Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Comment est perçue l'«agriculture régénératrice » par les consommateurs aux USA ? – Et aussi, différences d'attitudes entre sexes et selon le statut matrimonial

29 Novembre 2022 Publié dans #Agriculture de conservation

Comment est perçue l'«agriculture régénératrice » par les consommateurs aux USA ?

 

Et aussi, différences d'attitudes entre sexes et selon le statut matrimonial dans les comportements d'achat

 

Consumer Food Insights – Septembre 2022

 

Jason Lusk* 

 

 

Un graphique souvent reproduit aux États-Unis d'Amérique. (Source)

 

 

Les derniers résultats de l'enquête Consumer Food Insights du Purdue Center for Food Demand Analysis and Sustainability (CFDAS) sont maintenant disponibles.

 

 

L'agriculture régénératrice

 

Ce mois-ci, nous avons exploré les conceptions des consommateurs sur un mot qui semble faire tout le buzz dans l'espace alimentaire et agricole : « régénérateur ». Petit problème avec ce mot : personne ne sait exactement comment il est défini. Ce tweet et les échanges qui ont suivi il y a quelques semaines illustrent bien ce point.

 

 

Le texte cité : « L'agriculture régénératrice peut couvrir un vaste éventail d'approches et de systèmes, mais elle s'articule autour de cinq principes : ne pas perturber le sol ; garder la surface du sol couverte ; garder des racines vivantes dans le sol ; faire pousser une gamme diversifiée de cultures ; et ramener les animaux de pâturage sur la terre. "Si l'on prend soin de la terre et des personnes qui la cultivent [...], on peut changer radicalement le système alimentaire", affirme Heather Terry, fondatrice et directrice générale de la marque américaine de snacks plus sains GoodSam Foods. Les défenseurs de l'agriculture régénératrice parlent de l'amélioration continue et de la mise en œuvre de pratiques agricoles régénératrices comme d'une "direction à suivre, pas d'un absolu". » (Source)

 

 

Nous avons d'abord demandé à notre échantillon représentatif de consommateurs américains s'ils savaient ce que signifiait « régénérateur » dans le contexte de l'alimentation et de l'agriculture. 62 % ont répondu « non ». 38 % ont répondu « oui ». À la minorité qui a répondu « oui », nous avons demandé de décrire le terme en quelques mots. Le nuage de mots suivant présente les réponses les plus courantes.

 

 

 

 

Ensuite, tous les répondants à l'enquête (qu'ils aient ou non déclaré savoir ce que le mot signifiait) se sont vu présenter un sous-ensemble de 13 termes dans une série de questions, et ont été invités, dans chaque question, à identifier le terme qu'ils associaient le plus et le terme qu'ils associaient le moins à « régénérateur ». Cela nous permet de placer chacun des 13 termes sur une échelle sous-jacente, que nous normalisons pour qu'elle aille de -1 (le moins associé à « régénérateur ») à +1 (le plus associé à « régénérateur »). Les personnes interrogées associent le plus souvent le terme « régénérateur » à « durable » et le moins souvent à « sans labour » ou « semis direct » (« no till » – voir la figure ci-dessous). Pourtant, la plupart des termes étudiés obtiennent un score proche de 0, en particulier parmi ceux qui déclarent connaître le terme, ce qui indique qu'il n'y a pas de consensus clair des consommateurs sur la façon de conceptualiser le terme « régénérateur ». (Le fait que le terme « régénérateur » soit mal défini me rappelle un peu les arguments que j'ai produits dans un billet publié il y a environ un an sur les facteurs à l'origine des flux et reflux des différents mots et pratiques alimentaires et agricoles à la mode).

 

 

 

Un autre point de vue... (Source)

 

 

Divers

 

En ce qui concerne les mesures principales de notre enquête, nous constatons que les dépenses alimentaires restent proches de leur pic de 2022 et que les prévisions d'inflation des prix alimentaires continuent de diminuer. Les taux d'insécurité alimentaire restent stables, voire un peu plus bas que le mois dernier.

 

 

La version idéologique (Source)

 

 

Selon que vous êtes...

 

Ce mois-ci, nous avons examiné en profondeur l'impact du sexe et du statut matrimonial. Nous avons constaté que l'insécurité alimentaire est plus élevée chez les femmes que chez les hommes, mais que les femmes mariées s'en sortent beaucoup mieux que les femmes non mariées. De même, la satisfaction alimentaire est la plus élevée chez les hommes mariés et la plus faible chez les femmes non mariées. Les comportements en matière de durabilité alimentaire sont largement similaires entre les hommes et les femmes. Les femmes et les célibataires expriment généralement des politiques alimentaires plus progressistes. En ce qui concerne la confiance dans l'information, les femmes se méfient davantage de McDonald's et d'autres entreprises alimentaires comme Tyson et Nestlé que les hommes. Les femmes se méfient également davantage de Fox News, tandis que les hommes se méfient davantage de CNN. Les hommes mariés font plus confiance à leur médecin que les autres groupes, et les femmes mariées font plus confiance aux membres de leur famille que les autres groupes. En outre, les femmes expriment un peu plus de confiance envers les agences gouvernementales (FDA/USDA) que les hommes. Les hommes mariés sont les plus enclins à dire que les OGM peuvent être consommés sans danger (51 %), tandis que les femmes célibataires sont les moins enclines à le penser (26 % seulement).

 

Nous n'avons PAS trouvé de grandes différences entre les sexes dans une variété de comportements d'achat tels que l'achat de produits biologiques, la vérification de l'étiquette nutritionnelle, l'achat d'œufs non produits par des poules en cage ou le recyclage.

 

Le rapport contient bien d'autres informations. Consultez le rapport détaillé ici.

 

 

La version idéologique simplifiée. (Source)

 

_____________

 

Jayson Lusk est un économiste de l'agriculture et de l'alimentation. Il est actuellement professeur distingué et chef du Département de l'Économie Agricole de l'Université de Purdue.

 

Source : Consumer Food Insights - September 2022 — Jayson Lusk

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
"Les femmes et les célibataires expriment généralement des politiques alimentaires plus progressistes." !!!!!! Je suppose que Jason Lusk a fait de l'ironie ? <br /> Malheureusement, cet article est assez conforme à ce que je peux constater, les femmes brillent rarement intellectuellement dans les domaines scientifiques et techniques et sont les premières à véhiculer des tissus de bêtises et d'absurdités. Et il est difficile de les faire évoluer ou de les intéresser à des sujets scientifiques ou techniques, voir le niveau intellectuel complètement pitoyable de la presse dite "féminine" qu'il m'arrive de croiser dans une salle d'attente. Comment est-il possible de lire ça et d'y trouver de l'intérêt ?<br /> Je me permets ce commentaire étant une femme, mais ayant été féministe dans ma jeunesse (avant de rencontrer des féministes politiques complètement tarées...), je peux vous dire que cela m'affecte profondément.
Répondre
D
J'avais entendu que le % de français ayant une bonne opinion pour les médecines "douces" ou "alternatives" était proche de 60%, mais beaucoup plus chez les femmes.<br /> Effectivement, c'est un peu navrant mais ça a été remarqué par des auteurs comme Stefan Zweig, Joseph Conrad, comme quoi les femmes auraient une tendance plus marquée à réagir sous le coup de l'émotion, plutôt que la raison.<br /> Argument qui a été utilisé pour empêcher le droit de vote aux femmes d'ailleurs.