Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le secteur agricole mexicain est déjà à la traîne alors que l'interdiction des cultures génétiquement modifiées se profile à l'horizon

16 Novembre 2021 Publié dans #OGM, #Mexique

Le secteur agricole mexicain est déjà à la traîne alors que l'interdiction des cultures génétiquement modifiées se profile à l'horizon

 

Luis Ventura*

 

 

Image : un ouvrier agricole ensache des épis de maïs à la station expérimentale Agua Fría du CIMMYT. CIMMYT/Alfonso Cortés

 

 

L'interdiction des cultures génétiquement modifiées et du glyphosate nuira à 40 % du produit intérieur brut (PIB) du Mexique, a averti l'économiste Fernando Cruz Morales lors d'un récent webinaire AfS Live !

 

« Les gens ordinaires, ici au Mexique, souffriront davantage », a déclaré M. Morales, un économiste mexicain ayant plus de 15 ans d'expérience dans l'élaboration de politiques liées aux secteurs agricole et alimentaire.

 

Il faisait référence au décret présidentiel publié plus tôt cette année, qui prévoit la suppression progressive de l'utilisation de l'herbicide glyphosate, l'interdiction de la culture du maïs génétiquement modifié et la fin des importations de maïs génétiquement modifié dans les trois ans.

 

« Interdire les importations d'OGM est un non-sens car le Mexique est le deuxième importateur de maïs jaune au monde, et si ces importations sont interdites, il n'y a aucun moyen de satisfaire la demande intérieure de cette céréale », a déclaré M. Morales. Le maïs jaune est principalement utilisé pour nourrir le bétail, un produit d'exportation important pour le Mexique.

 

La plupart du maïs importé est génétiquement modifié et cultivé aux États-Unis, ce qui a également entraîné des réactions de la part de l'un des principaux partenaires commerciaux du Mexique.

 

Le secteur agricole mexicain souffre déjà. Au cours des trois premières années de l'administration du président Andrés Manuel López Obrador, la production de 33 cultures a chuté de 24 % et les importations de produits agricoles ont atteint des niveaux record, selon un article du principal journal mexicain.

 

« L'interdiction de la technologie dans quelque domaine que ce soit est injustifiée et elle crée des désavantages pour les agriculteurs qui sont en concurrence avec les agriculteurs d'autres pays qui ont accès aux cultures génétiquement modifiées », a déclaré la productrice de lait de cinquième génération Gina Gutierrez.

 

Ce désavantage concurrentiel affecte déjà la Nation. Entre janvier et août de cette année, les importations de maïs, de haricot, de blé et d'autres céréales ont atteint le chiffre record de 26,1 millions de tonnes, soit une augmentation de 13 % par rapport à 2018.

 

M. Morales a noté que les actions du gouvernement sont motivées par l'idéologie, plutôt que par la science, car il adopte une posture officielle qui vise à positionner l'agroécologie comme le principal système de production alimentaire du pays.

 

« La technologie des OGM s'est avérée efficace pour réduire l'utilisation de pesticides et d'engrais ainsi que l'utilisation de l'irrigation », a-t-il déclaré. « Nier ces outils disponibles sans preuves solides, cela semble être une perspective idéologique plutôt qu'une approche scientifique […] La solution de l'agroécologie sonne bien, mais comment ? Pourquoi ? Quand ? Il faut convaincre les producteurs. »

 

Mme Gutierrez a décrit la situation à laquelle les agriculteurs et les producteurs ont dû faire face ces derniers mois. Même si le décret n'envisage que l'interdiction du maïs génétiquement modifié, le Mexique n'a approuvé aucune nouvelle culture génétiquement modifiée depuis mai 2018, ce qui décourage les investissements dans les champs mexicains.

 

« Cette interdiction empêche les agriculteurs d'utiliser une technologie qui est sûre et qui fait l'objet de recherches depuis des décennies », a-t-elle déclaré. « Nous utilisons déjà la technologie GM pour la médecine, mais d'une certaine manière, l'idéologie se met en travers de notre chemin lorsque nous l'utilisons pour l'alimentation. »

 

Mme Gutierrez a prédit que l'interdiction perturbera la chaîne alimentaire mexicaine avec des conséquences catastrophiques puisque le Mexique n'est pas une Nation autosuffisante. Elle affectera non seulement les agriculteurs, mais aussi tous les secteurs de la société, car les céréales GM importées sont utilisées pour nourrir le bétail et d'autres animaux. Sans cette source d'alimentation du bétail, le prix de la viande – principale source de protéines pour des millions de Mexicains – augmentera, la rendant inabordable pour beaucoup, a-t-elle expliqué.

 

« Je regrette que la base de cette décision soit ancrée dans une idéologie qui entrave notre travail et notre production alimentaire, à nous, les agriculteurs », a-t-elle déclaré. « Je demande aux décideurs politiques de reproduire l'utilisation sûre que nous faisons de la biotechnologie en médecine [et] de l'appliquer dans les champs. Réglementons en conséquence, et n'interdisons pas. »

 

Mme Gutierrez et M. Morales sont convenus que la mise en œuvre de l'interdiction telle qu'elle est formulée ne pourrait que conduire à une crise économique inévitable et affecter gravement la chaîne alimentaire mexicaine. M. Morales a déclaré que les conséquences pourraient durer au moins 20 ans – bien après que l'administration actuelle aura quitté le pouvoir en 2024.

 

______________

 

* Source : Mexico's farm sector is already lagging as GM crop ban looms - Alliance for Science (cornell.edu)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article