Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Une nouvelle étude brise les mythes sur les OGM

18 Mai 2022 Publié dans #OGM

Une nouvelle étude brise les mythes sur les OGM

 

Joseph Maina*

 

 

Image : Shutterstock/Pixelvario

 

 

Malgré leur succès avéré dans l'amélioration des systèmes alimentaires mondiaux, les cultures génétiquement modifiées (OGM) ont attiré des mythes et des contre-vérités qui continuent de brouiller la perception du public sur cette technologie, selon une nouvelle étude.

 

« Les OGM sont entourés de nombreuses controverses. Depuis que les premiers produits génétiquement modifiés ont été commercialisés, le débat sur les risques réels ou perçus de l'utilisation des OGM est en cours », indique une nouvelle étude examinée par des pairs et publiée dans Applied Sciences. Les auteurs, qui font partie des enseignants de deux universités espagnoles, proposent une analyse des risques et des avantages fondée sur des preuves scientifiques et déboulonnent les mythes que des groupes d'intérêt ont répandus.

 

« La science n'a pas démontré que l'utilisation des cultures génétiquement modifiées était néfaste », écrivent les auteurs. « Au contraire, elle a documenté les avantages économiques, environnementaux et sanitaires de leur commercialisation. Dans l'ensemble, le consensus scientifique considérable se maintient, dans la mesure où les aliments génétiquement modifiés actuellement commercialisés ne présentent pas un risque plus élevé que les aliments traditionnels. »

 

Les gens donnent une multitude de raisons pour expliquer leur hésitation à l'égard des cultures GM, allant de la sécurité aux appréhensions morales. Parmi les autres préoccupations, citons les inquiétudes relatives à la toxicité, aux allergies, à l'éventualité d'un transfert horizontal de gènes (THG) vers l'environnement ou d'autres espèces et aux implications à long terme des cultures GM, notent les auteurs.

 

L'étude conclut que, sur la base des preuves scientifiques disponibles, le transfert horizontal de gènes entre les plantes génétiquement modifiées et d'autres organismes présente des risques non significatifs pour la santé humaine et la sécurité environnementale. Il est également observé que les cultures génétiquement modifiées commercialisées ont préalablement passé avec succès les évaluations des risques, y compris les tests d'allergénicité. En outre, les cultures génétiquement modifiées et leurs produits sont soumis à une évaluation rigoureuse avant d'être commercialisés, ce qui garantit la sécurité du public et de l'environnement.

 

« Le cadre juridique qui régit les denrées alimentaires et les aliments pour animaux génétiquement modifiés vise à garantir des niveaux élevés de protection de la santé humaine et animale, ainsi que de l'environnement. Dans le monde entier, les autorités responsables de l'évaluation des produits génétiquement modifiés ont adopté des stratégies spécifiques fondées sur la quantité d'expérience et de connaissances scientifiques acquises au cours des dernières décennies pour évaluer leur sécurité », indique l'étude.

 

Les auteurs notent que la technologie GM n'est qu'une nouvelle frontière dans une longue tradition d'amélioration des cultures par l'homme. Les OGM ont largement servi à injecter de l'efficacité et de la précision dans une tradition d'amélioration des cultures et du bétail qui remonte à des siècles.

 

« L'homme modifie les génomes des plantes et des animaux depuis des milliers d'années. Depuis l'Antiquité, la reproduction sélective, également appelée sélection artificielle, est une méthode courante en agriculture. Bien que le processus de création de nouveaux caractères prenne du temps car il nécessite des mutations génétiques spontanées, le développement d'outils de génie génétique a accéléré la production d'OGM », indiquent les auteurs.

 

Les récentes avancées technologiques en biologie moléculaire et en génie génétique ont permis de produire des cultures présentant des caractéristiques améliorées, telles que la tolérance à des herbicides, la résistance à des insectes et de meilleurs rendements.

 

« De plus, l'intérêt pour le développement de cultures génétiquement modifiées ayant des propriétés nutritionnelles améliorées est croissant, comme des niveaux plus élevés de micro-éléments essentiels, des cultures plus saines en modifiant leur profil d'acides gras, ou des plantes à maturation retardée », ajoute le rapport.

 

Malgré les controverses, les cultures GM sont assurées de jouer un rôle sûr et central dans l'avenir de nos systèmes de production alimentaire, notent les auteurs. Les cultures génétiquement modifiées offrent des moyens efficaces et durables de répondre à la demande croissante d'aliments plus nombreux et de meilleure qualité pour nourrir la population mondiale dans le contexte des défis émergents du changement climatique.

 

« De nos jours, l'agrobiotechnologie a été proposée comme une mesure permettant d'approvisionner la future population mondiale croissante et de servir de solution au problème du "manque de nourriture" », écrivent les auteurs. « L'édition de gènes et la création de cultures génétiquement modifiées sont des outils prometteurs pour l'agriculture, car ils peuvent aider à relever certains des défis à venir. Pour surmonter les défis émergents en matière de sécurité alimentaire, il est essentiel de prendre en compte des informations scientifiques de qualité plutôt que d'abandonner la question et de se contenter d'une discussion morale. Une analyse risques-bénéfices est donc nécessaire. »

 

Parmi les avantages des cultures GM qui seront exploités à cet égard, citons leur capacité à produire de plus gros rendements sans avoir à étendre les surfaces cultivées, à réduire l'utilisation d'engrais et à diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

 

Les auteurs notent qu'en éliminant les cultures génétiquement modifiées, on augmenterait fortement la superficie mondiale des cultures au détriment des forêts tropicales, ce qui augmenterait les émissions de gaz à effet de serre et intensifierait par conséquent le changement climatique.

 

Des recherches sont également en cours pour créer des plantes présentant des caractéristiques souhaitables, telles qu'une maturation retardée, des légumes bio-fortifiés, des plantes plus saines et des vaccins comestibles. Selon les auteurs, les aliments génétiquement modifiés ne sont pas seulement utiles pour éviter les carences nutritionnelles des générations futures, mais aussi pour s'adapter au changement climatique.

 

« Malheureusement, le grand public a largement ignoré ces dynamiques, ce qui appelle à une plus grande sensibilisation du public. »

 

___________

 

* Source : New study busts GMO myths - Alliance for Science (cornell.edu)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article