Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les quatre « M » de l'agriculture de précision

7 Avril 2022

Les quatre « M » de l'agriculture de précision

 

Craige Mackenzie*

 

 

 

 

Les M&M's sont peut-être les bonbons les plus populaires au monde. D'après les sondages, à peu près tout le monde aime manger ces chocolats colorés enrobés de bonbons.

 

J'aime les M&M's comme tout le monde, mais en tant qu'agriculteur pratiquant l'agriculture de précision, je passe beaucoup de temps à penser aux M&M&M&M's, bien qu'il soit plus facile de s'y référer en tant que les quatre M.

 

Les quatre M sont : Measure, Monitor, Manage, et Mitigate – mesurer, surveiller, gérer et atténuer.

 

Chacun d'eux est un verbe, un mot d'action, et ensemble, ils représentent les actions que les agriculteurs du monde entier doivent entreprendre pour assurer une production alimentaire durable dans les années 2020 et au-delà.

 

L'idée est simple et repose sur des bases scientifiques : nous voulons appliquer la bonne quantité de ressources, au bon endroit et au bon moment, afin de produire le maximum d'aliments sans gaspillage ni effets secondaires sur l'environnement.

 

 

Mackenzie, que l'on voit ici debout dans un champ de carottes, cultive un ensemble diversifié d'espèces.

 

 

Dans notre ferme en Nouvelle-Zélande, nous mesurons et surveillons tout afin de pouvoir gérer nos systèmes de production et atténuer notre impact.

 

Dans une certaine mesure, de nombreux agriculteurs pratiquent déjà l'agriculture de précision à un certain niveau. Je suis sûr que lorsque les premiers chasseurs et cueilleurs se sont installés dans des communautés pour produire leur propre nourriture, ils ont également adopté une version des quatre M.

 

La différence aujourd'hui, bien sûr, est que nous pouvons exploiter la force incroyable de la technologie du 21e siècle d'une manière que même nos parents n'auraient pas pu imaginer, et encore moins les agriculteurs de l'histoire.

 

J'ai appris l'existence des quatre M après une visite aux États-Unis en 2008. J'étais le bénéficiaire d'une bourse Nuffield, qui aide les agriculteurs à développer leurs compétences en matière de leadership en finançant leur voyage à l'étranger pour apprendre des autres et revenir pour mettre en œuvre et partager ce qu'ils ont appris. Grâce à ce programme, j'ai rencontré Raj Khosla, qui dirige aujourd'hui le département d'agronomie de l'Université d'État du Kansas mais qui, à l'époque, était à l'Université d'État du Colorado. Il m'a fourni ma première introduction sérieuse au concept d'agriculture de précision.

 

À ce stade de ma carrière, j'étais agriculteur depuis environ trente ans et j'utilisais certaines des techniques de l'agriculture de précision sans m'en rendre compte. Raj m'a encouragé à adopter pleinement et délibérément ce concept.

 

Cela a changé ma façon de cultiver. Aujourd'hui, pratiquement tout ce que je fais est lié de manière fondamentale à l'agriculture de précision et durable, ainsi qu'aux quatre M.

 

 

 

 

Pour les agriculteurs, bien sûr, tout commence par le sol. C'est pourquoi l'outil le plus important de l'agriculture de précision est peut-être la cartographie électromagnétique des sols. Elle nous permet d'avoir une connaissance précise de notre sol, de sa capacité de rétention d'eau et de son potentiel de productivité. Grâce à ces informations, nous pouvons appliquer des quantités exactes d'eau et d'engrais, en donnant à nos cultures précisément ce dont elles ont besoin pour prospérer et en ne laissant rien se perdre.

 

Ce système est lié à d'autres pratiques de notre exploitation. Notre échantillonnage spatial du sol pour les niveaux de fertilité nous permet d'ajuster notre utilisation d'engrais et de chaux en fonction des types et des zones de sol. Nous avons constaté que nous utilisons 30 % de moins de ces intrants.

 

Nous faisons de même avec l'eau. Nos sondes d'humidité du sol recueillent des données en direct toutes les 15 minutes et nous les envoient toutes les 30 minutes. Armés de faits et de chiffres, nous pouvons varier les quantités d'eau délivrée par chaque buse le long de nos systèmes d'irrigation, en adaptant le taux aux besoins exacts du sol et des plantes dans cette zone. Aujourd'hui, nous utilisons environ 35 % d'eau en moins. En outre, nous n'entraînons pas du tout de nutriments vers les eaux souterraines au-delà de la zone des racines pendant la période de végétation.

 

Le résultat est un paradoxe. Nous consacrons moins de ressources à nos cultures et, en même temps, nous voyons notre productivité s'améliorer. Nos bénéfices sont en hausse, ce qui nous permet de réinvestir, et nos émissions de gaz à effet de serre sont en baisse, ce qui réduit notre empreinte carbone.

 

Rien de tout cela n'a été le résultat d'une réglementation. Nous l'avons fait par nous-mêmes, sans qu'un bureaucrate n'émette un ordre. C'est parce qu'il est dans notre intérêt de bien faire en faisant le bien.

 

Le gouvernement peut jouer un rôle important en tant que partenaire qui encourage les agriculteurs à adopter de nouvelles technologies et à résoudre des problèmes ; mais trop souvent, les taxes sont considérées comme un moteur pour changer les comportements, mais en réalité, cela ne fait que limiter l'innovation. Il est plus important pour les agriculteurs de rester rentables afin d'avoir la capacité d'investir dans la technologie requise pour apporter les changements que le gouvernement et la communauté exigent.

 

En tant qu'agriculteurs cultivant le sol, nous continuerons à utiliser les M&M&M&M's – les quatre M – et à nous consacrer aux principes de l'agriculture de précision en utilisant moins et en faisant plus.

 

___________

 

Craige Mackenzie, Agriculteur, Methven, Nouvelle-Zélande

 

Exploitant agricole depuis 1978 sur 200 hectares – production de semences, notamment blé, ray-grass, fétuque, carottes hybrides, radis hybrides, épinards et chicorée ; utilisation de la détection des cultures, de la cartographie des sols, de l'application à taux variable d'engrais, de produits chimiques et de l'irrigation. Partenaires dans une exploitation laitière de 1200 vaches.

 

Source : The Four M’s of Precision Agriculture – Global Farmer Network®

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article