Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Comment se passe l'Energiewende ?

25 Janvier 2022 Publié dans #Divers

Comment se passe l'Energiewende ?

 

Willi l'agriculteur*

 

 

 

En fait, ce n'est pas la transition énergétique qui m'intéresse, mais la transition électrique. Chez nous, il y a trois centrales au lignite à portée de vue et je les vois plus ou moins fumer. Et puis il y a des activistes qui veulent que les centrales soient déconnectées du réseau en 2030 (ou avant ?).

 

On peut le souhaiter, mais comment faire ? Et qu'en sera-t-il alors de la sécurité d'approvisionnement ? Je veux le savoir sérieusement et ne pas dénigrer les énergies renouvelables. Je serais très heureux si quelqu'un pouvait me l'expliquer de manière à ce que je le comprenne vraiment (et, je l'espère, d'autres aussi).

 

Sur ce site, toutes les données relatives à la production et à la consommation sont disponibles presque en temps réel. Pour le graphique ci-dessus, j'ai choisi deux jours de novembre 2021 à titre d'exemple et j'ai volontairement illustré les extrêmes.

 

Le 7 novembre (à gauche sur le graphique), il faisait beau et venteux à midi en Allemagne. Sur les quelque 57.000 MWh consommés, environ 49.000 MWh ont été produits à partir d'énergie renouvelable et environ 20.000 à partir d'énergie non renouvelable. La différence d'environ + 11.000 MWh a sans doute été vendue, car l'électricité ne se stocke pas. Une belle journée pour tous ceux qui affirment que l'on peut stopper le changement climatique grâce aux énergies renouvelables.

 

Le 10 novembre (sur le graphique de droite), soit quelques jours plus tard seulement, il y avait du brouillard en Allemagne. Comme souvent en cas de brouillard, il n'y a alors presque pas de vent. A 16 heures, la situation était très différente : le photovoltaïque et l'éolien totalisaient à peine 2.600 MWh. Les sources non renouvelables (somme de l'électricité nucléaire, du lignite et du charbon) ont fourni 51.300 MWh. La production totale s'est élevée à 59.800 MWh. Mais comme la consommation s'élevait à environ 68.000, il a fallu acheter la quantité manquante d'environ 8.200 MWh.

 

Il convient de noter que la production d'électricité à partir de la biomasse est restée stable à environ 4.400 MWh pendant les deux jours. Cela vaut en fait pour toute l'année. Si l'on ajoute à cela l'énergie hydraulique, on obtient une part stable d'énergies renouvelables d'environ 8.000 MWh.

 

Comment donc augmenter encore la part des énergies renouvelables et veiller à ce que la sécurité d'approvisionnement soit garantie ? Voici mes réflexions, qui sont toutefois empreintes d'une totale ignorance. Je ne suis pas un expert et je me laisse volontiers convaincre.

 

Selon moi, augmenter la part du photovoltaïque n'a de sens que si l'on peut également stocker l'électricité, qui ne peut être produite que lorsqu'il fait jour. L'électricité est en effet également consommée la nuit, mais pas produite. Dans l'ordre de grandeur de la consommation d'électricité, le stockage est actuellement encore très coûteux. Il n'existe aujourd'hui aucune technologie permettant de résoudre ce problème d'ici 2030. On discute certes de beaucoup de choses, mais on ne semble pas encore avoir trouvé la pierre philosophale. Et les savants se disputent sur l'hydrogène.

 

Qu'en est-il de l'électricité éolienne ? Le vent souffle aussi la nuit. D'ailleurs, la plupart de l'électricité éolienne est produite onshore, c'est-à-dire sur terre et non en mer. J'avais supposé que c'était l'inverse. Le 10 novembre, seuls quelque 2.300 MWh ont été produits par le vent, et le 16 novembre, à peine 1.100 MWh. Même si l'on triple le nombre d'éoliennes, on se rend vite compte que la quantité alors produite (soit 6.900 MWh dans le cas le plus favorable) est loin d'être suffisante pour résoudre ne serait-ce qu'approximativement le problème. Il faudra acheter (à des prix probablement élevés) les jours où les énergies renouvelables ne pourront pas fournir. Autre chose : si le 7 novembre, près de 24.000 MWh ont été produits par l'énergie éolienne, mais qu'une grande partie a été vendue (probablement à bas prix), ce n'est pas une très bonne affaire.

 

Pour l'instant, je vais m'en tenir à ces déclarations. J'attends maintenant que des personnes intelligentes et compétentes m'expliquent comment la transition électrique peut malgré tout se faire. En ajoutant que l'Allemagne veut faire progresser sa mobilité avec 15 millions de voitures électriques d'ici 2030. D'ici là, le chemin est encore long.

 

Les quelque 70.000 MWh actuels pourraient rapidement devenir 100.000 MWh (ou plus ?) en combinaison avec l'électrification de secteurs industriels.

 

Ah oui, j'allais oublier. Le gaz naturel (combustible fossile) doit devenir la « technologie de transition ». Poutine n'est pas de bonne compagnie en ce moment. Le gazoduc à travers la mer Baltique est certes terminé, mais...

 

Mmmh, ça ne facilite pas les choses....

 

Et puis il y a eu la phrase de M. Habeck que « nous devons nous rendre moins dépendants de l'étranger en matière d'approvisionnement énergétique... ». Il y a du lignite devant notre porte pour les 200 prochaines années. Oui, oui, je sais, le climat et tout ça. Je voulais juste le redire...

 

_____________

 

 

* Source : Wie geht das mit der Energiewende? - Bauer Willi

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
En fait il s'agit de Mégawatts(MH) donc de puissance disponible à tel instant<br /> les Mégawatts/heure c'est de l'énergie(quantité d'énergie fournie dans un temps donné,là une heure.<br /> https://energy-charts.info/charts/power/chart.htm?l=fr&c=DE&stacking=stacked_absolute_area
Répondre
M
Sacré Willi ! il est bien temps de se poser la question. Mais tout ça n'a pas d'importance et il faut savoir prendre de la hauteur : l'essentiel est de sauver la planète et comme le vent et le soleil sont gratuits et renouvelables, que l'électricité se stocke facilement, et qu'on va vers une société décroissante ou la meilleure énergie est celle qu'on ne consomme pas, moi j'affirme que l'Allemagne est sur la bonne voie.<br /> C'est quand même pas un paysan du Danube qui va contester le bien fondé de l'Energiewende.
Répondre
M
Bonjour, une sage remarque avec tout le bon sens "paysan" !
Répondre