Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Point de vue : l'agriculture a besoin de l'économie mondiale

5 Décembre 2021

Point de vue : l'agriculture a besoin de l'économie mondiale

 

Kelsey Pagel, AGDAILY*

 

 

Ma note : ça s'applique aussi à la France.

 

 

Des barges et des cargos transportent des marchandises d'exportation sur le fleuve Mississippi vers le port de La Nouvelle-Orléans. (Image : Bob Nichols, USDA)

 

 

Avez-vous vu les posts sur les réseaux sociaux avec l'humoriste Melissa McCarthy sur son jet ski se rendant sur les cargos qui attendent dans l'océan, pour faire ses achats de Noël ? Vous avez tout entendu pour cette période de vacances : commencez à faire vos achats deux mois avant car les produits ne seront pas dans les rayons à l'approche de Noël ; soutenez plutôt les entreprises locales ; achetez des produits fabriqués en Amérique car ils ne restent pas coincés sur les cargos ; etc.

 

Je suis pour le soutien aux entreprises américaines. Je suis là pour ça. Je le suis vraiment. Mais, je suis aussi très reconnaissante pour l'économie mondiale. Saviez-vous que pour apposer la mention « made in America » sur un produit, seulement un peu plus de 50 % des pièces du produit doivent avoir été fabriquées en Amérique ? Un peu plus de 50 %. Et c'est tout. Ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de pièces provenant de ces cargos. Cela signifie simplement que plus de 50 % sont fabriqués ici. Les étiquettes peuvent être incroyablement trompeuses.

 

Je peux penser à tellement peu de choses qui n'ont en fait aucun élément de l'industrie mondiale. Par exemple, mes vaches ne quittent jamais le Kansas, et encore moins les États-Unis, lorsqu'elles sont sur leurs sabots. Mais si je n'avais pas accès au marché mondial, la façon dont j'élève ce bétail changerait radicalement.

 

 

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=5934202333320538&set=a.934077209999767&type=3

 

 

Mon raisonnement ? J'aime contrôler mes vaches sur la bétaillière en été et les nourrir avec le pick-up ou le tracteur en hiver. Tous ces véhicules ont des composants qui viennent d'ailleurs. J'aime nourrir le bétail avec le foin cultivé sur notre exploitation, mais sans les filtres, l'huile et les autres produits pour notre équipement de fenaison provenant de l'autre côté de l'océan, je n'aurais pas ce foin. J'aime conserver sur mon ordinateur portable des données qui proviennent d'un marché mondial.

 

Même lorsque le bétail va chez le transformateur. Je suppose qu'une grande partie des éléments nécessaires pour construire les usines, transporter le bœuf à l'intérieur de l'usine, emballer le bœuf pour le réexpédier, les camions pour faire entrer et sortir le bœuf, sans parler de la majorité de la main-d'œuvre qui fait fonctionner ces installations de transformation, proviennent de l'extérieur des États-Unis.

 

Vous l'aurez compris. Mon bétail est élevé au Kansas. Un produit sur lequel je pourrais très facilement justifier l'apposition d'un autocollant « made in America » a une influence mondiale considérable. Donc, en me soutenant et en achetant du bœuf chez moi, une agricultrice locale, vous aidez effectivement votre économie locale – mais j'ai aussi besoin du marché mondial.

 

Parlons de la simple logistique de l'acheminement des produits, fabriqués en Amérique ou à l'étranger, jusqu'à nos portes. Nous avons besoin que ces produits soient fabriqués en premier lieu avec une main-d'œuvre et les pièces nécessaires. Une fois fabriqués, ils doivent être transportés de leur lieu d'origine à une destination d'expédition, que ce soit un entrepôt, un bureau de poste, un train, un semi-remorque ou un cargo. Cela se fait probablement avec des produits en vrac. Il faut un chauffeur pour conduire ces véhicules.

 

 

 

 

Ensuite, une fois que les produits sont arrivés là où ils doivent aller, il faut les décharger. N'oubliez pas que tout est en vrac jusqu'à présent. Il faut ensuite les trier. Puis ils doivent probablement être réexpédiés. Et ainsi de suite jusqu'à ce qu'ils arrivent chez vous d'une manière ou d'une autre. Nous avons besoin d'une main-d'œuvre à toutes ces étapes de cette route. Oui, nous mécanisons certaines de ces étapes avec des robots et d'autres formes d'intelligence artificielle, mais nous avons toujours besoin d'êtres humains à toutes ces étapes, parfois juste un peu moins.

 

Nous avons besoin d'une main-d'œuvre qui soit prête à travailler. Pas une qui reste assise sur des canapés à recevoir des chèques de chômage. Partout où vous allez, on embauche. Les gens cherchent désespérément des gens pour travailler. Je veux vivre dans un pays où nous pouvons choisir notre profession, et non dans un pays où elle est choisie pour nous. Mais je ne veux pas non plus soutenir par mes impôts des êtres valides qui regardent la télévision quand il y a du travail à faire.

 

Si le COVID nous a appris quelque chose, j'espère qu'il nous a montré à quel point le monde est petit en réalité. Quelque chose qui se passe à l'autre bout du monde, en Chine, a un impact énorme sur nous en un temps très court. Les gens se déplacent constamment dans le monde. Nous ne pouvons pas vivre sans le reste du monde.

 

Acheter des produits locaux, soutenir les petites entreprises, obtenir des produits « made in America », c'est bien, mais souvenez-vous que le simple fait qu'un produit porte un autocollant « made in America » ne signifie pas que certaines de ses parties ne proviennent pas de cargos qui voguent sur l'océan.

 

Toutes les formes d'industrie ont besoin d'une économie mondiale. Nous avons besoin du reste du monde pour fabriquer des pièces de produits pour nous. Nous avons besoin que le reste du monde achète nos produits. L'agriculture américaine est leader mondial, mais sans personne à qui vendre, nous serions en concurrence avec nous-mêmes pour trouver un marché pour nos produits. Nous sommes une économie mondiale.

 

______________

 

Kelsey Pagel est une agricultrice du Kansas. Elle a grandi dans une exploitation de vaches/veaux et de cultures en rangs et s'est mariée avec un agriculteur. Kelsey et son époux (Matt) exploitent avec la famille de son époux une ferme et un ranch, où ils vivent leur rêve et apprécient la plupart des moments.

Team Pagel – Marriage, Farming & Living Life

 

Source : Perspective: Agriculture needs the global economy | AGDAILY

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article