Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les sanctions contre la Russie aggravent-elles la crise alimentaire mondiale ?

27 Octobre 2022 Publié dans #Ukraine, #Alimentation, #économie

Les sanctions contre la Russie aggravent-elles la crise alimentaire mondiale ?

 

Simon Michel-Berger, rédacteur en chef, AGRARHEUTE*

 

 

© IIMAGO/aal.photo/Habibur Rahman

Faim : dans les pays en développement, comme ici au Bangladesh, les queues pour l'achat de céréales subventionnées sont de plus en plus longues. Les prix des produits agricoles y ont récemment augmenté de manière significative.

 

 

Avant même la récente annexion de territoires ukrainiens par la Russie, des questions ont surgi quant à savoir si les sanctions contre la Fédération de Russie – l'un des principaux producteurs mondiaux de céréales et d'engrais – contribuent à aggraver la faim dans le monde. [Article du 7 octobre 2020]

 

 

Pour les représentants gouvernementaux de Russie, de Chine et d'Inde, la situation est claire : « Les restrictions unilatérales ont aggravé la crise alimentaire mondiale. » C'est ce qu'a rapporté l'agence de presse russe TASS à la mi-septembre en se référant à une décision de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). Le texte indique que l'approvisionnement alimentaire mondial est déjà menacé par le changement climatique, les effets de la pandémie de Covid et les « problèmes régionaux », et que les chaînes d'approvisionnement alimentaire mondiales sont fragilisées. Les sanctions imposées à la Russie et l'utilisation de céréales pour les biocarburants menaceraient non seulement la sécurité alimentaire mais aussi la stabilité socio-économique des pays en développement.

 

 

Commission Européenne : les sanctions ne concernent pas les denrées alimentaires

 

La Commission Européenne rejette les reproches selon lesquels les sanctions conduiraient à une aggravation de la crise alimentaire mondiale. Elle déclare littéralement dans un communiqué de presse (retraduit) : « Ce sont l'invasion russe non provoquée de l'Ukraine et les actions délibérées de la Russie – comme le blocage des exportations de céréales en provenance d'Ukraine, la destruction de champs et de silos à grains, le vol de céréales ukrainiennes et une complication du commerce mondial – qui provoquent une crise alimentaire. »

 

L'UE n'a pas imposé de sanctions sur les exportations de produits alimentaires ou de matériel agricole vers la Russie. Il n'y a pas non plus de restrictions sur le commerce de produits agricoles, y compris les engrais, entre la Fédération de Russie et d'autres pays. Mi-septembre, l'UE a en outre précisé que les exportations d'engrais de Russie ne seraient pas entravées. Des représentants du gouvernement fédéral ont régulièrement avancé des arguments similaires concernant la crise de la faim.

 

 

Quel est l'impact de la guerre en Ukraine sur le commerce agricole ?

 

Les marchés agricoles internationaux se sont globalement comportés de manière rationnelle à la suite de l'invasion russe de l'Ukraine. C'est ce qu'écrit M. Doug Christie, expert du marché et ancien président pour le coton de l'entreprise de commerce agricole Cargill, sur le site spécialisé GLG-Insights. Les flux de marchandises se sont déplacés, dit-il.

 

Ainsi, les prix des céréales ont fortement augmenté immédiatement après le début des combats. Par la suite, les prix ont de nouveau baissé, notamment après l'accord négocié par la Turquie sur les exportations de céréales via la mer Noire. La diminution de l'huile de tournesol sur le marché mondial a entraîné un déplacement de la demande vers l'huile de palme et l'huile de soja. La hausse ou la baisse des prix du marché aurait clairement reflété le rapport entre l'offre et la demande.

 

 

Que signifie la guerre en Ukraine pour le commerce des engrais ?

 

M. Christie, expert du marché, ne voit pas non plus de bouleversements fondamentaux sur le marché des engrais. La Russie reste le deuxième pays producteur d'engrais au monde, surtout en raison de sa forte position en potassium. Quinze pour cent des exportations mondiales d'engrais proviennent de Russie. Ici aussi, les flux de marchandises se sont déplacés. De janvier à juin 2022, les exportations canadiennes d'engrais vers le Brésil ont par exemple augmenté de 70 %. En Allemagne aussi, les engrais se font rares.

 

 

Pourquoi les engrais restent-ils si chers ?

 

 

© Banque mondiale

Entre mai 2021 et septembre 2022, les prix des engrais ont environ doublé sur le marché mondial. Avant cela, les prix étaient restés stables pendant des années.

 

 

Contrairement aux prix des céréales, M. Christie s'attend à ce que les prix des engrais restent élevés. Le gaz naturel est un élément important de leur production. Étant donné que les coûts ont considérablement augmenté et qu'ils devraient rester élevés, les futurs chocs sur les prix de l'énergie auront un impact très rapide sur la production agricole.

 

L'indice mondial des prix des engrais de la Banque Mondiale était d'environ 222 points en septembre 2022. Il a donc plus que doublé par rapport à mai 2021. À l'époque, il était encore de 106 points. Au début de la nouvelle invasion russe de l'Ukraine en février 2022, la valeur était de 197 points (voir graphique). Face à cette évolution, les États-Unis et la Commission Européenne, entre autres, se sont prononcés en faveur d'un renforcement de l'approvisionnement en engrais pour les agriculteurs.

 

_____________

 

* Source : Verschärfen Ukraine-Sanktionen gegen Russland die globale Hungerkrise? | agrarheute.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Ok la situation internationale est difficile et dans les pays développés, les destructeurs du nucléaire et de l'industrie s'obstinent désormais à vouloir détruire l'agriculture et l'élevage qui étaient autrefois performants. <br /> <br /> Maintenant soyons lucides : Bangladesh : de 48 millions d'habitants en 1960 à 166 millions en 2021. Pays sous assistance internationale des vilains pays développés depuis ??? des lustres. Peu importe qu'on les assiste, les vilains c'est quand même nous, juste par principe...<br /> Malthus disait que faire des enfants n'est pas le problème, le problème, c'est de les élever, c'est à dire de les nourrir, de les soigner, de les habiller, de les éduquer.
Répondre