Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le déni du changement climatique 2.0 s'est manifesté à la COP26, mais il y a eu aussi des réactions négatives

3 Décembre 2021 Publié dans #Climat

Le déni du changement climatique 2.0 s'est manifesté à la COP26, mais il y a eu aussi des réactions négatives

 

David Tindall, Mark CJ Stoddart et Riley E. Dunlap*

 

 

Ma note :

 

Cet article est d'une naïveté confondante.

 

Il trimballe tous les lieux communs ou presque de la bien-pensance. C'est évidemment la faute aux « lobbies » mal-pensants et mak-agissants... Dans quel monde vivent-ils ? Le déni organisé du changement climatique aurait joué un rôle majeur dans l'élaboration de la couverture médiatique et de l'opinion publique ? Vraiment ?

 

Il suffit pourtant de regarder les réalités en face. Entre lutter contre la pollution atmosphérique – ce qui ne se fait pas en un seul jour – et assurer l'approvisionnement électrique d'une mégapole, l'ordre des priorités est vite fait.

 

Mais ce genre de « sociologie » de quat'sous a pignon sur rue...

 

 

Image : Les peuples autochtones de l'Amazonie se joignent à la marche de protestation contre le changement climatique lors de la COP 26 de l'ONU. Photo : Shutterstock/Bruno Mameli

 

 

Le sommet de la COP26, qui s'est tenu à Glasgow, en Écosse, a vu des progrès graduels dans la lutte contre le changement climatique. Mais même si les pays respectent leurs engagements actuels en matière de réduction des émissions, la planète est en passe de se réchauffer de 2,4 C d'ici la fin du siècle. Ce réchauffement submergera les îles de faible altitude et les régions côtières et entraînera des catastrophes climatiques à l'échelle mondiale.

 

Bien qu'ils le sachent, il reste difficile pour les gouvernements de s'attaquer à la crise climatique. Cela s'explique en partie par le phénomène de déni du changement climatique, l'obstructionnisme et les efforts de lobbying et de relations publiques du secteur des combustibles fossiles.

 

Nous sommes trois sociologues qui étudions les aspects sociaux du changement climatique, de la politique environnementale et d'autres questions environnementales. L'un d'entre nous (David) a assisté au sommet sur le climat à Glasgow, ainsi qu'à la conférence de Paris en 2015. La conférence la plus récente illustre l'évolution des tactiques utilisées par les négateurs du changement climatique vers ce que nous appelons le « déni du changement climatique 2.0 ».

 

 

Le déni du changement climatique

 

Le déni du changement climatique prend plusieurs formes. La forme « classique » implique une action stratégique de la part d'organisations visant à contester ou à répandre le doute sur la réalité du changement climatique causé par l'homme.

 

Comme l'ont montré plusieurs analystes, le déni organisé du changement climatique a joué un rôle majeur dans l'élaboration de la couverture médiatique et de l'opinion publique, ainsi que dans l'entrave aux progrès de la politique en matière de changement climatique au cours des trois dernières décennies. Parmi les principaux acteurs, citons les entreprises, les groupes de réflexion et les fondations conservateurs, les riches particuliers (tels que Charles et David Koch), qui contribuent à financer les principales organisations impliquées dans le déni du changement climatique, les sociétés de lobbying et les médias conservateurs. Les chercheurs qui ont étudié les relations entre ces groupes ont constaté qu'ils constituent un réseau du mouvement de déni du changement climatique.

 

Ce réseau a fait obstacle à une politique climatique efficace au niveau national, en particulier aux États-Unis. Il a également contribué à ralentir les efforts de lutte contre le changement climatique dans d'autres pays, notamment au Canada, au Royaume-Uni et en Australie.

 

Par exemple, selon une enquête du Centre Canadien de Politiques Alternatives, l'industrie des combustibles fossiles a joué un rôle central dans l'élaboration du décevant plan de lutte contre le changement climatique de 2016 de la Colombie-Britannique. En outre, des réunions gouvernementales clés se sont tenues au siège de la plus grande organisation de lobbying de l'industrie des combustibles fossiles au Canada, où des lobbyistes auraient mené un effort pour affaiblir le texte.

 

 

Déni du changement climatique 2.0

 

Si la négation pure et simple du changement climatique fonctionne à des degrés divers dans le contexte de la politique intérieure de certains pays, elle ne serait pas crédible dans le cadre du processus de la COP. De nouvelles stratégies sont nécessaires.

 

Les nouvelles formes de ce phénomène pourraient être appelées déni du changement climatique 2.0. Les partisans ne nient pas la réalité ou la gravité du changement climatique. Au lieu de cela, ils sapent la nécessité de prendre immédiatement des mesures audacieuses et font obstacle aux progrès de la décarbonisation.

 

Un incident récent survenu au cours d'une séance plénière de la COP26, le 4 novembre, illustre bien cette situation. La plénière était consacrée au récent rapport du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Évolution du Climat (GIEC) sur les fondements scientifiques du changement climatique, qui fait partie du sixième rapport d'évaluation. Un délégué représentant l'Inde a déclaré à Valérie Masson-Delmotte, l'oratrice de la plénière et auteur principal du rapport, que le rapport était trop sombre. Il a déclaré que l'Inde avait déjà demandé la suppression d'une section sur l'atténuation, ainsi que des références à des événements à haut risque peu probables (comme l'effondrement des couches de glace de l'Antarctique), et a de nouveau insisté pour que ces changements soient effectués.

 

Tout cela a semblé quelque peu incongru, tant pour le public que pour les présentateurs. Bien que les rapports du GIEC alimentent les négociations de la COP, il s'agit de processus distincts, indépendants et préalables, et ils sont basés sur la science et non sur des considérations politiques. Néanmoins, cette intervention met en lumière les efforts de déni 2.0.

 

 

Les efforts de dénégation pendant les négociations

 

Les efforts de dénégation 2.0 impliquent souvent une politique symbolique consistant à dire les bonnes choses sur le changement climatique, tout en influençant ou en réorientant la politique climatique afin de minimiser ses impacts sur les intérêts du secteur des combustibles fossiles. Avant la conférence, l'Arabie Saoudite, le Japon et l'Australie faisaient partie des pays qui ont demandé aux Nations Unies de « minimiser la nécessité de s'éloigner rapidement des combustibles fossiles », comme l'a révélé une fuite de documents rapportée par la BBC.

 

Lors de la COP26, les intérêts des combustibles fossiles étaient également très présents. Il y avait 503 lobbyistes accrédités pour les réunions, soit plus que le nombre de délégués accrédités pour un seul pays. Les représentants des ONG ont noté qu'il y avait environ deux fois plus de lobbyistes des combustibles fossiles présents que de représentants autochtones accrédités, même si les peuples autochtones sont parmi les plus touchés par le changement climatique.

 

 

Repousser le déni du climat

 

Le mouvement environnemental s'est mobilisé contre les messages de déni du climat et les efforts visant à maintenir et à développer le secteur de l'énergie fossile. Les militants pour le climat se sont prononcés en faveur d'une transition équitable vers l'abandon des combustibles fossiles. Leurs tactiques comprennent : les actions judiciaires, le ciblage des entreprises, le travail au sein du système politique et les manifestations de confrontation.

 

C'est ce qu'ils ont fait à Glasgow lors de la grève pour le climat organisée par Fridays for Future, à laquelle 25.000 personnes ont participé le 6 novembre. Les jeunes militants et Fridays for Future (ainsi que d'autres groupes) ont également créé le traité de non-prolifération des combustibles fossiles, qui préconise l'élimination rapide des combustibles fossiles. Ce traité a été approuvé par 150 législateurs de 30 pays, ainsi que par 100 lauréats du prix Nobel et plusieurs milliers de scientifiques.

 

Par ailleurs, un groupe coprésidé par le Danemark et le Costa Rica a lancé l'Alliance « Beyond Oil and Gas », qui vise à éliminer progressivement la production de pétrole et de gaz. Le Québec, qui s'était récemment engagé à interdire définitivement toute exploration et extraction de pétrole et de gaz, a rejoint l'alliance la semaine dernière.

 

Ces actions ont contribué à façonner le discours sur la nécessité d'agir pour le climat, à attirer l'attention du grand public et à influencer les dirigeants de certains pays. En effet, les jeunes militants pour le climat ont été fréquemment mentionnés par les dirigeants mondiaux lors de leurs discours à la COP26.

 

 

Le pacte climatique de Glasgow

 

Pour la première fois en 26 ans de réunions de la COP, le texte de l'accord final mentionnait directement les combustibles fossiles. Cependant, au final, la formulation a été édulcorée pour appeler à « l'abandon progressif de l'énergie au charbon sans interruption et à la suppression progressive des subventions inefficaces aux combustibles fossiles ».

 

Il semblerait que la pression exercée par le secteur des combustibles fossiles et par les pays ayant des intérêts importants dans les combustibles fossiles, notamment l'Inde et la Chine, ait empêché le texte d'appeler directement à l'élimination progressive des combustibles fossiles.

 

À la manière d'un déni 2.0, cette clause du pacte climatique de Glasgow donne l'impression de prendre le changement climatique au sérieux, tout en ajoutant des phrases qualificatives qui légitiment la poursuite de l'utilisation des combustibles fossiles tant que la pollution est réduite et que la production est efficace.

 

La structure du processus de la COP, qui est multilatéral et basé sur le consensus, rend difficile le dépassement du plus petit dénominateur commun, car tout pays ayant un intérêt significatif dans les combustibles fossiles peut soit affaiblir, soit couler un accord multilatéral autrement plus fort.

 

La COP26 a été une nouvelle victoire pour le secteur des combustibles fossiles, mais une perte pour la planète. Et comme l'a dit Greta Thunberg, c'est tout simplement plus de « Bla, bla, bla ».

 

_____________

 

David Tindall est professeur de sociologie à l'Université de Colombie-Britannique; Mark CJ Stoddart est professeur au département de sociologie de l'Université Memorial de Terre-Neuve et Riley E. Dunlap est professeur régent et professeur émérite Dresser à l'Université d'État de l'Oklahoma.

 

Cet article a été initialement publié sur The Conversation.

 

Source : Climate change denial 2.0 was on full display at COP26, but there was also pushback - Alliance for Science (cornell.edu)

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Hors sujet mais je profite de la zone c"commentaires" pour signaler le nouvel et excellent billet de Yann Kindo:<br /> https://blogs.mediapart.fr/yann-kindo/blog/021221/antiogm-et-antivax-meme-combat-memes-combattants<br /> On y trouve la copie d'un communiqué hallucinant de bêtise crasse du Comité des Faucheurs Volontaires au sujet des vaccins et dont je vous mets un petit extrait:<br /> « les vaccins exigés pour son obtention sont des produits génétiquement modifiés, classés OGM par la législation européenne. Qu’ils soient à ARN messager ou à ADN (ces derniers étant appelés médiatiquement à vecteur viral) ce sont des constructions génétiques artificielles. La cohérence s’impose aux FV, pas d’OGM dans les champs, pas d’OGM dans nos assiettes et pas de vaccins GM injectés dans nos corps. C’est une position collective de principe. »
Répondre
F
De même qu’il y a des bons chasseurs et des mauvais chasseurs… il y a des bons lobbyistes et des mauvais lobbyistes. Les bons lobbyistes essayent d’influencer les politiques en faveur de leur cause, voyez-vous, mais ce sont des bons lobbyistes. Les mauvais lobbyistes essayent d’influencer les politiques en faveur de leur cause, vous voyez, mas ce sont des mauvais lobbyistes.
Répondre
H
Depuis DES millions d'années il y a DES milliards de km³ d'eaux 'venus de pluies, des fleuves ou des rivières) qui se sont déversées dans les mers & océans... sans qu'elles ou ils ne montent !!! Çà alors !!<br /> Depuis des millions d'années c'est le magma qui fabrique tous les gaz de notre atmosphère et qui se recyclent (sans quoi l'être humain ne serait jamais apparu !). C'est encore lui seul qui règle les températures et non les milliards d'humains, d'animaux ou d'industries sur Terre !<br /> Le gaz carbonique ( CO², Dioxyde de carbone, Anhydride carbonique) c'est le gaz le plus lourd et qui n'a AUCUN pouvoir calorifique !<br /> <br /> 🏡 L'air pèse: 1,2 gr/litre<br /> Oxygène (O2): 1,42 gr/l.<br /> Gaz carbonique: 1,8 gr/l.
Répondre
H
@huemaurice5 : phénomène peu connu, la montée des océans est ralentie par le stockage et l'utilisation de l'eau sur les continents https://sealevel.nasa.gov/news/34/study-rising-seas-slowed-by-increasing-water-on-land/ Par ailleurs à l'échelle planétaire entre 1985 et 2016 les terres émergés ont gagné sur les eaux au niveau planétaire https://aqua-monitor.appspot.com/ Bien évidemment la cartographie citée ci avant ne révèle pas que des bonnes nouvelles comme l'assèchement de la mer d'Aral ou la fonte de certains glaciers d'altitude devenus des lacs. Mais il n'y a pas tant de recul des zones côtières par rapport aux zones côtières "gagnées" sur les mers. Mais bien entendu, dans ce domaine comme dans d'autres, pour contrer la montée des mers, il faut des politiques de grands travaux, (comme aux Pays Bas qui rehaussent actuellement toutes leurs digues) et nous n'en prenons pas le chemin. Dans ce domaine comme dans d'autres les khmerts verts imposent l'idéologie mortifère du "laisser faire la nature". Depuis le néolithique, les humains n'ont jamais laissé faire la nature. Toute l'histoire de l'humanité fut jusqu'au dernier quart du XXème siècle (pour l'Europe, en Asie notamment en Chine, le combat est plus d'actualité que jamais), l'histoire d'un combat contre la nature. Voilà pourquoi nous sommes à pianoter devant un écran, le ventre plein (de bonnes nourritures variées), sans avoir trop chaud, ni trop froid, avec des vêtements propres et en bonne santé (en règle générale) à des âges parfois impensables autrefois.
U
Fascinant !<br /> Pleurnicherie 0.0.0<br /> Même la sempiternelle revendication d'énergies renouvelables est omise.<br /> On s'assoit, on gémit et on accuse les méchants
Répondre