Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Célébrer les légumes secs : des fournisseurs majeurs de nutrition pour les personnes et le sol

9 Mars 2022 Publié dans #Agronomie, #Alimentation

Célébrer les légumes secs : des fournisseurs majeurs de nutrition pour les personnes et le sol

 

Cherilyn Jolly-Nagel et V. Ravichandran*

 

 

 

En tant qu'agriculteurs situés de part et d'autre du globe, nos modes de vie sont diamétralement opposés. En ce qui concerne les habitudes alimentaires, l'un de nous est une carnivore du Canada et l'autre un végétarien de l'Inde.

 

Bien que nous ayons nos différences, nous nous rappelons rapidement de tout ce que nous avons en commun, en célébrant le 10 février 2022 la Journée Internationa des Légumineuses [ma note : traduction FAO], en tant que producteurs de cultures populaires qui fournissent des protéines à un monde affamé et nous aident à pratiquer une agriculture durable chez nous.

 

La demande de cet important nutriment ne cessant de croître, l'Inde et le Canada sont les deux principaux producteurs de légumes secs au monde.

 

Les légumes secs [pulses] se présentent sous de nombreuses formes et tailles, mais tous sont des graines provenant des gousses de légumineuses. Ils comprennent les haricots secs, les pois secs, les lentilles, les pois chiches, etc. Les agriculteurs cultivent des légumes secs depuis plus de 10.000 ans et il est facile de comprendre pourquoi : ils constituent une excellente source de protéines pour les humains et une culture qui enrichit également le profil nutritif du sol.

 

Aujourd'hui, un nombre croissant de consommateurs privilégiés choisissent de limiter leur consommation de viande. Dans la plupart des pays développés, les végétariens représentent moins de 10 % de la population. Aux États-Unis, environ une personne sur 20 est végétarienne, et au Canada, le taux de végétarisme est à peine plus élevé.

 

En Inde, où 25 % de la population se dit purement végétarienne, soit une population supérieure à celle des États-Unis et du Canada réunis, la consommation de légumes secs est également très élevée.

 

Pour de nombreux Indiens, la principale source de protéines est constituée par les légumes secs, qui représentent la deuxième plus grande partie de leur régime alimentaire global, après les aliments produits à partir de céréales comme le riz, le blé et le maïs. En raison de la forte demande, le gouvernement indien a restreint l'exportation de légumes secs de l'Inde depuis 2018 et cela devrait se poursuivre pendant des années, car la demande continue de dépasser la production.

 

Alors que l'Inde est le plus grand importateur de légumes secs, le Canada fournit plus de légumes secs au monde que tout autre pays. En fait, la première destination des légumes secs canadiens est l'Inde, suivie de la Chine, des Émirats Arabes Unis et de la Turquie.

 

Donc, en tant qu'agriculteurs, nous dépendons tous deux des légumes secs pour vivre. C'est une partie essentielle de ce que nous faisons.

 

Mais nous produisons également d'autres cultures, ce qui nous amène à un autre point commun important : nous cultivons tous deux les légues secs en rotation. C'est une partie essentielle de la façon dont nous maintenons nos sols et aidons l'environnement.

 

La rotation des cultures est une pratique ancienne qui enrichit le sol et améliore le rendement. Et il s'avère que les légumes secs sont excellents en rotation avec le riz et le blé.

 

Chaque plante puise des nutriments dans le sol. Mais les légumes secs les restituent également [ma note : uniquement l'azote, et il ne faut pas rêver]. Les légumes secs sont naturellement riches en azote, un élément nutritif essentiel pour toutes les plantes. Ils stockent l'azote dans leurs nodules racinaires et, après la récolte, la matière végétale laissée sur le sol et les racines en dessous améliorent le sol pour les cultures qui suivront.

 

La plupart des agriculteurs du Canada et de l'Inde utilisent des rotations à deux cultures ou éventuellement à trois cultures. Quel que soit le système, les légumes secs peuvent remplir la tâche essentielle de rendre une ferme entière plus saine en améliorant la qualité de la terre, également appelée santé du sol, pendant de nombreuses années.

 

Les légumes secs présentent également d'autres avantages. En rotation, ils aident les agriculteurs à perturber les cycles des mauvaises herbes, des parasites et des maladies qui menacent toujours la production alimentaire. Après la récolte, leurs feuilles et leurs tiges peuvent ajouter de la matière organique au sol. Et comme ce sont des cultures rustiques, elles nécessitent moins d'eau et d'engrais.

 

Certains producteurs de légumes secs ont du mal à trouver des semences de haute qualité – un problème plus important dans les pays en développement que dans les pays développés, certes, mais il est également vrai que les agriculteurs du monde entier sont toujours à la recherche des meilleures semences qu'ils peuvent trouver.

 

La technologie GM a transformé la production de nombreuses cultures, y compris le soja, qui est une légumineuse apparentée, mais pas un légume sec (pulse). (Le soja a une teneur en lipides beaucoup plus élevée, alors que les légumes secs n'en ont pratiquement pas). Jusqu'à présent, cependant, la révolution génétique n'a pas touché les légumes secs.

 

Nous serions tous deux ravis de voir les légumes secs améliorés par la technologie GM, y compris l'apparition de caractères qui aident ces cultures exceptionnelles à repousser les mauvaises herbes, à survivre à la sécheresse et qui pourraient contribuer à l'élimination de la malnutrition dans le monde.

 

C'est une autre chose que les agriculteurs ont en commun en cette Journée Internationale des Légumineuses et au-delà : peu importe où nous vivons, ce que nous mangeons ou comment nous cultivons, nous voulons toujours faire de notre mieux et savons par expérience que la technologie peut nous aider à faire mieux.

 

______________

 

Cherilyn Jolly-Nagel, agricultrice, Canada

 

Élevée dans les prairies de la Saskatchewan, Cherilyn Jolly-Nagel et son mari David poursuivent leur amour de la terre en cultivant des céréales, des légumes secs et des oléagineux, avec leurs deux filles à Mossbank. Élue première femme présidente de l'Association des Producteurs de Blé de l'Ouest Canadien, Cherilyn a contesté les politiques gouvernementales qui affectent l'agriculture et est un chef de file dans les questions qui touchent les agriculteurs en matière de transport des céréales, de gouvernance, de commerce et de confiance du public. En tant que membre du conseil d'administration du Réseau Mondial d'Agriculteurs (Global Farmer Network), Cherilyn milite en faveur de relations commerciales mondiales solides et de l'utilisation des progrès technologiques par les agriculteurs. En 2021, Cherilyn a été reconnue comme l'une des 50 personnes les plus influentes dans le domaine de l'agriculture au Canada. Cherilyn a été interviewée dans le documentaire « License to Farm », dans lequel elle a encouragé d'autres agriculteurs à partager leurs histoires avec le public, a figuré avec le chef canadien Michael Smith dans une vidéo pour promouvoir les lentilles et a participé à un épisode de Canadian Better Living sur le thème de l'utilisation des pesticides et la promotion de la biotechnologie végétale. Invitée par la société de jouets Mattel, Cherilyn a été un mentor dans le programme de mentorat « Barbie : You Can Be Anything » pour les jeunes filles qui rêvent de devenir agricultrices.

 

V. Ravichandran, agriculteur, Tamil Nadu, Inde

 

Sur une ferme de 24 hectares, Ravi produit du riz, de la canne à sucre, du coton et des légumineuses. Pour utiliser judicieusement l'eau pendant les mois d'été, il utilise des arroseurs et un système de goutte à goutte. Il a ajouté la mécanisation pour pallier la pénurie de main-d'œuvre ; 12 employés. Lauréat du prix Kleckner – 2013.

 

Source : Celebrating Pulses:  Major Supplier of Nutrition to People and the Soil – Global Farmer Network®

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article