situation. La FAO indique dans un de ses documents que d'anciennes statistiques étaient erronées, la Chine ayant rapporté des tonnages de produits formulés plutôt que de matières actives. Ses statistiques incluent également les désinfectants, majoritairement non utilisés en agriculture.

 

L'augmentation des tonnages de l'Amérique latine est en partie due à l'augmentation des surfaces cultivées (quelque 20 % sur deux décennies) et en partie à l'intensificatio – y compris sans doute un recours excessif à un herbicide bien connu, efficace et pas cher...

 

 

(Source)

 

 

La FAO rapporte pour l'ensemble du continent :

 

« [...] Au cours de la période analysée, les Amériques ont appliqué le plus haut niveau de pesticides dans l'agriculture, avec en moyenne plus de 1 Mt de pesticides par an. La région a également appliqué les niveaux les plus élevés de pesticides par superficie de terres cultivées (2,83 kg par ha et par an), par habitant (1,17 kg par personne et par an) et par valeur de la production agricole (1,43 kg pour 1000 I$ [international dollar] par an). La région a augmenté l'utilisation d'herbicides de 362 à 852 kilotonnes (kt), celle des fongicides de 93 à 177 kt et celle des insecticides de 159 à 181 kt par an. »

 

Et pour l'Europe, cœur de cible de l'Atlas ?

 

« L'utilisation de pesticides dans l'agriculture en Europe n'a augmenté que de 3 % entre les années 1990 et la décennie la plus récente, très probablement en raison de la mise en place d'une politique agricole commune européenne stricte, qui surveille et contrôle l'utilisation des pesticides. La région a la plus faible proportion d'utilisation de pesticides dérivés d'insecticides (12 %), comme le montre la figure 7. [...] L'utilisation de pesticides par surface cultivée dans la région était d'environ 1,6 kg/ha en 2020, soit moins que la moyenne mondiale. Sur l'ensemble de la période, l'application de pesticides par hectare de terres cultivées en Europe était proche de la moyenne mondiale (1,57 kg par ha et par an) et légèrement supérieure par habitant (0,64 kg par personne et par an) et par valeur de l'agriculture (0,92 kg par 1.000 I$ et par an). »

 

 

 

Concluons sur un autre bobard : la France, championne de l'utilisation des pesticides en Europe (sinon dans le monde). Il faut évidemment rapporter les chiffres à la surface cultivée. Voici le verdict de la FAO :

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article