Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Sécheresse et manque de fourrage : le sorgho peut-il rivaliser avec le maïs ?

13 Septembre 2022 Publié dans #Agronomie, #Élevage

Sécheresse et manque de fourrage : le sorgho peut-il rivaliser avec le maïs ?

 

Karl Bockholt, AGRARHEUTE*

 

 

© agrafoto.com

Plante C4, le sorgho possède un système racinaire profond et très ramifié. Il utilise efficacement l'eau et les nutriments et présente une grande tolérance à la chaleur et à la sécheresse. Il recèle ainsi un potentiel de biomasse important.

 

 

Les extrêmes climatiques de ces dernières années obligent en de nombreux endroits à adapter les cultures fourragères traditionnelles. Que se passe-t-il avec le sorgho ?

 

 

Des dégâts de sécheresse très prononcés au niveau régional sur le maïs sont également à l'ordre du jour cette année, comme lors des années de sécheresse 2018 à 2019. Les alternatives économiques dans les cultures fourragères sont rares. Les extrêmes climatiques de ces dernières années obligent donc de nombreux endroits à adapter les cultures fourragères traditionnelles. Le sorgho s'y prête bien.

 

 

Le sorgho offre une grande tolérance à la chaleur et à la sécheresse.

 

Le sorgho s'offre comme une plante C4 avec des racines profondes et ramifiées. Il utilise l'eau et les nutriments de manière efficace et possède une bonne capacité de régénération. Ainsi, la plante est tolérante à la chaleur et à la sécheresse. Elle a donc un potentiel de rendement élevé en biomasse.

 

Le professeur Olaf Steinhöfel, le docteur Kerstin Jäkel et Christian Blunk de l'Office de l'Environnement, de l'Agriculture et de la Géologie du Land de Saxe (LfULG) répondent à la question de savoir dans quelle mesure le sorgho est une alternative au maïs ensilage. Les auteurs ont étudié les deux utilisations suivantes :

 

  1. Le sorgho plante entière comme alternative de fourrage grossier ;

 

  1. Le sorgho grain comme fourrage simple.

 

 

Voici les avantages du sorgho comme alternative au maïs ensilage.

 

Selon la conclusion des scientifiques, le sorgho offre des rendements relativement stables en cas de stress dû à la sécheresse. Il offre en outre une utilisation intensive des éléments nutritifs. Et le problème des larves de la chrysomèle du maïs ne le concerne pas. Il peut donc être considéré comme une alternative au maïs d'ensilage.

 

 

Pourquoi le sorgho grain n'est pas encore une véritable alternative pour l'alimentation animale.

 

En ce qui concerne la valeur alimentaire, l'offre se divise en :

 

  1. sorgho grain à forte teneur en amidon, et

 

  1. hybrides fourragers ou de Sudan grass à forte teneur en fibres.

 

Malheureusement, le sorgho grain est relativement petit et donc peu productif. Il ne constitue donc pas encore une véritable alternative au maïs.

 

 

En revanche, les hybrides de Sudan grass à fort développement sont cultivés.

 

Les sorghos fourragers et les hybrides de Sudan grass, riches en fibres et à fort développement, sont déjà utilisés actuellement, notamment dans :

 

  • la production de sucre et de bioéthanol, ainsi que

 

  • les installations de biogaz ou de combustion.

 

Ils sont particulièrement intéressants comme culture dérobée pour le biogaz, les variétés de sorgho testées se distinguant nettement par leur maturité et leur rendement massique. Jusqu'à présent, ils n'ont toutefois pas joué de rôle en tant que plante fourragère en Allemagne.

 

 

Où le sorgho peut-il rivaliser avec le maïs et où ne le peut-il pas ?

 

Des essais de culture montrent cependant que le sorgho offre une alternative économique au maïs ensilage sur des sites marginaux ou favorables. Par rapport au maïs, le sorgho ne peut pas rivaliser en termes de :

 

  • valeur alimentaire et

 

  • digestibilité.

 

Les conseillers n'ont pas constaté de différences entre les cultures similaires en ce qui concerne :

 

  • l'aptitude à l'ensilage et sa réussite, et

 

  • la stabilité aérobie des ensilages.

 

Selon Steinhöfel, Jäkel et Blunk, l'idéal serait de combiner les propriétés du sorgho grain et du sorgho fourrager pour une utilisation en ensilage plante entière. C'est ce que concluent les auteurs selon les informations du Comité Allemand du Maïs.

 

Avec du matériel de DMK.

 

____________

 

* Karl Bockholt est rédacteur cross-média chez AGRARHEUTE, responsable des grandes cultures et des prairies. Il travaille depuis plus de 30 ans au Deutscher Landwirtschaftsverlag (dlv), après avoir travaillé pour Feld & Wald (Girardet) et agrar-praxis (Konradin). Agriculteur et ingénieur diplômé, il gère sa ferme dans le Münsterland en tant qu'activité secondaire. Il est cavalier, chasseur et amoureux de la nature.

 

Source : Dürre und Futtermangel: Wo Hirse mit Mais mithalten kann und wo nicht | agrarheute.com

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article