Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le prix de la dinde – 2022

24 Novembre 2022 Publié dans #Divers

Le prix de la dinde – 2022

 

Jason Lusk*

 

 

 

L'année dernière, un article de The Atlantic commençait comme suit :

 

« La tradition de Jayson Lusk à l'occasion de Thanksgiving, si on peut l'appeler ainsi, consiste à discuter avec les journalistes des prix des produits alimentaires des Américains pour les fêtes. »

 

Eh bien, c'est à nouveau cette période de l'année, alors autant s'y mettre. Je vais me concentrer sur le plat principal : la dinde.

 

Malheureusement, le Bureau of Labor Statistics (BLS) a cessé de communiquer le prix de détail de la dinde il y a quelques années dans ses publications mensuelles de données sur l'indice des prix à la consommation. Nous devons donc rassembler des informations provenant d'autres sources.

 

L'IRI suit les données des scanners des épiceries de détail. Son tableau de bord de données suggère que les prix de la dinde au détail ont augmenté d'environ 20 % par rapport à l'année dernière ; cependant, pour la semaine la plus récente de données disponibles (la semaine se terminant le 23 octobre), les prix de la dinde au détail n'étaient « que » de 9 % supérieurs à ceux de la même semaine de l'année dernière. Pour mettre les choses en perspective, en septembre (les données les plus récentes disponibles), le BLS a indiqué que le taux annuel global d'augmentation des prix des produits alimentaires dans les épiceries était de 13 %.

 

Le service de commercialisation agricole de l'USDA suit les prix de gros de la dinde. La figure ci-dessous illustre les tendances. À l'heure actuelle (les dernières données datent du 29 octobre 2022), les prix de gros des dindes entières fraîches sont d'environ 1,87 $/lb (4,12 $/kg). C'est environ 21 % de plus que l'année dernière à la même époque (en 2021) et environ 29 % de plus qu'il y a deux ans (en 2020).

 

 

 

 

Une caractéristique intéressante de ces données est que les prix ont tendance à baisser chaque année au mois de novembre (la zone ombrée en gris). J'en ai déjà parlé dans un article en 2016, où nous avions observé un phénomène similaire pour les prix de détail. Voici ce que j'avais écrit à l'époque :

 

« Ce modèle de fluctuation des prix pourrait être un peu surprenant. N'est-il pas vrai que la demande de dinde est la plus forte en novembre ? Si tel est le cas, une augmentation de la demande ne devrait-elle pas entraîner une hausse des prix ? Oui, mais les producteurs savent aussi quand se produisent les pics de demande et ils peuvent planifier la production et le stockage en conséquence (il s'agit d'une industrie assez fortement intégrée) afin de disposer d'une offre suffisante pendant cette période. En outre, les recherches sur ce sujet ont suggéré que les détaillants pourraient utiliser les dindes comme des "produits d'appel". Sachant que de nombreux consommateurs achèteront des dindes, les détaillants proposeront des offres spéciales et des réductions sur l'article que tout le monde recherche afin de les inciter à franchir la porte et à acheter toutes les autres choses nécessaires pour préparer un repas de Thanksgiving»

 

Pourquoi les prix sont-ils plus élevés cette année ? Une réponse potentielle est l'influenza aviaire (alias « grippe aviaire »). Selon les données de l'USDA-APHIS, plus de 7,7 millions de dindes ont été touchées et tuées par la maladie cette année. Le graphique ci-dessous montre le nombre cumulé de cas de grippe aviaire cette année pour les poules pondeuses, les dindes et les poulets de chair. Les poules pondeuses ont été beaucoup plus touchées que les autres types devolaille, mais en pourcentage de la production totale, la dinde a probablement été la plus touchée.

 

Nous avons perdu environ 5 % de la production nationale totale de dinde à cause de la grippe aviaire cette année. En effet, les données de l'USDA indiquent que l'abattage de jeunes dindes au cours des neuf premiers mois de 2021 est en baisse d'environ 7 % par rapport à la même période en 2021. En septembre 2022, la production de dinde était en baisse de 11,4 % par rapport à septembre 2021. On produit moins de dinde, ce qui signifie que les consommateurs se font concurrence pour une plus petite quantité, ce qui fait monter les prix.

 

À cet égard, je tiens à préciser que nous ne connaissons pas de pénurie de dinde. En fait, il est rare que nous ayons des pénuries de produits alimentaires en tant que telles (c'est pourquoi la question des préparations pour nourrissons a fait couler tant d'encre – c'est inhabituel !) Le prix est le mécanisme par lequel la production agricole est répartie. Si moins de dindes sont produites, les prix doivent augmenter pour rationner la quantité produite aux personnes qui apprécient le plus les dindes. À l'inverse, si l'on produit beaucoup plus de dindes que prévu, les prix doivent baisser pour inciter davantage de consommateurs à les acheter. En ce sens, le prix est à la fois le signal de la rareté ou de l'abondance et le mécanisme qui garantit que la quantité produite est allouée aux consommateurs.

 

 

 

 

Tous les autres facteurs qui font augmenter les prix des denrées alimentaires en général influent également sur les prix de la dinde. Les prix du maïs et du soja (principaux aliments pour la dinde) sont beaucoup plus élevés cette année que l'année dernière. Les prix de l'énergie sont plus élevés, ce qui a une incidence sur les coûts de transport, de transformation et de stockage. Les salaires dans le secteur de la transformation et de la vente au détail sont également plus élevés.

 

La question que tout le monde se posait l'année dernière était la suivante : est-ce que ce Thanksgiving sera le plus cher de tous les temps ? Ma réponse cette année est en grande partie la même que l'année dernière. Les prix dans l'économie ont tendance à augmenter avec le temps, de sorte que les prix sont presque toujours plus élevés l'année en cours que l'année précédente. Ce que nous voulons savoir, c'est ce qu'il advient du pouvoir d'achat des consommateurs. Pour cela, je vous renvoie au tableau de bord des données que nous avons créé avec le Center for Food Demand Analysis and Sustainability (CFDAS), où vous pouvez voir les tendances des prix nominaux, des prix corrigés de l'inflation et des prix-temps (c'est-à-dire le nombre d'heures qu'il faut travailler au salaire actuel pour acheter une livre d'un aliment donné).

 

Un dernier point qui peut être intéressant. La consommation de dinde par habitant est en baisse depuis quelques années. Les données de l'USDA-ERS montrent que la consommation de dinde était de 15,3 livres/personne/an [6,9 kg] en 2021, en baisse par rapport à 15,7 livres [7,1 kg] en 2020, 15,9 livres [7,2 kg] en 2019, 16,2 livres [7,3 kg] en 2018 et 16,5 livres/personne/an [7,5 kg] en 2017. La consommation de dinde par habitant s'est réduite chaque année au cours de cette période. De 2017 à 2021, la consommation de dinde par habitant a diminué de plus d'une livre, soit une réduction de 6,9 %. Une partie de cette baisse est probablement liée à la pandémie. Plus de gens travaillaient à la maison, ce qui signifie qu'ils ne préparaient pas ou ne commandaient pas de clubs et de sandwichs à la dinde. Mais la tendance à la baisse a commencé avant la pandémie. La baisse de la consommation par habitant peut parfois résulter de l'évolution des coûts et de l'offre, mais les données semblent indiquer qu'il s'agit d'une baisse de la demande. Cette baisse de la demande, associée à la hausse des prix, signifie probablement qu'il y aura moins de dindes sur les tables de Thanksgiving cette année.

 

_____________

 

Jayson Lusk est un économiste de l'agriculture et de l'alimentation. Il est actuellement professeur distingué et chef du Département de l'Économie Agricole de l'Université de Purdue.

 

Source : Turkey prices - 2022 — Jayson Lusk

 

 

Ma note : Il y a un autre article sur le coût du repas de Thanksgiving ici.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article