Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« La chronique de Sylvie Brunel : le mauvais exemple » dans Sud-Ouest ? Peut-être le mauvais titre !

2 Décembre 2021 Publié dans #critique de l'information

« La chronique de Sylvie Brunel : le mauvais exemple » dans Sud-Ouest ? Peut-être le mauvais titre !

 

Glané sur la toile 898

 

 

 

 

Le titre, « La chronique de Sylvie Brunel : le mauvais exemple », publié par Sud-Ouest le 25 novembre 2021, annonce l'auteure et la nature de l'œuvre.

 

C'est derrière un péage, mais on peut lire la chronique ici.

 

L'entrée en matière :

 

« Il fut un des premiers pays au monde à bannir les pesticides pour passer au tout bio. Devant les pénuries alimentaires, l’effondrement de la principale exportation du pays, le thé, l’abandon de terres agricoles devenues incultivables, le gouvernement du Sri Lanka a dû revenir au principe de réalité et lever en urgence les interdictions. L’Europe ne risque-t-elle pas de suivre le même chemin ? »

 

Le « mauvais exemple », c'est donc le cas du Sri Lanka, expédié par les quelques lignes ci-dessus. On pourrait plutôt considérer qu'il s'agit d'un bon exemple : le bon exemple de ce qui se passe quand on veut fonder la politique agricole sur des idéologies plutôt que sur les réalités techniques et économiques.

 

Le cas de l'Europe, de son Pacte Vert et de sa stratégie « de la ferme à la table » est expédié un peu moins rapidement. En bref, au lieu d'un effondrement en quelque six mois, ne risquons-nous pas une lente décadence, avec une dépendance accrue des pays tiers pour notre alimentation ?

 

La suite est un appel, souvent lu de sa plume, pour faire face aux réalités et accorder à notre agriculture – ou plutôt « nos agricultures » – et nos agriculteurs toute la place et toute la considération qui doivent – ou devraient – leur revenir :

 

« Pourtant, nous avons en France la chance inouïe d'avoir une agriculture familiale et responsable : la plus durable au monde ! Et il y a de la place pour tous : bio, circuit courts, vente directe, magasins paysans... mais aussi exploitations performantes pour nourrir des villes qui ne produisent localement que 2 % de ce qu'elles consomment, et des pays structurellement déficitaires. Soyons réalistes : 90 % de ce que nous mangeons vient de l'agriculture dite conventionnelle – terme mensonger, car elle ne cesse d'innover et de se verdir, main dans la main avec les bio – et s'achète en grande surface. Associons les modèles au lieu de les opposer, intégrons nos producteurs dans des Projets alimentaires de territoires qui donnent une place à chacun, créons avec eux des réserves d'eau qui forment les plus beaux paysages.

 

Sans nos agriculteurs, nous ne sauverons ni le climat, ni les paysages, ni notre santé. Et pour des territoires vivants, il faut des paysans respectés ! [...] »

 

Un candidat à la présidence de la République osera-t-il construire le volet agricole – et alimentaire – de son programme sur cette base ?

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
U
L'agriculture ne contribue que pour quelques % au PIB et les agriculteurs ne constituent plus un électorat significatif. Un bon gestionnaire politique n'a pas de raison de s'en soucier.
Mais comme dit l'histoire, le PIB ne se mange pas.
Répondre
M
Les agriculteurs sont comme les techniciens de maintenance. Ils sont essentielles à la bonne marche d'une société, mais ne sont pas assez productif pour êtres pris en compte.
F
Il est vrai que les agriculteurs sont peu nombreux et donc pèsent peu dans les urnes à première vue. Mais tout le monde mange, tout le monde à un avis sur la nourriture et la manière dont elle est produite, transformée, transportée, vendue. Tout le monde aussi a un avis sur les paysages dont l’essentiel en superficie est constitué de terres agricoles, pâturages et forêts (qui ne sont plus à l’état sauvage en France depuis des siècles). L’agriculture au sens large est partout.