Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Point de vue : Déformer le discours sur la santé des abeilles nuit à tout le monde

3 Juillet 2022 Publié dans #Abeilles, #Néonicotinoïdes

Point de vue : Déformer le discours sur la santé des abeilles nuit à tout le monde

 

Amanda Zaluckyj, AGDAILY*

 

 

Image : Lyudmila Tetera, Shutterstock

 

 

Le printemps est la période de l'année où les fermes s'épanouissent et sortent de l'hibernation hivernale (du moins, les fermes de culture). Les agriculteurs se rendent dans leurs champs pour semer la nouvelle récolte, travaillant généralement de longues heures pour y parvenir. Mais ils ne sont pas seuls dans ces champs. Avec le retour d'un temps plus chaud, les pollinisateurs émergent également et se mettent au travail.

 

Tout le monde sait que les abeilles sont importantes pour leurs activités de pollinisation. Plus de 250.000 espèces de plantes dépendent des abeilles pour répandre le pollen à des fins de reproduction. Le résultat est le large éventail d'aliments que nous apprécions, y compris certains aliments de base de notre régime alimentaire, comme les pommes, les melons, les brocolis et les amandes. Selon la Food and Drug Administration, les services rendus par les abeilles représentent une valeur ajoutée de 15 milliards de dollars pour les cultures.

 

Et il y a aussi ce que les abeilles produisent elles-mêmes : le miel, le pollen, la gelée royale, la cire d'abeille, la propolis et le venin. Les humains récoltent ces produits et ont appris à les utiliser à diverses fins nutritionnelles et médicinales. L'impact économique est également considérable. Les abeilles domestiques ont produit 71 millions de kilos de miel en 2019, soit une valeur d'environ 339 millions de dollars !

 

Compte tenu de tout ce que les abeilles apportent à nos vies, il n'est pas surprenant que l'intérêt du public pour les pollinisateurs ait augmenté au fil du temps. Il a certainement atteint un sommet avec le mystérieux syndrome d'effondrement des colonies, qui a fait que les abeilles adultes quittaient la ruche pour ne jamais y revenir. Les apiculteurs ont également constaté des pertes de population d'abeilles supérieures à la moyenne au cours de l'hiver. Ces deux problèmes ont laissé les scientifiques perplexes, tandis que le mystère a incité les gens à prendre des mesures en faveur de la santé des pollinisateurs. (Et bonne nouvelle, les abeilles se portent très bien maintenant !)

 

 

 

 

Malheureusement, comme c'est souvent le cas, les activistes ont utilisé un intérêt et une préoccupation réels pour les pollinisateurs pour faire avancer leur programme. Leur épouvantail, ce sont les néonicotinoïdes. Cette classe d'insecticides est apparue dans les années 1990 et constitue aujourd'hui la classe prédominante utilisée aux États-Unis, en Europe [ma note : plus en dans l'Union Européenne, voir ci-dessous...] et en Australie. Ils ont largement remplacé les anciens pesticides à large spectre et nécessitent moins d'applications, sont plus sûrs pour les travailleurs agricoles et peuvent être utilisés pour le traitement des semences.

 

Mais le fait d'être populaire et plus sûr pour l'environnement ne garantit pas que les groupes de défense de l'environnement vous accueillent chaleureusement, surtout si vous êtes un pesticide redouté. Armés de recherches peu concluantes, ils ont répandu l'idée que les néonics tuaient les abeilles et que la poursuite de leur utilisation mettait en péril l'avenir de l'humanité tout entière. En d'autres termes, l'apocalypse des abeilles, l'abeillecalypse.

 

Dans d'autres parties du monde, notamment dans l'Union Européenne, ces allégations ont suffi à provoquer l'interdiction pure et simple des néonicotinoïdes, privant ainsi les agriculteurs d'un important outil de protection des cultures.

 

 

Ironiquement, alors que je faisais des recherches pour cet article, je suis tombée sur le site web de la République de Slovénie qui vante les avantages des pollinisateurs et expose les risques auxquels ils sont confrontés. Il se vante du fait que « la Slovénie a restreint l'utilisation des néonicotinoïdes dès 2008, et leur utilisation sur les cultures, pouvant avoir un impact sur les abeilles, a finalement été interdite en 2011 ». L'Union Européenne n'a mis en œuvre son interdiction qu'en 2018.

 

« ...pouvant avoir »... Voilà votre introduction au ridicule principe de précaution.

 

Ces hystéries n'ont pas influencé l'Agence de Protection de l'Environnement aux États-Unis. L'EPA dispose déjà d'un cadre réglementaire solide pour les pesticides, y compris les néonicotinoïdes. Les agriculteurs sont tenus de suivre les instructions de l'EPA figurant sur les étiquettes pour une utilisation sûre. En 2022, l'EPA a publié des modifications aux étiquettes des néonicotinoïdes afin de réduire les risques que les abeilles entrent en contact avec l'insecticide. Comme me l'a dit un entomologiste, les abeilles sont des insectes et peuvent mourir d'une exposition à des insecticides. Mais cela ne signifie pas que les néonics provoquent un événement de type extinction.

 

Malheureusement, les États individuels ne sont pas toujours aussi rationnels et mesurés que l'EPA. Un certain nombre d'États – dont New York, le Vermont, le Massachusetts et le New Jersey – ont adopté des lois reclassant les néonicotinoïdes comme pesticides à usage restreint. Cela signifie que seuls les applicateurs agréés peuvent les utiliser, ce qui augmente les coûts et les rend potentiellement inaccessibles pour certains agriculteurs.

 

Malheureusement, les néonicotinoïdes ne sont que le dernier exemple en date de la façon dont un message militant peut conduire à de nouvelles lois, réglementations et interdictions. Les agriculteurs se soucient évidemment des pollinisateurs et de la santé des abeilles – ils sont essentiels à notre activité. Mais d'une manière ou d'une autre, le récit a été déformé pour donner l'impression que nos outils de protection des cultures sont le problème. Cela nous rappelle que nous devons nous exprimer sur ces questions et lutter contre la désinformation.

 

_____________

 

Amanda Zaluckyj tient un blog sous le nom The Farmer's Daughter USA. Son objectif est de promouvoir les agriculteurs et de lutter contre la désinformation qui tourbillonne autour de l'industrie agroalimentaire américaine.

 

Source : Perspective: Distorting news about bee health hurts everyone | AGDAILY

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
Il serait bon que les résultats des rapports d'enquêtes de la DGAL sur l'effondrement des ruchers demandé par Le Foll ressortent de temps en temps après avoir été volontairement caché pour ne pas décrédibilisé les discours idéologiques ,populistes et crassement démago de nos ministres de l'environnement ces 10 dernières années......
Répondre