Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Cem Özdemir freine le modèle économique de l'agriculture carbonée (carbon farming) au niveau européen

8 Mai 2022 Publié dans #Politique

Cem Özdemir freine le modèle économique de l'agriculture carbonée (carbon farming) au niveau européen

 

Norbert Lehmann, AGRARHEUTE*

 

 

© imago/photothek

Le ministre allemand de l'Agriculture Cem Özdemir, ici en visite dans une exploitation porcine, estime qu'il est prématuré de saluer l'agriculture carbonée (carbon farming – le stockage de carbone dans le sol) comme un modèle économique pour les agriculteurs. Selon lui, il ne devrait pas y avoir de subventions européennes supplémentaires pour cela.

 

 

L'UE voit dans le stockage du carbone un possible modèle commercial d'avenir pour les agriculteurs. L'Allemagne freine toutefois des quatre fers à Bruxelles. C'est justement le ministre vert de l'Agriculture, Cem Özdemir, qui n'est pas convaincu par les projets de la Commission Européenne sur l'agriculture carbonée.

 

 

Il a exprimé ses doutes fondamentaux sur la séquestration du carbone dans le sol dans une déclaration figurant au procès-verbal du Conseil agricole de l'UE. Le Ministre Fédéral de l'Agriculture a certes soutenu la position commune de ses collègues européens.

 

Cependant, l'Allemagne est le seul État membre à s'être exprimé de manière très critique sur les projets de la Commission Européenne concernant les « cycles du carbone durables ». Le ministre fédéral s'est ainsi à nouveau placé dans un rôle d'outsider sur la scène bruxelloise, comme il l'avait déjà fait sur la question de l'utilisation des surfaces d'intérêt écologique.

 

 

La Commission Européenne considère que l'agriculture joue un rôle clé.

 

Fin 2021, la Commission Européenne avait présenté sa communication « Cycles de carbone durables ». Celle-ci décrit un plan d'action visant à extraire de l'atmosphère le dioxyde de carbone (CO2) nocif pour le climat. L'agriculture et la sylviculture y jouent un rôle clé. Les agriculteurs qui parviennent à fixer le carbone dans le sol doivent être récompensés.

 

Les ministres européens de l'Agriculture ont salué cette approche lors de leur réunion début avril. Concrètement, ils ont exprimé leur soutien à l'approche consistant à faire de l'agriculture efficace sur le plan climatique un nouveau « modèle économique vert » volontaire, qui permettrait de créer une nouvelle source de revenus pour les agriculteurs.

 

 

Des entreprises proposent d'entrer dans le commerce des certificats de CO2

 

De fait, différentes entreprises ont depuis longtemps introduit sur le marché des modèles de certification et de rémunération de la séquestration du CO2 dans l'agriculture et la sylviculture. Les petites start-ups ne sont pas les seules à s'engager.

 

Le groupe Bayer a lancé en juillet 2021 une « Carbon Initiative » : 28 agriculteurs de huit pays européens participent à ce programme avec environ 500 hectares au total.

 

La banque néerlandaise Rabobank a mis en place un projet pilote à l'automne dernier. Les agriculteurs participants s'engagent à prendre certaines mesures respectueuses du climat. En 2024, la teneur en carbone du sol sera mesurée et comparée aux échantillons de l'année de départ 2021. L'agriculteur reçoit 40 euros par tonne de CO2 absorbée.

 

Ce mois-ci, la société KlimaHumus GmbH a également lancé un concept de certification. KlimaHumus est une co-entreprise de la RWZ Köln, de la fondation Lebensraum et de First Climate AG.

 

 

Özdemir estime que le nouveau modèle économique est prématuré.

 

Mais le Ministre Fédéral de l'Agriculture Özdemir voit ces modèles d'un œil sceptique. Au Conseil de l'agriculture de l'UE, il a déclaré : « Il semble prématuré de saluer le principe de l'agriculture carbonée en tant que nouveau modèle économique vert. »

 

Selon lui, la séquestration du carbone dans l'agriculture ne devrait être certifiée et encouragée que si elle est liée à une contribution positive à la préservation de la biodiversité. M. Özdemir a fait remarquer que la principale exigence du gouvernement fédéral était qu'aucun financement supplémentaire de l'UE ne soit utilisé pour le financement de l'agriculture carbonée.

 

En outre, la rémunération ne doit pas seulement tenir compte de la capacité de stockage, mais aussi de la libération de dioxyde de carbone.

 

 

Les utilisateurs de terres ne doivent pas compenser les émissions de CO2 d'autres secteurs.

 

Le Ministre Fédéral de l'Agriculture se met ainsi en travers du développement d'un nouveau modèle économique pour les agriculteurs grâce au commerce de certificats de CO2 dans l'Union Européenne – en tant que seul ministre de l'Agriculture de la Communauté.

 

« L'utilisation des terres ne doit pas être utilisée pour compenser les émissions de CO2 d'autres secteurs », a déclaré M. Özdemir lors de la présentation du rapport d'évaluation du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat (GIEC) début avril. Or, c'est précisément l'idée de base du commerce des certificats de CO2 en tant qu'instrument d'économie de marché pour une protection du climat la plus efficace possible.

 

_______________

 

Norbert Lehmann travaille depuis plus de 25 ans comme journaliste spécialisé. Après des études d'économie agricole à Bonn, le service de presse et d'information Agra-Europe a été sa première étape professionnelle. Il a fait de fréquents séjours à Bruxelles en tant que correspondant. Ensuite, activités au sein du groupe d'édition Handelsblatt, dans les relations publiques scientifiques ainsi qu'en tant qu'indépendant. Depuis 2012, il travaille au dlv, en dernier lieu en tant que chef de la rubrique Management & Markt à la rédaction d'AGRARHEUTE.

 

Source : Özdemir bremst auf EU-Ebene beim Geschäftsmodell Carbon Farming | agrarheute.com

 

Ma note : Je n'ai pas trouvé le document cité. Ce communiqué est un bon point de départ pour consulter les résultats de la réunion du 7 avril 2022.

 

Le Conseil a adopté des conclusions sur la communication de la Commission européenne relative aux cycles de carbone durables dans les secteurs agricole et forestier. C'est, en bref, « work in progress ».

 

Je serais plutôt d'accord avec les réserves émises par M. Cem Özdemir.

 

Voir aussi « Stockage agricole du carbone (« carbon farming ») : qu'est-ce que ça rapporte aux agriculteurs ? » de Willi l'agriculteur.

 

Un article d'Euractiv. Et un autre.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
« Je serais plutôt d'accord avec les réserves émises par M. Cem Özdemir. »<br /> <br /> Voilà qui mériterait un article?
Répondre