Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Pour les agriculteurs, chaque jour est le Jour de la Terre

22 Avril 2022 Publié dans #Divers

Pour les agriculteurs, chaque jour est le Jour de la Terre

 

Annechien ten Have Mellema*

 

 

 

 

Le Jour de la Terre a lieu une fois par an, toujours le 22 avril, mais ses partisans aiment à dire qu'il devrait avoir lieu tous les jours.

 

Pour les agriculteurs comme moi, c'est vraiment le cas.

 

Chaque jour de l'année, nous transformons en énergie le fumier issu de la production porcine de notre exploitation.

 

Vous ne le sauriez pas forcément en regardant notre ferme ici aux Pays-Bas. Nous cultivons un large éventail de produits, notamment du maïs, du blé et des betteraves à sucre. En ce moment, nous semons des lupins, qui produisent une graine pouvant devenir un ingrédient dans toutes sortes d'aliments, des sauces aux produits de boulangerie. Mais c'est aussi un aliment pour nos cochons.

 

Nous élevons des porcs et nous vendons de la viande de porc sous notre propre marque, Hamletz, dans deux supermarchés néerlandais. La société néerlandaise de protection des animaux nous a accordé une note de deux étoiles en raison du système de qualité de vie de nos porcs. Ce système permet de s'assurer que les porcs sont correctement logés et nourris. Nous nous efforçons également de les maintenir en bonne santé.

 

Comme nous investissons beaucoup dans le bien-être de nos porcs, nous espérons que les consommateurs paieront pour le meilleur bien-être et le meilleur goût de notre viande. Nous avons créé un marché pour cela, en vendant aux consommateurs qui croient en ce que nous faisons, et qui pensent aussi que nos mesures supplémentaires contribuent à un meilleur goût.

 

En plus de la viande, les porcs produisent du fumier – beaucoup de fumier.

 

Au lieu de considérer le fumier comme un sous-produit malodorant et salissant de notre activité, nous le voyons comme une ressource.

 

Nous en recueillons autant que possible à l'aide d'un racloir qui le racle dans nos porcheries plusieurs fois par jour. Dans d'autres bâtiments, nous stockons le fumier et le recueillons dans des silos spéciaux. Le meilleur producteur d'énergie est le fumier qui provient de l'animal.

 

Tout le fumier est livré à une usine de biogaz que nous avons construite sur notre ferme. Nous le déposons dans un digesteur. Nous y ajoutons d'autres déchets, comme des bulbes de tulipe fanés, des palettes de café et des résidus de céréales impropres à la consommation. De ces matières premières, le digesteur extrait du méthane, que de gros moteurs transforment en électricité.

 

Nous utilisons cette électricité pour chauffer notre maison et nos porcheries. Nous fournissons également de l'électricité au réseau, ce qui permet à d'autres personnes de tirer le meilleur parti de notre source d'énergie renouvelable.

 

D'autres outils d'énergie renouvelable – éoliennes et panneaux solaires – dépendent de la météo. Ils ont besoin de jours venteux et de cieux sans nuages. Notre installation de biogaz, en revanche, ne s'arrête jamais de fonctionner. Elle produit de l'électricité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, quelles que soient les conditions extérieures.

 

L'électricité n'est que le premier avantage. La chaleur est le second. Nous chauffons notre porcherie et nos maisons avec la chaleur qui reste du processus.

 

Après avoir extrait le méthane de notre fumier, il nous reste une matière appelée digestat. Mais ce n'est qu'un nom fantaisiste. C'est toujours du fumier, mais sans le méthane et une grande partie de l'odeur.

 

Le digestat fertilise notre sol. Nous l'enfouissons plutôt que de l'épandre sur les champs pour nourrir nos cultures.

 

L'objectif de l'engrais, bien sûr, est d'apporter de l'azote et du phosphore au sol. Cela permet à la terre de se reconstituer et à des cultures saines de pousser à nouveau. Cela signifie également que nous rejetons moins de carbone dans l'atmosphère.

 

Notre processus porte parfois le nom d'« agriculture régénératrice ».

 

Pour notre ferme, tout cela a un sens économique. Comme nous produisons une grande partie de nos engrais, nous ne devons pas compter sur les autres pour les produire pour nous. C'est un avantage en temps normal, et c'en est un énorme en ce moment. Le coût des engrais monte en flèche et a augmenté encore plus depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Il s'agit d'un problème mondial, mais notre approche globale signifie que nous en ressentons moins les effets que d'autres.

 

Nous prenons également des mesures supplémentaires pour améliorer la durabilité de nos exploitations. Nous nourrissons nos porcs avec des protéines que nous produisons sur notre propre exploitation ou que nous achetons dans la région, au lieu de dépendre des cargaisons de soja en provenance d'Amérique du Sud. La réduction des transports nécessaires pour acheminer les aliments pour nos porcs jusqu'à notre ferme diminue les émissions potentielles de CO2.

 

Nous cultivons également des bandes d'herbe le long de nos fossés afin d'accroître la biodiversité, qu'il s'agisse des oiseaux ou des insectes. Cela est également bénéfique pour la qualité de l'eau.

 

Nous nous engageons à partager l'histoire de notre ferme, afin que les citoyens et les consommateurs puissent mieux comprendre les décisions que nous prenons chaque jour. En investissant dans le bien-être de nos porcs et dans l'énergie renouvelable grâce à notre installation de biogaz, nous faisons ce que nous pouvons pour protéger le bien-être de notre planète – un pas après l'autre.

 

Dans notre ferme, le Jour de la Terre, c'est tous les jours.

 

_____________

 

Annechien ten Have Mellema, agricultrice, Beerta, Pays-bas

 

Lauréate du prix Kleckner 2021 pour le leadership agricole mondial, du Réseau Mondial d'Agriculteurs, Annechien ten Have Mellema est agricultrice depuis 1993. Dans sa ferme, vous trouverez 600 truies, 5.000 porcs charcutiers, du blé, des betteraves à sucre et du maïs, ainsi qu'une usine de biogaz de 1,1 MW. Elle est un leader de l'industrie porcine, membre du conseil d'administration d'une autorité locale de l'eau et membre du Conseil des Affaires Animales. Annechien est la fondatrice de Hamletz, scharrelvlees van Annechien, sa propre marque de viande de porc.

 

Source : For Farmers, Every Day is Earth Day – Global Farmer Network®

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article