Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le miracle quotidien du lait

1 Juin 2022 Publié dans #Élevage, #Alimentation

Le miracle quotidien du lait

 

Cheryl Hazenberg*

 

 

 

 

Le lait est le seul produit alimentaire que l'on peut consommer du jour de notre naissance au jour de notre mort.

 

C'est une boisson extraordinaire, mais elle est aussi tellement présente dans nos vies que nous risquons parfois de la considérer comme acquise.

 

C'est là toute la valeur de la Journée mondiale du lait, qui a lieu le 1er juin – une date fixée par l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture afin de souligner l'importance de cet aliment mondial essentiel et de cette denrée nutritive de base.

 

Pour les producteurs laitiers, bien sûr, chaque jour est une journée du lait.

 

Ici, dans notre ferme en Irlande, nous trayons 65 vaches, principalement des Holstein, dans le comté de Westmeath, qui se trouve près du milieu de notre île. Pendant environ 300 jours par an, nos vaches broutent l'herbe de nos prés. En hiver, lorsque cela n'est pas possible, nous leur donnons un régime à base d'ensilage d'herbe qui les rend heureuses et les maintient en bonne santé.

 

Notre principal produit est le lait frais – la boisson froide que les gens boivent dans des verres et versent sur les céréales du petit-déjeuner. Notre lait est livré à une coopérative où la plupart de nos produits sont vendus sous forme de lait ou de crème fraîche ; une partie entre même dans les bouteilles de Bailey Irish Cream. Si vous avez déjà siroté un gobelet de cette délicieuse liqueur, il est fort probable que vous ayez apprécié le lait de notre ferme laitière.

 

Je ne m'attendais pas à devenir une productrice laitière. Mais c'est ce qui peut arriver quand on épouse un homme issu d'une famille de producteurs de lait. La famille de mon mari cultive cette terre depuis au moins huit générations. Son grand-père a commencé à produire du lait dans les années 1960.

 

J'ai grandi dans l'Ontario, au Canada, dans une ferme qui produisait du bœuf et des céréales. J'ai également trait des vaches à l'Université. Ainsi, lorsque j'ai épousé Kenneth et que je me suis engagée dans l'élevage laitier, j'avais une idée de ce que serait notre vie, mais il m'a fallu faire ce travail pour en apprécier toutes les joies.

 

L'une des choses que j'ai le plus appréciées dans l'élevage laitier est sa nature cyclique. J'aime regarder les vaches brouter l'herbe dehors, puis les amener dans la salle de traite deux fois par jour pour la traite. C'est devenu ma corvée préférée. J'hésite même à l'appeler une corvée car il s'agit plutôt d'une routine agréable – une belle promenade que nous faisons maintenant en famille, avec notre nouvelle fille qui nous rejoint dans un porte-bébé lorsque le temps le permet.

 

Keelin est née en mars, et c'est notre premier enfant. Pour elle, le lait n'est pas une option mais une nécessité. Comme tous les bébés, elle en dépend, qu'il s'agisse du lait maternel tiré du sein ou du lait maternisé donné au biberon.

 

L'offre de lait maternisé a récemment chuté aux États-Unis, pour une série de raisons complexes liées aux règles de sécurité et au protectionnisme commercial.

 

Je ne peux pas imaginer ce que vivent les mères qui ne trouvent pas de lait maternisé. J'espère que les États-Unis mettront fin à cette crise d'ici la Journée mondiale du lait, si ce n'est plus tôt.

 

À l'heure actuelle, l'Amérique n'importe que 2 % de son lait maternisé. Les dirigeants politiques devraient envisager d'assouplir les restrictions sur les préparations en provenance d'autres pays. En apprenant que la première cargaison de lait maternisé en provenance d'Europe est arrivée aux États-Unis par avion cargo militaire, nous nous rappelons que, parfois, la réponse à nos problèmes consiste à laisser les biens et les services traverser les frontières sans l'interférence artificielle des quotas et des droits de douane.

 

L'Irlande est un petit pays, mais nous produisons environ 12 % du lait maternisé dans le monde – un excellent exemple de la façon dont le commerce international permet à des personnes de différents pays de travailler ensemble en tant que producteurs et consommateurs pour répondre aux besoins nutritionnels.

 

Nous devrions considérer le commerce comme une solution, plutôt que comme une menace.

 

La demande de lait est importante, mais les producteurs doivent encore relever des défis. Le coût de nos intrants (engrais, carburant, électricité, etc.) a augmenté cette année. Le prix du lait a également augmenté, ce qui signifie que nous pouvons encore payer nos factures. Mais ce n'est pas toujours le cas. Si le prix du lait baisse mais que le coût de nos intrants reste élevé, je m'inquiéterai de l'avenir de notre exploitation.

 

Mais ce qui me réconforte, c'est le miracle de ce qui se passe ici. Les vaches ont la capacité incroyable de manger de l'herbe cultivée sur des terres peu propices à autre chose et de la transformer en une boisson nutritive qui nous nourrit tous, en collaboration avec des producteurs laitiers comme moi.

 

C'est le miracle quotidien du lait – 365 jours par an, y compris la Journée mondiale du lait.

 

______________

 

* Cheryl Hazenberg, agricultrice, Irlande

 

Exploite avec son mari Kenneth Bray, qui est la 8e génération de sa famille à exploiter cette terre. Ils élèvent principalement des vaches Holstein de race pure sur 39 hectares dans le centre de l'Irlande. Ils utilisent un système principalement basé sur le pâturage. Cheryl reste active dans l'exploitation bovine canadienne de sa famille et dans l'industrie.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Dommage que ce bel article commence par une affirmation erronée. La grande majorité des humains ne peut consommer du lait que de la naissance jusque vers l'âge de 3-4 ans. Pour consommer du lait, il faut posséder un enzyme qui s'appelle la lactase et permet de dégrader le lactose, le "sucre" du lait. Important à la naissance et dans les premières années de la vie, cet enzyme régresse ensuite dans l'organisme des 4/5ème des humains qui en devant adolescents cessent de pouvoir digérer le lait qui cause alors des troubles digestifs divers plus ou moins gênants. <br /> Un certain nombre de peuples dont les ancêtres étaient des éleveurs ont développé des mutations génétiques permettant de continuer à secréter de la lactase à l'âge adulte, et donc de pouvoir continuer à digérer le lait à l'âge adulte, sans aucun trouble physiologique. Il existe 6 mutations répertoriées de part le monde dans les différents groupes humains. <br /> Les européens, en particulier ceux de la moitié nord de l'Europe, sont massivement porteurs de la mutation 13910 C/T qui permet la persistance de la lactase à l'âge adulte. Les Irlandais de souche, sont je crois, le peuple européen le plus porteur de cette mutation qui affecte dans les 95% des Irlandais de souche. C'est sans doute une adaptation génétique contrainte et forcée au cours des siècles parce que sur leurs sols globalement très peu cultivables (produisant surtout de l'avoine puis de la pomme de terre...), rien ne prospérait mieux que l'élevage. Ils étaient donc grands consommateurs de lait par nécessité.<br /> Bien entendu, dans les produits élaborés à partir du lait comme le yaourt ou le fromage, pas de problème, le lactose s'est transformé... et tout le monde peut en consommer.<br /> Pour adorer le lait, je trouve bien dommage que le grand public ne connaisse plus que ce produit au goût assez neutre qu'on vend en briques cartonnées. Quelle tristesse que dans les villages, il n'y ait plus au moins un éleveur pour vendre sa production en direct, comme je l'ai connu étant jeune, il est vrai que les normes sanitaires sont tellement drastiques que c'est devenu un exercice difficile. <br /> Le goût du lait varie considérablement selon les races mais également selon l'alimentation des vaches, j'ai un faible pour le lait de jersiaise, riche et crémeux, à découvrir...
Répondre