Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Des archives : La grande peur de la canneberge de 1959

24 Novembre 2022 Publié dans #Divers

Des archives : La grande peur de la canneberge de 1959

 

American Council on Science and Health*

 

 

Image par Alexey Hulsov de Pixabay

 

 

Le 26 novembre 1959, « Mamie Eisenhower a servi de la compote de pommes au dîner ». L'Amérique avait attendu avec un intérêt plus qu'inhabituel de voir ce que les Eisenhower allaient manger comme plat de Thanksgiving. La nouvelle est tombée vendredi, grâce à l'Associated Press : « Pas de canneberges pour le président. » Voici la réaction de l'ACSH, tirée de nos archives, dans ce qui fut peut-être le premier épisode de chimiophobie aux États-Unis.

 

 

La saga a commencé le 9 novembre lorsqu'une petite quantité d'herbicide, liée à une croissance anormale chez les rats de laboratoire, a été découverte dans la récolte de canneberges du pays. Ce que nous en sommes venus à considérer comme des lignes traditionnelles ont été rapidement écrites. Ocean Spray, s'exprimant au nom du principe « la dose fait le poison », a fait remarquer qu'il faudrait des « wagons entiers » de canneberges pour avoir un effet quelconque sur un être humain. Le Secrétaire d'État à la Santé, à l'Éducation et à l'Aide Sociale, parlant en faveur d'une « abondance de prudence », a dit aux consommateurs que s'ils ne pouvaient pas vérifier la source des canneberges, « soyez prudents » et ne les achetez pas.

 

L'herbicide aminotriazole, un inhibiteur de la chlorophylle, devait être pulvérisé après la récolte pour réduire les mauvaises herbes dans les tourbières de canneberges. Peut-être quelques tourbières avaient-elles été traitées prématurément ; personne ne le sait. Mais la découverte de l'aminotriazole s'est heurtée directement à une nouvelle réglementation sur la sécurité des consommateurs instituée un an auparavant, la clause Delaney.

 

« Aucun additif ne sera considéré comme sûr s'il s'avère qu'il provoque le cancer lorsqu'il est ingéré par l'homme ou l'animal. »

 

Comme nous l'avons évoqué récemment, elle n'était pas fondée sur la science agricole mais sur les données extrapolées des bombardements nucléaires d'Hiroshima et Nagasaki.

 

« Les inspecteurs du gouvernement ont commencé à saisir des barils [de canneberges] comme s'ils étaient remplis d'alcool de contrebande. »

 

Et comme beaucoup de peurs chimiophobes d'aujourd'hui, elle a été rapidement politisée. Le vice-président Nixon en a mangé plusieurs portions, tout comme le sénateur John Kennedy, tous deux candidats à la présidence.

 

Voici quelques liens qui pourraient vous intéresser :

 

Du New Yorker, The Great Cranberry Scare of 1959 (la grande panique de la canneberge de 1959). On y trouve un bon résumé et un clin d'œil à l'ACSH, à l'époque où nous étions considérés comme « un groupe autoproclamé de défense des intérêts du marché libre », alors qu'aujourd'hui nous sommes dépeints à tort comme des « défenseurs de l'industrie ».

 

« 40 Years Ago This Month: Americans Panicked Over Cranberry Safety Scientists Reflect On The Anniversary Of The First "Carcinogen" Panic Of The Century » (il y a 40 ans ce mois-ci : les Américains paniquaient à propos de la sécurité de la canneberge. Les scientifiques réfléchissent à l'anniversaire de la première panique « cancérigène » du siècle).

 

« How The Thanksgiving Cranberry Scare Of '59 Created The Chemophobia Movement » (comment la peur de la canneberge à Thanksgiving en 59 a créé le mouvement de chimophobie).

 

Enfin, j'ai extrait notre reportage sur la grande panique de la canneberge d'un rapport plus complet que nous avons réalisé sur le site Facts versus Fear Unfound Health Scares Abridged (les faits contre les peurs – paniques infondées en matière de santé en résumé).

 

________________

 

* Source : From the Archives: The Great Cranberry Scare of 1959 | American Council on Science and Health (acsh.org)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :