Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le pouvoir et l'importance des ports modernes

21 Août 2022 Publié dans #Divers

Le pouvoir et l'importance des ports modernes

 

Gabriel Carballal*

 

 

 

 

Vous n'avez pas vu une opération logistique étonnante tant que vous n'avez pas visité un port moderne.

 

Lors d'une récente visite du plus grand port d'Uruguay, j'ai vu des hommes et des machines décharger 30 tonnes de bois d'un camion en seulement cinq minutes. J'ai été surpris et ravi de voir la quantité de matériel qu'ils pouvaient déplacer et la rapidité avec laquelle ils le faisaient. Le bois a été embarqué sur un navire à destination de l'Asie. Le port où cela s'est produit est une vitrine de la technologie, du commerce et de la puissance brute.

 

Je suis un agriculteur uruguayen qui dépend de ce port dans notre capitale, Montevideo, et d'un autre grand port à Nueva Palmira. Notre pays compte moins de 3,5 millions d'habitants, mais les aliments produits par les agriculteurs uruguayens nourrissent environ 40 millions de personnes dans d'autres pays. Nous ne pourrions pas y arriver sans des ports modernes, qui sont des maillons indispensables de nos chaînes d'approvisionnement internationales – et une bouée de sauvetage économique pour ma ferme de l'intérieur de l'Uruguay.

 

Le travail ne s'arrête jamais dans ma ferme. Ici, dans l'hémisphère sud, nous venons de semer nos cultures d'hiver : blé, orge, canola et avoine. Bientôt, nous serons prêts pour les cultures d'été de maïs et de soja. Une grande majorité de tout ce que je produis est exportée, acheminée vers des clients lointains par ces portes du monde.

 

Dans les ports, les coûts sont énormes, la sécurité est stricte et le timing est essentiel. Un retard d'un seul jour peut faire la différence entre générer un bénéfice et atteindre le seuil de rentabilité – et le pire.

 

Singapour sait à quel point les ports sont importants : elle consacre 14 milliards de dollars à un vaste projet de modernisation qui doublera sa capacité et créera le plus grand port automatisé du monde d'ici 2040. Des personnes y travailleront encore, mais aussi des drones et des véhicules sans conducteur.

 

Cette automatisation pourrait signifier que les menaces traditionnelles pesant sur les opérations portuaires, telles que les conflits du travail comme celui qui touche actuellement les dockers de la côte ouest des États-Unis, n'auront plus autant d'importance qu'aujourd'hui. Elle créera également une pression pour balayer les réglementations gouvernementales qui retardent, voire empêchent, les projets d'expansion des ports.

 

La plus grande menace pour les ports aujourd'hui est la guerre. Les ports d'Ukraine sont fermés, en raison d'un blocus naval imposé par une Russie vorace.

 

L'Ukraine est un grenier à blé, une source vitale de blé et d'huile de tournesol pour des millions de personnes en Égypte, au Pakistan, en Indonésie et ailleurs. La fermeture de ses ports remodèle les marchés mondiaux de façon néfaste. Même les prix des ignames s'envolent au Nigeria.

 

Les agriculteurs ukrainiens produisent de la nourriture du mieux qu'ils peuvent dans des circonstances horribles, mais leur travail n'aura aucune importance si leurs ports restent fermés. Cette crise a conduit certains à demander aux pays de l'OTAN, y compris les États-Unis et d'autres, de briser le blocus russe dans le cadre d'une opération à la fois militaire (en s'appuyant sur la puissance de feu navale) et humanitaire (pour prévenir une crise alimentaire).

 

En tant que producteur de blé, je peux être considéré comme un bénéficiaire de l'agression de la Russie, dans le sens où elle a fait augmenter les prix de certaines des cultures que je fais pousser. Mais ce n'est pas si simple. J'ai également subi des effets négatifs, en raison d'une forte hausse du coût des engrais et d'autres intrants. Mon blé génère plus de revenus, mais il me coûte aussi plus cher à produire.

 

De mon point de vue d'agriculteur d'Amérique du Sud, cette guerre à l'autre bout du monde n'est pas une opportunité mais un problème – qui a créé des souffrances inutiles pour les Ukrainiens et les personnes qui dépendent de leurs exportations de nourriture.

 

Les agriculteurs n'ont pas besoin de guerres pour être compétitifs. Nous avons plutôt besoin de la paix, avec la stabilité qu'elle apporte dans un monde qui est plein de perturbations, même dans les périodes les plus tranquilles. Personne ne s'attendait à la pandémie, qui a mis à mal la logistique portuaire partout. Nous sommes encore en train de nous remettre de ce qu'elle a fait aux chaînes d'approvisionnement.

 

La guerre de la Russie doit prendre fin et les ports de l'Ukraine doivent s'ouvrir. Les exploitations agricoles rentables qui peuvent exporter des denrées alimentaires dans le monde entier par ces portes sont bonnes pour tout le monde. Elles aident les agriculteurs, évidemment, mais elles sont également bonnes pour les consommateurs, qui profitent de l'abondance, ainsi que pour l'environnement, car les agriculteurs peuvent porter leur attention sur la durabilité.

 

Nos ports en Uruguay fonctionnent bien, même si l'on peut aussi constater leur vieillissement. Comme toutes les infrastructures, ils nécessiteront de nouveaux investissements de la part de responsables publics qui comprennent le rôle essentiel des ports dans le commerce qui nous permet à tous de prospérer.

 

_________________

 

Gabriel Carballal, agriculteur, Uruguay

 

Gabriel Carballal a été reconnu par le Global Farmer Network comme lauréat du prix Kleckner 2021 pour le leadership agricole mondial. M. Carballal utilise les dernières technologies pour cultiver du blé, de l'orge, du canola, de l'avoine, du soja GM, du maïs GM, du seigle et des fourrages. Il élève également des bovins de boucherie avec les sept employés de l'exploitation.

 

Source : The Power and Importance of Modern Ports – Global Farmer Network®

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article