Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Une enquête révèle une confusion sur la viande et ses alternatives (aux États-Unis d'Amérique)

26 Juillet 2022 Publié dans #Alimentation

Une enquête révèle une confusion sur la viande et ses alternatives (aux États-Unis d'Amérique)

 

Amanda Zaluckyj*

 

 

 

 

Ma note : La France a considérablement réduit les possibilités d'utiliser des dénominations « animales » pour des produits de protéines végétales par le décret n°2022-947 du 29 juin 2022 relatif à l'utilisation de certaines dénominations employées pour désigner des denrées comportant des protéines végétales. Mais c'est encore une fois une réglementation franco-française ne s'appliquant pas aux produits fabriqués ou commercialisés dans d'autres pays de l'UE, de l'EAA ou en Turquie.

 

 

Le poulet, quel que soit son nom, a-t-il le même goût que le poulet ?

 

Les consommateurs pourraient bien se poser cette question. Une enquête menée par le National Chicken Council montre qu'un Américain sur cinq a déjà acheté de la viande, pour découvrir ensuite qu'il avait accidentellement acheté un produit d'origine végétale. Environ trois quarts des personnes interrogées, y compris les végétariens et les végétaliens, pensent que le terme « viande » ne devrait être utilisé que pour décrire les produits animaux.

 

Le débat sur le nom à donner aux produits d'origine végétale et aux substituts de la viande n'est pas nouveau. Au cours des deux dernières années, la question de l'étiquetage a été compliquée par l'introduction des produits carnés à base de cellules, une approche qui utilise des cellules animales pour produire de la viande. La question est de savoir comment les spécialistes du marketing peuvent différencier ces produits sans utiliser des mots qui les stigmatisent (par exemple, fausse viande).

 

Et pour toutes les personnes qui ont balayé ces préoccupations d'un revers de main, au moins nous avons maintenant des données qui suggèrent que cela prête à confusion.

 

Le NCC utilise les résultats de l'enquête pour appuyer sa demande d'exigences plus claires en matière d'étiquetage. Il a demandé à la FDA et à l'USDA de publier de meilleurs conseils sur la dénomination des produits d'origine végétale. Il souhaite également que les agences fédérales appliquent réellement les lois sur l'étiquetage, notamment celles prévues par la Federal Food, Drug, and Cosmetic Act et la Poultry Products Inspection Act.

 

L'enquête du NCC a également montré que la grande majorité des acheteurs préfèrent que ces produits soient complètement séparés dans les épiceries. Les végétaliens et les végétariens ont répondu le plus favorablement à cette suggestion, mais c'est probablement parce qu'ils ne veulent pas voir la viande elle-même.

 

Je ne suis pas sûre que la séparation complète de la viande, de la « viande » d'origine végétale et de la « viande » d'origine cellulaire soit justifiée. Mais il serait certainement bon que l'USDA et la FDA fournissent des orientations claires sur la terminologie, les étiquettes et le marketing. Il peut parfois être difficile de déchiffrer l'origine de certains produits, à moins qu'un client avisé ne connaisse les marques qui vendent ces produits (et à part les blogueurs culinaires, mais qui a le temps pour cela ?).

 

Comme de nouveaux produits et types de substituts de viande sont introduits sur le marché, ce débat n'est pas prêt de s'achever.

 

________________

 

* Source : Survey Shows Confusion Over Meat and Alternatives - The Farmer's Daughter USA (thefarmersdaughterusa.com)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article