Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le syndicalisme à la mode Confédération paysanne : écœurant !

11 Octobre 2022 Publié dans #Divers

Le syndicalisme à la mode Confédération paysanne : écœurant !

 

 

 

Selon Wikipedia,

 

« La Confédération paysanne (Conf') est un syndicat agricole français. Elle est membre fondateur de la coordination paysanne européenne, de Via Campesina et d'Attac»

 

La Conf' se présente sur son site comme un

 

« Syndicat pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs ».

 

Elle écrit aussi :

 

« La Confédération paysanne est, depuis 1987, un acteur majeur du syndicalisme agricole français qui porte des valeurs de solidarité et de partage. »

 

Cela se poursuit, certes, par la description d'un projet socio-politique, mais elle « porte des valeurs de solidarité »... ce qui est – normalement – dans l'ADN des syndicats.

 

Selon Vie Publique,

 

« Les syndicats regroupent des personnes exerçant la même profession, des métiers similaires ou connexes. Ils ont pour objet exclusif l’étude et la défense des droits, ainsi que des intérêts matériels et moraux, collectifs et individuels des personnes visées par leurs statuts. Ils ont la capacité d’ester en justice afin d’assurer la défense de ces intérêts. »

 

Les syndicats peuvent être en compétition pour une même « clientèle » ou en opposition sur des sujets où les intérêts divergent. Il y a cependant, en principe, une déontologie qui consiste, au minimum, à ne pas nuire de manière gratuite aux adhérents d'autres syndicats et à leurs intérêts.

 

Une déontologie ?

 

 

Capture Conf 2

 

 

L'Assemblée Nationale délibère actuellement sur le projet de loi de finances pour 2023.

 

Elle a été saisie d'une proposition d'amendement – présentée par un cortège de députés de la France Insoumise et adoptée en commission – visant à supprimer le crédit d'impôt pour les exploitations certifiées de Haute Valeur Environnementale.

 

Particularité ?

 

«  Cet amendement, reprenant une proposition de la Confédération paysanne [...] »

 

Voici l'exposé des motifs complet :

 

« Cet amendement, reprenant une proposition de la Confédération paysanne, vise à supprimer le crédit d’impôt pour les exploitations certifiées de Haute Valeur Environnementale.

 

Le plan de relance a créé ce crédit d’impôt HVE exceptionnel pour 2 ans de 2500 euros par ferme et par an. Sont éligibles les agriculteurs certifiés HVE3 ou s’engageant dans une démarche de certification HVE3, contrairement aux paysans et paysannes en bio qui ne bénéficient du crédit d’impôt bio qu’une fois la conversion achevée. Le crédit d’impôt HVE capte des financements publics, mais en réalité, les critères qui le définissent n’incitent pas à changer les pratiques agricoles.

 

Par exemple, le Monde a révélé que dans une note confidentielle remise au ministère de l’agriculture fin 2020, l’un des critères d’obtention du label était que l’achat des intrants tels que les pesticides ne dépasse pas 30 % du chiffre d’affaires. Or, la moyenne est de 14 % pour les exploitations viticoles, et de 26 % pour les exploitations maraîchères. En réalité, ce label récompense donc des exploitations, largement plus polluantes que la moyenne. Quelle ambition ! »

 

L'exposé des motifs est, au mieux, spécieux, la Haute Valeur Environnementale ne se limitant pas à la question des pesticides, mais imposant d'autres conditions... dont sont dispensées les exploitations en bio.

 

Plutôt que de faire bénéficier les « paysans et paysannes en bio » des mêmes conditions d'attribution d'un crédit d'impôt... supprimons le crédit pour les « non-bio », y compris pour ceux affiliés à la Conf' !

 

Il est vrai que la certification HVE fait de l'ombre à une agriculture biologique enfermée dans son carcan idéologique...

 

Bravo la Conf' !

 

Et bravo la LFI !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Un tout petit syndicat de 10 000 adhérents qui a plus d'écoute dans les médias que la FNSEA avec 210 000 adhérents. Cela fait partie des choses qui me font dire que nous ne sommes plus en démocratie, puisque nous subissons une dictature de minorités.<br /> La production majeure de ce syndicat est depuis l'origine, la destruction : Destruction des OGM qui sont l'avenir du monde, destruction des bassines, destruction de tous les aspects d'une agriculture qui nous nourrit sainement, diversement et à pas cher depuis quelques décennies.<br /> Sorti de son activité principale de "casse" ce tout petit syndicat regroupe essentiellement des producteurs bio, dont je ne pense pas qu'en masse, ils produisent beaucoup. <br /> Enfin reconnaissons le talent financier des plus brillants d'entre eux, graines miracles pour benêts complets promus grâce à la publicité de journalistes encore plus benêts, et stages en tout genre (faites votre compost, apprenez à reconnaitre les mauvaises herbes, apprenez à passer la charrue tirée par un cheval...parfois même yoga ! ) Prix minimum de ces stages, 100 euros la journée, parfois le double. A 10 ou 20 participants, c'est assurément plus rénumérateur qu'un panier de légumes.<br /> Les meilleurs d'entre eux sont même devenus "formateurs" du futurs agriculteurs bio, souvent maraichers, comme si on ne se nourrissait que de légumes... Une sorte de système de Ponzi dans lequel des gens, qui ont échoué à être rentables, s'en sortent en en formant d'autres à se casser la figure, belles paroles et promesses de fripouilles à la clé, et souvent avec la complicité de nos chambres d'agriculture. <br /> Les plus intelligents de leurs élèves transformeront à leur tour leur échec en réussite en devenant eux même formateurs bio. <br /> Tous les systèmes de Ponzi fonctionnent de la même façon, des gens très intelligents qui ruinent des masses de crédules.
Répondre