Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Fact checking : la Russie a-t-elle détruit la banque de gènes de l'Ukraine ?

24 Mai 2022 Publié dans #Ukraine

Fact checking : la Russie a-t-elle détruit la banque de gènes de l'Ukraine ?

 

Norbert Lehmann, AGRARHEUTE*

 

 

© IMAGO/ZUMA Wire

Lors du siège de Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine, les troupes russes ont bombardé de nombreux bâtiments, comme ici une école. La banque nationale de gènes n'a toutefois pas été entièrement détruite, contrairement à ce qui a été rapporté.

 

 

Des bombes et des missiles russes auraient détruit l'une des plus importantes banques de gènes du monde à Kharkiv. Une vérification des faits.

 

 

Plusieurs médias ukrainiens et internationaux rapportent depuis le week-end dernier que l'armée russe aurait délibérément détruit l'une des plus grandes collections de semences au monde à Kharkiv en Ukraine. Environ 150.000 échantillons de 1.800 espèces cultivées y sont stockés à l'Institut Yuriev de Production Végétale. Il s'agit ainsi du dixième système national de ressources génétiques le plus important au monde.

 

Mais les informations sur l'ampleur des destructions sont contradictoires et ne résistent que partiellement à l'examen.

 

 

De nombreux échantillons de semences ont été brûlés

 

Le fait est que lors du siège de la ville de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, par l'armée russe, qui a duré plusieurs semaines, de nombreux bâtiments ont été gravement endommagés. Le Dr Sergey Avramenko, directeur de l'Institut Yuriev, a téléchargé une vidéo à ce sujet sur YouTube. On y voit des échantillons de semences brûlés dans un bâtiment détruit.

 

Selon le commentateur, l'armée russe a détruit les ressources phytogénétiques de l'Ukraine par des bombardements ciblés. Des milliers d'échantillons de semences auraient été brûlés, dont des centaines de variétés anciennes.

 

Le Ministère ukrainien des Affaires Étrangères a diffusé des photos repiquées de la vidéo sur Twitter et en a confirmé le contenu. La vidéo elle-même n'est entre-temps plus accessible via son canal d'origine.

 

 

(Source)

 

 

La ville de Kharkiv corrige les informations

 

 

© dlv (source)

Post Twitter de la ville de Kharkiv concernant les dommages causés au Centre national des ressources phytogénétiques.

« En raison du bombardement des locaux de l'Institut Saint-Georges par les troupes russes, certains des échantillons qui étaient préparés pour le réensemencement ont été détruits. La collection principale est intacte (4/4). »

 

 

En revanche, la ville de Kharkiv a également déclaré sur Twitter que certains échantillons avaient certes été détruits par les tirs. Ceux-ci avaient été préparés en vue d'une délocalisation.

 

La collection principale de la banque de gènes nationale n'a cependant pas été endommagée.

 

 

La perte de collections met en danger la sécurité alimentaire

 

C'est ce qu'a confirmé le directeur du Crop Trust, Stefan Schmitz, interrogé par la rédaction d'AGRARHEUTE. Le Crop Trust est une organisation internationale qui soutient les banques de gènes dans le monde entier.

 

M. Schmitz a expliqué que, selon les informations dont il disposait de la part de la direction de la banque de gènes de Kharkiv, la collection principale était encore en sécurité. Les dommages montrés dans la vidéo concernent surtout une station de recherche agricole. Néanmoins, les principales collections du système national de banques de gènes et son personnel dévoué sont en grand danger.

 

M. Schmitz a averti que toute perte des collections aurait un impact négatif sur les perspectives de sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le monde.

 

________________

 

Norbert Lehmann travaille depuis plus de 25 ans comme journaliste spécialisé. Après des études d'économie agricole à Bonn, le service de presse et d'information Agra-Europe a été sa première étape professionnelle. Il a fait de fréquents séjours à Bruxelles en tant que correspondant. Ensuite, activités au sein du groupe d'édition Handelsblatt, dans les relations publiques scientifiques ainsi qu'en tant qu'indépendant. Depuis 2012, il travaille au dlv, en dernier lieu en tant que chef de la rubrique Management & Markt à la rédaction d'AGRARHEUTE.

 

Source : Faktencheck: Hat Russland die Saatgutbank der Ukraine zerstört? | agrarheute.com

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article