Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les éoliennes tuent les chauves-souris et cela coûte cher aux agriculteurs

7 Juillet 2022 Publié dans #Divers

Les éoliennes tuent les chauves-souris et cela coûte cher aux agriculteurs

 

Peter Laufmann, AGRARHEUTE*

 

 

© Javier Alonso Huerta

Les chauves-souris comme ce grand murin sont d'importants destructeurs d'insectes. Les agriculteurs en profitent également. Les éoliennes tuent de nombreuses chauves-souris et modifient ainsi des réseaux alimentaires entiers.

 

 

Les chauves-souris consomment une grande quantité d'insectes. Mais lorsque les éoliennes tuent des chauves-souris, les agriculteurs et les propriétaires de forêts sont également touchés.

 

 

Les éoliennes sont considérées comme un élément important de la transition énergétique. Leur électricité doit réduire la dépendance au pétrole et au charbon et aider à maîtriser la crise climatique. Mais ces installations ne sont pas des anges verts ; elles font régulièrement l'objet de critiques. Elles aident ainsi les insectes nuisibles – du moins indirectement.

 

Et cela vient de là : il y a moins d'oiseaux et surtout moins de chauves-souris dans leur environnement. Or, ces animaux apportent une contribution importante au succès des cultures, car ils mangent d'énormes quantités de coléoptères, de chenilles, de mouches et de papillons.

 

 

Là où les chauves-souris font défaut, les insectes nuisibles se multiplient davantage.

 

C'est surtout le rôle des chauves-souris qui a été sous-estimé jusqu'à présent. Des scientifiques de l'Institut Leibniz de Recherche sur les Zoos et les Animaux Sauvages à Berlin ont examiné le contenu de l'estomac de noctules communes. Ces chauves-souris avaient toutes trouvé la mort sur des éoliennes. Les recherches ont montré que 20 pour cent des insectes dévorés par les chauves-souris sont considérés comme nuisibles dans l'agriculture et la sylviculture. Ces espèces mal-aimées dévorent les plantes utiles ou les arbres, rongent les fruits ou transmettent des maladies végétales. Dans les cas extrêmes, les chauves-souris peuvent toutefois tenir en échec, à temps, même de grandes populations d'insectes nuisibles.

 

Or, les éoliennes nuisent à la prestation gratuite de réduction des parasites des chauves-souris. Il s'agit donc d'un sujet important pour l'agriculture et la sylviculture, peut-on lire dans un communiqué de presse de l'institut.

 

 

Dix chauves-souris meurent chaque année par éolienne

 

On sait que les éoliennes tuent de nombreux oiseaux et insectes. Et justement aussi des chauves-souris. Les animaux ne meurent pas nécessairement parce qu'une pale de rotor les a atteints, mais parce que les différences de pression atmosphérique provoquent des blessures internes chez les chauves-souris lors de la rotation des rotors. On estime à dix le nombre de chauves-souris tuées par an pour chaque installation. Pour 30.000 installations terrestres, cela représente déjà des nombres importants.

 

« La perte de ces victimes d'impact est souvent difficile à amortir pour les populations, car les espèces concernées ont de faibles taux de reproduction », explique Mme Carolin Scholz, l'une des scientifiques impliquées. « Cependant, ce ne sont pas seulement des individus qui disparaissent du paysage, mais potentiellement leurs interactions dans des réseaux alimentaires complexes sont également perdues. »

 

 

Les chauves-souris font économiser de l'argent aux agriculteurs

 

Les recherches montrent tout simplement que moins de chauves-souris signifie plus d'insectes, une plus grande pression des ravageurs, un plus grand besoin de produits phytosanitaires. Et cela signifie que lorsque les chauves-souris disparaissent, cela coûte de l'argent aux agriculteurs. Une étape importante serait d'obliger toutes les éoliennes à faire une pause pendant les périodes de forte activité des chauves-souris. Cela permettrait de réduire le taux de mortalité à un ou deux animaux par an et par éolienne.

 

En outre, les agriculteurs et les propriétaires forestiers peuvent aider les chauves-souris en préservant ou en créant des gîtes et des cachettes ainsi que des structures à petite échelle. En Allemagne vivent 25 des 1.400 espèces de chauves-souris du monde. Le nombre exact d'individus est difficile à déterminer.

 

_______________

 

Peter Laufmann travaille comme chef de texte à la rédaction d'AGRARHEUTE. Le rédacteur et auteur travaille depuis de nombreuses années dans le journalisme environnemental et scientifique. Son intérêt porte régulièrement sur le grand écart entre l'utilisation et la protection des ressources naturelles.

 

Source : Windräder töten Fledermäuse und das kostet Landwirte bares Geld | agrarheute.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article