Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Lettre à Barbara Pompili qui incite à surveiller les paysans », une tribune de M. Jean-Paul Pelras dans l'Opinion

23 Janvier 2022 Publié dans #critique de l'information, #Politique, #Pesticides

« Lettre à Barbara Pompili qui incite à surveiller les paysans », une tribune de M. Jean-Paul Pelras dans l'Opinion

 

Glané sur la toile 909

 

 

 

Dans « Lettre à Barbara Pompili qui incite à surveiller les paysans », l'Opinion du 20 janvier 2022, M. Jean-Paul Pelras s'insurge devant de nouvelles mesures de « flicage » des agriculteurs de nature à exacerber les tensions dans les campagnes.

 

C'est, comme d'habitude, élégant et bien tourné, et percutant, mais dans ce cas précis, difficile à comprendre en l'absence de détails sur les événements qui ont suscité son courroux. Mais cela reste juste quant au fond.

 

 

(Source)

 

 

En chapô :

 

« Sachant que nous venons de perdre plus de 100 000 paysans en vingt ans, continuez à serrer la bride autour des pratiques agricoles françaises, et vous pourrez bientôt mettre vos contrôleurs au chômage car il ne restera plus un seul agriculteur à contrôler »

 

La mise en route :

 

« Les agriculteurs sont cernés. D’une part, avec le dispositif Phytosignal animé par les agences régionales de santé en Nouvelle-Aquitaine, dans les Pays de la Loire ou en Bretagne, qui permet, comme son nom l’indique, aux riverains de signaler l’épandage de produits phytosanitaires à proximité de leurs domiciles. Et, d’autre part, avec le lancement de sites Internet mis à disposition des préfectures pour renseigner sur les zones traitées. Deux dispositifs complémentaires qui, se rajoutent à ceux déjà existants et qui auront, a minima, le don d’exacerber les tensions dans nos campagnes si l’on considère le degré d’hystérie collective suscité par ce sujet.

 

Et voilà qu’après la délation suggérée par les ARS, la surveillance officielle, puisqu’elle est encouragée par votre ministère, s’ajoute à la stigmatisation d’un monde paysan déjà suffisamment contraint par les normes environnementales imposées. D’ailleurs, pourquoi contrôler avec autant de zèle ceux qui sont autorisés par ces mêmes normes à protéger leurs productions ? Si ce n’est, une fois encore, pour les décourager et les désigner implicitement. »

 

 

Les travaux sur « PhytoSignal » mis à l'arrêt

 

Le premier paragraphe porte sur le dispositif « PhytoSignal », qui avait, semble-t-il, pris corps dans le Sud-Ouest et devait être étendu à l'ensemble du territoire. La raison d'être du dispositif régional :

 

« Ces plaintes arrivent de manière dispersée à des interlocuteurs variés et il est donc difficile d’en réaliser un état des lieux exhaustif et d’assurer une gestion coordonnée. Un comité de pilotage régional a été créé en 2013 afin de mettre en place le dispositif PhytoSignal sur l’ensemble de l’Aquitaine. Ce comité, piloté par Santé publique France en région (Cire) Nouvelle Aquitaine et par l’ARS, réunit également le Service régional de l’alimentation (Sral) de la Draaf, Atmo Nouvelle Aquitaine, le CAP TV de Bordeaux et des Services communaux d’hygiène et de santé (SCHS). »

 

Le suivi des signalements selon des procédures documentées et la mise en ordre de marche de l'usine à gaz administrative se justifient sans nul doute. Ce n'est du reste pas nécessairement préjudiciable aux agriculteurs.

 

Mais le moment de la mise en route d'une extension à l'ensemble du territoire a peut-être été mal choisi, alors que Santé Publique France et l'ANSES ont lancé PestiRiv, « [u]ne étude inédite sur l’exposition aux pesticides des personnes vivant en zone viticole ». Et surtout, cela s'est accompagné d'une publicité que l'on peut considérer comme une incitation à la délation ou une mesure donnant plus de corps à la délation et, surtout, aux récriminations.

 

 

 

 

La « fiche de signalement d'un PhytoSignal » envisage que l'on puisse actionner les services publics sur la base d'une plainte quant à – dans l'ordre – l'odeur, le bruit, la pollution (kesako?), l'inquiétude, une demande d'information et, enfin, un « événement de santé ». Quel sens des priorités...

 

Le « plaignant » est aussi censé informer l'autorité d'une « [s]uspicion de vent fort (>19 km/h) ».

 

 

 

 

La partie relative à l'évaluation et au suivi pose aussi problème : aucune case pour indiquer un signalement sans importance, voire sans cause et futile. Et c'est à ce stade que l'on peut trouver l'irritation de M. Jean-Paul Pelras fondée : celui qui épand un produit – pas forcément un agriculteur, cela peut aussi être un agent chargé de la lutte contre les moustiques – est présumé délinquant et coupable.

 

 

 

 

Réussir rapporte dans « Julien Denormandie met le dispositif PhytoSignal en pause » :

 

« Depuis quelques semaines, le dispositif PhytoSignal, expérimenté en Nouvelle-Aquitaine, est suspendu. Le ministre de l’Agriculture n’est pas favorable, sous cette forme, à ce réseau d’information piloté par le ministère de la Santé. Il a demandé un retour d’expérience à l’Agence régionale de santé. »

 

 

Mme Barbara Pompili, ministre des annonces intempestives

 

L'information sur PhytoSignal s'est télescopée avec une autre le 11 janvier 2022.

 

Prenons-le aussi de Réussir : « ZNT : Barbara Pompili annonce des sites pour informer les riverains sur l’épandage des pesticides »:

 

« Interrogée sur RMC la ministre de la Transition écologique a annoncé que les riverains seraient informés de l'épandage des pesticides via des sites internet, dans le cadre des nouveaux textes réglementaires sur les ZNT. »

 

 

(Source)

 

 

Comme on l'a vu ci-dessus, M. Jean-Paul Pelras impute à Mme Barbara Pompili une volonté de stigmatiser et décourager les agriculteurs.

 

Il est sans aucun doute permis de contester son appréciation des motivations.

 

Avec le fameux aphorisme de Michel Rocard :

 

« Toujours privilégier l'hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante, le complot demande un esprit rare. »

 

Reconnaissons aussi qu'elle a été poussée dans ses retranchements sur un dossier sur lequel le gouvernement s'est enferré. Mais la déclaration est fracassante, selon Réussir :

 

« "Nos concitoyens ont le droit d’avoir toutes les informations possibles" sur les épandages de pesticides, a estimé Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, interviewée le 11 janvier sur RMC par Jean-Jacques Bourdin. Dans le cadre des nouveaux textes réglementaires sur les ZNT (zones de non traitement), "il y a aura des sites internet où on pourra avoir toutes les informations possibles", a poursuivi la ministre de la transition écologique, ce qui n’a pas manqué de faire réagir les agriculteurs sur les réseaux sociaux. »

 

Rapide demi-rétropédalage du Cabinet :

 

« Ces sites internet, a tempéré le cabinet de la ministre auprès de nos confrères d’Agra Presse, ne sont qu’une option à disposition des préfectures et des producteurs pour assurer l’obligation d’information prévue par les nouveaux décrets.

 

"Rien n’est imposé, mais tout est possible", assure l’entourage de Barbara Pompili. Charge ensuite aux préfets, souligne-t-on, "de s’assurer que les riverains seront bien informés". L’équipe du ministre de l’agriculture confirme également l’ouverture sur les modalités, en promettant que "l’État accompagnera". »

 

Mais il faut tout de même faire un constat amer : pour Calamity Barbie il y a « [n]os concitoyens [qui] ont le droit d’avoir toutes les informations possibles » et... les agriculteurs.

 

 

(Source)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Avec beaucoup de C(Hulot) Pompili nous mène Royal(ement ) en Batho et va couler la France ! Depuis plusieurs mois tous les modèles climatiques convergent vers un hiver beaucoup plus froid que l'an dernier avec des épisodes pluvieux plus intenses donc un risque accru d'inondations encore plus graves que l'an dernier ... L'année 2021 a été globalement plus froide que 2020 !<br /> <br /> La combustion d'énergies fossiles pose de TRÈS graves problèmes sur la santé humaine en zone URBAINE (pollution atmosphérique) mais en aucun cas de climat ! Nous subissons les symptômes climatiques (inondations et sécheresses) d'une désertification = disparition de la couverture végétale l'été.
Répondre
C
Le contrôle technique des pulvés passe cette année de 5 à 3ans
Répondre
H
Les produits coûtent chers et aucun agriculteur ne les utilise sans une raison sérieuse de protection des plantes qu'il cultive. <br /> Pulvériser lorsqu'il y a du vent est bien sûr financièrement une absurdité et je ne sais pas qui sont les rares agriculteurs qui peuvent ainsi se permettre de gaspiller des produits. <br /> Les pulvérisateurs actuels n'ont rien à voir avec ceux d'il y a 50 ans. Ce sont aujourd'hui des matériels complexes d'une rare précision à tel point que régler des buses est devenu la spécialité de certains techniciens. Ces matériels de précision que sont les pulvérisateurs sont d'ailleurs soumis à contrôle technique régulier depuis 2009. <br /> Donc comment peut-on encore pulvériser, même très légèrement, au delà de ses cultures, je ne sais pas. <br /> Tout les délires écolos, Phytosignal ou autre sont en train de détruire notre agriculture. <br /> <br /> Associer absurdement et systématiquement problèmes de santé et pesticides est un fanatisme gravement contre productif car les chercheurs travaillent désormais avec des oeillères. Le cas récent d'un nombre anormalement élevé de maladies de Charcot en Savoie est assez symptomatique. Pendant 15 ans, on a pourri la vie des agriculteurs locaux et des éleveurs avec toutes sortes d'analyses, on a accusé l'eau du robinet (une eau qui n'a jamais été aussi saine dans l'histoire humaine) et au final, il a fallu un chercheur US pour faire le lien avec un champignon, tout ce qu'il y a de plus naturel, consommé localement. <br /> La réalité est que si les produits phytosanitaires sont remarquablement testés et étudiés et si on en connait plutôt très bien les effets, c'est très loin d'être le cas de tout ce qui est "naturel". Dans la nature il y a tout ce qu'il faut pour nous empoisonner, vite, ou à petit feu. Le mythe de la "nature bonne et salvatrice" n'existe que chez ceux qui n'y connaissent rien.
Répondre
C
Est-ce qu'on ne pourrait pas envisager que tous ceux qui sont concernés par ces directives inquisitoires envoient l'article en question, par courrier recommandé, à Mme Pompili, et peut être à Jadot et d'autres écologistes ou certains journalistes.<br /> Je suis quand même surpris que les pesticides bio n'ont pas besoin de respecter les znt riverains.<br /> Donc, si on a par exemple une parcelle de vigne est concernée par ce dispositif, il suffit de la traiter avec du souffre et de la bouillie bordelaise, en évitant seulement de traiter s'il y a du vent à plus de 15km/h!
Répondre
M
Bonjour, Mme Pompili est dénuée de tout raisonnement scientifique ! elle est folle de l'écologie punitive ! Elle n'a jamais rien fait de concret et a été (et est) généreusement payée par nos impôts ! DEHORS !
Répondre
M
Pardonnez moi mais je ne peux m'empêcher de rigoler en découvrant la fameuse fiche "phytosignal".<br /> Même quand comme moi on n'entrave rien à la chose agricole c'est irrésistible de connerie.<br /> Ca fait irrésistiblement penser au cerfa de déclaration de bobo.<br /> http://h16free.com/2010/02/09/1351-pleurnicheries-sur-le-photojournalisme/cerfabobo-jpg