Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Mariia Dudikh: "La surface cultivable de l’Ukraine a été amputée de 30% par l’invasion russe" » dans l'Opinion

31 Mars 2022 Publié dans #Ukraine

« Mariia Dudikh: "La surface cultivable de l’Ukraine a été amputée de 30% par l’invasion russe" » dans l'Opinion

 

Glané sur la toile 925

 

 

 

 

Sous la signature de Mme Emmanuelle Ducros, l'Opinion a publié un entretien avec Mme Mariia Dudikh, directrice du Forum National Agraire Ukrainien (UNAF), un collectif de cinq syndicats d’agriculteurs du pays devenu, le 14 mars 2022, une organisation partenaire du COPA-OGECA, l'organisation faîtière de la profession agricole et des coopératives européens.

 

En titre : « Mariia Dudikh: "La surface cultivable de l’Ukraine a été amputée de 30% par l’invasion russe" ».

 

En chapô :

 

« "Si la guerre se prolonge, l’Ukraine sauvera à peine la moitié de ses récoltes", alerte la directrice du Forum national agraire ukrainien. »

 

C'est un état des lieux et des indications pour l'avenir à l'heure où doivent commencer les semis de printemps.

 

Mais nous extrairons de cet article la première question-réponse :

 

« Quelle est la situation alimentaire de l’Ukraine et de ses habitants en ce moment ?

 

Dans les régions de l’Ouest de l’Ukraine, l’accès à une alimentation décente est relativement fiable. Il n’y a pas de problèmes majeurs d’approvisionnement. En revanche, dans les territoires occupés par l’armée russe, et là où les combats font rage, la situation a été très dure mais cela va un peu mieux ces derniers jours. De la nourriture arrive d’autres parties de l’Ukraine ou d’Europe, sous forme d’aide humanitaire. En revanche, à Marioupol et dans un certain nombre de petites villes encerclées et bloquées par l’armée russe, aucune aide humanitaire, aucune nourriture ne parvient. Les gens souffrent de la faim autant que du manque d’eau car les infrastructures sont détruites. »

 

Les perspectives ?

 

« Dans ces conditions, que peut-on espérer récolter cette année en Ukraine ?

 

Nous estimons que les surfaces cultivables se sont rétrécies de 30% avec l’invasion russe. Dans le meilleur des cas, l’Ukraine produira 70% de ses récoltes habituelles. Nous ferons le maximum pour non seulement nourrir le pays mais aussi exporter vers les pays qui ont besoin de notre blé et de notre maïs. Mais des scénarios plus sombres estiment que, si la guerre se prolonge, l’Ukraine sauvera à peine la moitié de ses récoltes. »

 

Et il y en qui défendent mordicus la stratégie Farm2Fork qui induirait des baisses de production à deux chiffres en pourcentage dans l'Union Européenne...

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article