Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Oleksiy Vadaturskyi : mort d'un agriculteur

8 Août 2022

Oleksiy Vadaturskyi : mort d'un agriculteur

 

Reg Clause*

 

 

 

 

La mort d'un agriculteur fait rarement l'actualité mondiale – mais Oleksiy Vadaturskyi n'était pas un agriculteur ordinaire.

 

Il est mort à son domicile le 31 juillet, alors que des missiles russes explosaient à Mykolaiv, une ville ukrainienne située près de la mer Noire, selon les rapports de presse. Les médias ont qualifié Vadaturskyi de « magnat », de « multimillionnaire » et d'« homme d'affaires le plus riche d'Ukraine ». Le président ukrainien Volodymyr Zelensky l'a qualifié de « héros ».

 

Oleksyi Vadaturskyi

 

Il a peut-être été tout cela. Mais il était aussi un agriculteur – et il était membre du Réseau Mondial d'Agriculteurs (Global Farmer Network), une organisation internationale d'agriculteurs qui cherchent à promouvoir le commerce et la technologie dans l'agriculture.

 

Je suis l'un des cinq fondateurs du Réseau Mondial d'Agriculteurs et son président actuel. Bien que je n'aie jamais rencontré Vadaturskyi, je parle en mon nom et au nom des membres de notre groupe lorsque je dis que nous déplorons sa mort et que nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et à son pays.

 

Nous pensons également qu'il est temps que cette guerre brutale prenne fin.

 

L'agriculture ne devrait pas être dangereuse, mais elle ne l'est pas toujours. Travailler avec des machines et de gros animaux comporte des risques.

 

Les guerres sont différentes. Je n'ai jamais eu à semer du maïs ou à récolter du soja dans une zone de combat, mais d'autres membres du Réseau Mondial d'Agriculteurs l'ont fait. Motlatsi Musi, d'Afrique du Sud, par exemple, a décrit comment il conduisait son tracteur dans un champ de mines terrestres. Plus récemment, Kornelis 'Kees' Huizinga a raconté des histoires poignantes depuis sa ferme dans l'Ukraine en guerre.

 

La mort de Vadaturskyi a fait la une des journaux en raison de son succès en tant que maître de la logistique des céréales. L'entreprise qu'il a créée, Nibulon, a prospéré en donnant aux agriculteurs ukrainiens les moyens d'exporter ce qu'ils produisent vers le reste du monde.

 

Pourtant, tout a commencé dans la ferme familiale de ses parents. Vadaturskyi a grandi dans un village rural près d'Odessa. « À l'école, je m'intéressais à beaucoup de choses, en particulier à la culture des plantes et l'élevage des lapins », a-t-il déclaré dans une interview en 2016. Apparemment, il faisait aussi ses devoirs, car il a obtenu une bourse d'études dans une université. Il a ensuite travaillé sur des projets de construction et la production de pain et a montré un talent pour la gestion des personnes et des équipes. En 1991, alors que le rideau de fer tombait, il a lancé Nibulon.

 

Maintenant, il est parti, à l'âge de 74 ans.

 

Personne ne sait exactement combien de personnes sont mortes dans les combats entre la Russie et l'Ukraine, mais la plupart des estimations avancent le chiffre de plus de 10.000. En ce sens, Vadaturskyi n'est qu'une victime de plus dans un conflit insensé qui fait rage depuis trop longtemps.

 

Pourtant, c'est aussi un leader irremplaçable et sa mort n'était pas nécessaire. Chaque mort dans cette guerre est le résultat d'une catastrophe d'origine humaine.

 

Les agriculteurs connaissent bien les catastrophes naturelles. Nous y sommes confrontés en permanence, sous la forme de sécheresses, de tempêtes de grêle et d'autres sortes de conditions météorologiques extrêmes. Elles posent d'énormes défis, mais les périodes difficiles font aussi partie de la vie d'un agriculteur.

 

Les catastrophes d'origine humaine sont plus frustrantes car, contrairement aux catastrophes naturelles, elles sont évitables. Un exemple parfait est le cas du Sri Lanka, où un mauvais leadership et de mauvais choix en matière de politique agricole ont plongé une Nation insulaire dans une crise politique et économique.

 

L'invasion de l'Ukraine par la Russie est une catastrophe d'origine humaine qui fait des victimes dans le monde entier car elle menace la sécurité alimentaire partout dans le monde. Un nouveau rapport alarmant des Nations Unies montre comment le monde glisse vers la faim et la malnutrition. Les coupables sont nombreux, y compris les catastrophes naturelles que sont les maladies et les sécheresses. La guerre, cependant, est une catastrophe d'origine humaine qui a tout aggravé.

 

La mort injustifiée de Vadaturskyi jette une ombre sur ce qui devrait être un moment d'espoir : Moins de 24 heures après sa mort, le premier navire à quitter un port ukrainien avec des céréales ukrainiennes depuis le début de la guerre en février a commencé à faire route vers le Liban, dans le cadre d'un accord négocié par la Turquie pour desserrer le blocus naval russe.

 

C'est un petit pas vers le rétablissement de la sécurité alimentaire dans le monde. La solution ultime, cependant, est que cette guerre insensée prenne fin et que les agriculteurs puissent recommencer à cultiver sans craindre pour leur vie.

 

______________

 

Reg Clause, agriculteur, Iowa, USA

 

Reg Clause est la quatrième génération à diriger la Clause Family Farm, Jefferson, Iowa. L'exploitation produit du maïs, du soja, du bétail et des petits-enfants. Reg est membre bénévole du conseil d'administration du Réseau Mondial d'Agriculteurs (Global Farmer Network), dont il est actuellement le président. Reg a une grande expérience dans le conseil aux entreprises, se spécialisant dans le développement commercial, notamment les études de faisabilité, la planification commerciale et la structuration financière pour des clients aussi divers que les biocarburants, les vignobles, la transformation de la viande, le marketing de niche et bien d'autres. Son travail lui a permis de voyager dans le monde entier pour effectuer une analyse approfondie des systèmes de production agricole.

 

Source : The Death of a Farmer – Global Farmer Network®

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article